Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Desolation Jones 1. Made in England

19/03/2007 9205 visiteurs 7.8/10 (6 notes)

M ichael Jones est un ancien espion britannique, mis en retraite forcée suite à une expérience médicale aussi douloureuse qu’inefficace, le Desolation Test. Devenu totalement amoral, ne ressentant plus aucune émotion ni la moindre douleur, Jones est désormais détective privé au service exclusif d’une communauté d’anciens cobayes comme lui. Il est appelé par un certain Nigh, ancien colonel et pornophage assumé, qui le charge de retrouver une vidéo tournée par Adolf Hitler dans son bunker durant la seconde guerre mondiale. Mais fatalement, Jones découvre rapidement que tout n’est pas si simple…

Warren Ellis, le dynamiteur des histoires de super héros (The Authority, DV8) s’associe au surdoué J.H. Williams III (Promethea) pour composer ce drôle de polar.

Jones est un anti-héros redoutable. Il n’éprouve aucune émotion, il se défie du genre humain comme de la peste, et sa phobie du sommeil lui permet de réfléchir pendant des jours sans discontinuer. Ellis lui offre malgré tout une véritable efficacité au combat, qui lui permet d’obtenir en dernier recours ce qu’il demandait. Car si le prétexte grotesque d’un porno tourné par Hitler peut faire sourire, les véritables raisons de cette enquête sont bien moins gouleyantes et les ennemis que Jones va se créer au cours de cette histoire sont bien plus teigneux qu’il ne l’attendait. Sa sauvagerie et son manque d’humanité sont la seule réponse qu’il peut offrir à la dégénérescence de ses compatriotes, et à la folie communicative de Los Angeles, ville qui n’est pas présentée ici sous son meilleur jour…

Si l’aventure policière décalée et résolument cynique de Michael Jones apporte son lot d’émotions fortes, c’est en grande partie du au graphisme ahurissant de Williams. Les séquences de flash-back sont en lavis grisâtre tandis que la réalité est aussi abrupte que clinquante, avec son encrage chirurgical et ses couleurs criardes. D’une double planche construite comme un jeu de l’oie à un impact en noir et blanc, ce dessinateur étale sa maestria avec une efficacité redoutable. Et souligne toujours la noirceur et le pessimisme du propos de son compère scénariste.

Plus que l’histoire en elle-même, c’est bien le traitement et l’ambiance qui rendent ce titre si particulier. Car un soldat qui obtient de super pouvoirs suite à des expériences douloureuses, c’est du déjà vu, Wolverine peut en témoigner. Sauf qu’ici, le prix à payer est bien plus lourd que les avantages acquis. Et les savants fous ont caché leurs erreurs dans une Cité des Anges peuplée de dingues. Warren Ellis n’aime pas faire dans le politiquement correct. Et c’est tant mieux.

Par G. Colié
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Desolation Jones
1. Made in England

  • Currently 3.92/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (37 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Nicobax Le 08/09/2008 à 16:10:21

    Warren Ellis est vraiment un excellent scénariste. J'ai troué ça vraiment mortel !
    En gros l'histoire : Michael Jones (ni l'athlète, ni le guitariste, ni Mike Jones) est un agent des services secrets britanniques, tellement alcoolique qu'il est retiré du terrain et désigné volontaire pour un programme spécial appelé Desolation. Il en ressort après un an de torture complètement ravagé (il ne supporte plus la lumière, dort à peine, ne ressent plus rien pour personne) et assigné à résidence à Los Angeles. De là bas, il devient détective privé mais n'officie que dans un cadre où il y a intervention des services secrets (il ne veut pas que d'autres subissent le même sort que lui). Et ils sont plusieurs dans son cas, tous aussi tordus les uns que les autres (entre son pote qui est obligé d'aller bouffer des protéines à même la vache dans les champs, celle qui émet des phéromones de peur et celle qui construit des robots explosifs, ça donne un sacré casting d'ex-agents secrets sujets à des expériences).
    Un ancien aventurier, pornographe assumé, demande à Jones de lui récupérer des films porno tournés par Hitler dans son bunker qu'on lui a volé mais bien évidemment, tout est histoire de faux semblants.
    L'atmosphère est mortelle (bravo au dessin de Williams dont la technique change selon les phases - passé, action...), l'humour noir omniprésent, les dialogues très réussis et l'univers parallèle très prenant.
    Excellent ! Dommage que la suite ne tarde...

    elnegus Le 06/09/2008 à 20:23:20

    Michael Jones, ancien agent du MI6 est le seul survivant du test "désolation jones", orchestré par ses ex-employeurs. Il est depuis, assigné à résidence à LA, sorte de ville prison pour les anciens agents de tous bords. Ce premier story arc est une vraie réussite : on retrouve l'écriture fine et acerbe de Ellis et le magnifique dessin de JH William III. Jones évolue dans un monde plein de vices, de déchéance et Ellis prend un malin plaisir à s'attarder sur les différentes catégories sociales pour en dresser un regard froid et sans concession.

    Si vous avez aimé Transmetropolitan, alors Désolation Jones est fait pour vous, et inversement.

    Juste une chose, vivement la suite (si possible).