Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Gaston 9. Le cas Lagaffe

28/02/2007 29160 visiteurs 9.4/10 (12 notes)

C hic une chronique sur Gaston ! Bon, pour commencer, quel album choisir ? Hum, pas facile tant ce sont plutôt les situations et les personnages fétiches qu’on se remémore le sourire aux lèvres.

Et si on essayait le premier ? Oui mais le 1 c’est le 0, rarissime, ou le n°2 ? Argh… le 1 c’est en fait le cinquième, nommé ainsi pour redonner un semblant de cohérence. Sauf que quelques années plus tard pour homogénéiser les formats, les 5 premiers sont réédités sous la forme de 4 albums avec en plus des gags inédits. Le 5 devient alors le numéro mythique, celui qui n’a jamais existé, mais qui apparaîtra finalement en 1986. Vous me suivez ? Non ? M’enfin ? Pourtant on n’a pas encore parlé de la renumérotation ultérieure dans l’ordre chronologique…

Ce délire éditorial est à l’image de la série et de son « héros sans emploi », dont la conception poétique du classement est devenue légendaire. S’il faut absolument en choisir un, chacun pourra le faire selon sa sensibilité et ses souvenirs (« lequel ai-je lu en premier ? »), ses préférences graphiques entre le grand escogriffe tout mou du départ et le rieur débonnaire qu’il deviendra, ses inventions de prédilection, ses personnages favoris (Prunelle ou Fantasio ? Longtarin ou De Mesmaeker ? Lebrac ou Jules-de-chez-Smith-en-face ?)… il y a autant de lectures possibles que de pépites dans « la plus effroyable collection de gaffes jamais rassemblée » comme le prétendait fièrement le slogan des premières éditions.

Dans Gaston Lagaffe, le génial dessinateur donne bien sûr toute la mesure de son talent, notamment pour l’expressivité du mouvement. Franquin excelle aussi dans la représentation de… l’exaspération : Le cas Lagaffe est un véritable manuel à l’usage des thérapeutes chargés de soulager les cadres surmenés. Cet album, paru en 1972, voit l’apparition du chat dingue et de la mouette rieuse mais on y croise aussi l’indispensable gaffophone, deux ou trois déguisements dont le Marsupilami ("mais si on danse ?"), la boule de bowling ou encore le fameux cactus géant de tante Hortense. Une matière inespérée pour quelques running gags dont l’auteur avait le secret, et qui, au fil de la lecture, transforment les simples sourires en crises de fou-rire. La victime principale est ici Léon Prunelle, régulièrement en proie à des crises d’apoplexie, tandis que Lebrac est un peu plus chahuté qu’à l’accoutumée. En cause, les attaques en piqué de la Mouette sur les crânes, mais aussi les gaffes du Chat à la poursuite d’une super-balle au milieu des tables à dessin, dans une planche tout simplement éblouissante de maestria graphique.

Le dessin est bien sûr le point fort de la série, il est le principal responsable de la puissance comique de l’ensemble. Pour s’en persuader, il suffit d’observer certaines cases qui comportent à elles seules leur dose de musculation pour zygomatiques. Comptant avant tout sur l'effet visuel, Franquin soigne particulièrement le mouvement et la mise en place des éléments du décor, afin d’attirer le regard là où l'impact sera maximal. Sa capacité à traduire un geste, un déplacement, une trajectoire ont quelque chose de magique dans un art en principe figé, mais son talent réside aussi dans l’invention de postures hilarantes. D’un autre côté, il use avec bonheur de l’effet de répétition, le simple regard désespéré d’un Prunelle ou la rage écarlate d’un De Mesmaeker devenant alors irrésistible, alors même que le lecteur doit parfois deviner le chute (au propre comme au figuré).

Le graphisme est donc primordial mais le scénario des gags a également une part importante dans le plaisir de lecture. A cette époque, la personnalité de Gaston a déjà largement évolué, ses gaffes reposant davantage désormais sur ses inventions saugrenues que sur sa maladresse. Dans cet album, il est le plus souvent relayé par ses animaux, qu’on devine beaucoup plus malicieux (sournois ?) que leur maître dans le domaine de la farce. Avec ce duo animalier improbable, Franquin a trouvé le moyen de diversifier avantageusement l’origine des catastrophes, imprimant un rythme épatant à l’album. Ses nouveaux amis deviendront dès lors des éléments clés dans les recueils suivants.

Synthèse désopilante de tout l’univers d’un héros dont la notoriété a dépassé le simple cadre de ses aventures, Le Cas Lagaffe est idéal pour une incursion rapide. La lecture intégrale de la série est toutefois préconisée, comme remède anti-morosité. Cinquante ans après sa première apparition, Gaston demeure une des plus formidables séries humoristiques de toute la bande dessinée. Voire la meilleure, tout simplement. Tant pis pour la modestie légendaire de Franquin !



28 février 2007, 50 ans de la création de Gaston...
Spécial Franquin sur BDGest.com
:


Chroniques :
» Le cas Lagaffe
» 60 gags de Modeste et Pompon
» Le prisonnier du Bouddha
» Les robinsons du rail
» Les idées noires
» Le nid des marsupilamis

News :
» Gaston 50 : l'album événement
» Spirou n°3594 : spécial Gaston !
» Inauguration d'une fresque Gaston à Bruxelles
» 50 ans, oui, et après ?

Par M. Antoniutti
Moyenne des chroniqueurs
9.4

Informations sur l'album

Gaston
9. Le cas Lagaffe

  • Currently 4.77/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (153 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Bdphildefer Le 30/01/2019 à 19:04:24

    Le Cas Lagaffe fait partie des annales de l'univers de la bande dessinée.
    Le premier album où l'on croise la mouette et le chat !
    Les gags sont à couper le souffle.
    UNE VRAIE TUERIE !!!

    Le Mulet Le 20/05/2006 à 00:49:00

    Cet album est un des meilleurs de la série ,avec des gags supers et l'apparition du chat et de la mouette dans les bureaux.