Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Big Foot 1. Magic child

22/02/2007 21666 visiteurs 7.3/10 (10 notes)

A près Gus et Billy Wild , voici encore un album décidé à secouer le bon vieux Western à la mode franco-belge. Si la coïncidence est étonnante, elle est également réjouissante puisque chacun de ces titres, pour des raisons diverses, est une vraie réussite.

Avec Big Foot, c’est avant tout la forme qui est importante, même si la jubilation de Dumontheuil à s'approprier les codes du genre est perceptible. Les amateurs de Blueberry et Durango seront peut-être déroutés par cette façon de revisiter leur univers fétiche, mais ceux qui connaissent déjà l’auteur de Qui a tué l’idiot retrouveront avec bonheur son style décalé, dans une adaptation d’un western baroque écrit par un auteur culte des années 70. Pas de longue chevauchée ici ni de bataille épique, mais un duo de cow-boys impayable qui occupe le devant le scène en 23 mini-séquences complètement loufoques. D'un côté Ned, depressif en quête du père qui ne parvient plus à tuer, et de l'autre Zeb, qui compte tout ce qui peut se compter (les balles, les moutons, les virages, les secondes avant l’orgasme… une caractéristique qui recèle un énorme potentiel comique, que Dumontheuil ne se prive pas d‘exploiter). Les autres protagonistes ne sont pas tristes non plus, mention spéciale au tueur de moutons Sheep Buggy et à l’énigmatique Magic Child qui entraîne les deux zigotos dans une chasse au monstre mythique.

Les grands personnages indolents, typiques de l’auteur, sont parfaits pour la mise en images de cette galerie de pieds nickelés. Même si les couleurs d’Isabelle Merlet sont plus classiques (et d’ailleurs très réussies, notamment avec les grands aplats dans les tons marrons), le graphisme très typé risque de rebuter les amateurs de westerns traditionnels. Ce serait dommage, car ce pastiche est plein d’humour et recèle des hommages au genre, comme ce shérif aux faux airs de John Wayne, qui ne laissent aucun doute sur le sentiment de l’auteur à l’égard d’un univers qu’il connaît visiblement. Si les premiers comblés seront naturellement ses fans qui retrouveront encore une fois son ton particulier, d’autres pourraient fort bien se laisser prendre, même si le côté parodique prend parfois le dessus sur une intrigue un peu trop secondaire. Gageons que la rencontre imminente avec le « Saswatch » (le monstre, autrement dit le fameux Big Foot, dont on imagine aussi le potentiel en matière de situations comiques) corrigera ce léger travers…

Par M. Antoniutti
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Big Foot
1. Magic child

  • Currently 3.98/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (143 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    omoide Le 21/10/2018 à 22:00:36

    (6/10: assez bien)
    Cette bédé me laisse perplexe: je n'arrive pas à savoir si cet album est largement prétentieux, ou s'il tient plutôt d'un raffinement auquel je serais aveugle (disons plutôt myope).

    A la fin de ce 1ier tome, on se dit que l'histoire est décidément étirée en longueur, et qu'elle devient douloureusement compliquée si sont rôle était de servir de trame à une bande dessinée humoristique.
    Pendant la lecture, j'ai eu le temps de me demander plusieurs fois quelle proportion peut prendre une histoire pour justifier l'humour dans une bédé humoristique? Et l'humour doit-il être bon dans une bonne bédé humoristique? Car, ici, l'humour est tour à tour pompier, pince-sans-rire, noir ou prévisible (le running gag du comptage, les chinois qui font pshitt, le sosie de John Wayne, les indiens qui se font trucidés, etc).

    Néanmoins, le storyboard m'a paru d'une construction élaborée, les sketches s’entremêlant, et se référençant les uns les autres. Et c'est ce qui me fait dire que l'album vaut certainement d'être lu - il donne envie de savoir ce que les autres lecteurs en ont pensé, ce qui n'est pas toujours le cas!

    En espérant que la lecture du 2nd tome m'éclaircira sur la nature de cet histoire.

    kurdy1207 Le 18/01/2017 à 13:34:46

    Par moment drôle, par moment grivois, et par moment … un peu tiré par les cheveux mais l’ensemble est plutôt sympathique. On a même droit en deuxième partie de l’album à une caricature du John Wayne de Rio Bravo en Shérif assez réussie. Bref, on passe un bon moment.

    gazouz Le 29/12/2016 à 10:53:46

    J'étais plutôt emballé ... originalité et beauté des dessins, personnages atypiques et surprenants, situations drôles ... tout concourait à de bons moments de lecture ... je me réjouissais déjà à l'idée de découvrir les albums suivants avant même d'avoir finir celui-ci ...
    Hélas, je trouve la seconde partie de l'album, confuse et décousue. L'horaire était certes tardif, j'avais du mal à tenir mes yeux bien écarquillés !

    excessif Le 27/09/2008 à 19:33:18

    Comment résister à l'attrait du nom de Richard Brautigan, "inspirateur" de ce "Big Foot" ? Grand choc de notre adolescence, la lecture de "Un Privé à Babylone" nous avait appris que l'on peut déconstruire un genre tout en le magnifiant. Et on retrouve bien ici ce même travail sur les codes, qui se voient allègrement retournés comme des gants, transpercés d'envolées poétiques intenses : n'ayant pas (encore) lu "Le Monstre des Hawkline", je ne sais pas ce qui appartient à Brautigan et ce qui est le résultat du travail de Dumontheuil, mais le tout est superbe d'intelligence, de profondeur et d'humour... même si l'on retrouve une angoisse existentielle noire derrière l'absurdité répétée de nombreuses scènes et dialogues... Un mot enfin sur le dessin ondulant, sensuel, dynamique, de Dumontheuil : c'est un pur et simple régal. Un seul bémol, une indéniable ressemblance entre le travail "intellectuel" fait ici sur le western et la série "Gus" de Blain, mais c'est certainement une simple coïncidence spatio-temporelle !

    chtifchtif Le 14/01/2007 à 20:32:15

    Encore du bon Dumontheuil, toujours aussi loufoque, mais moins absurde que dans la "Femme Floue". Côté dessin, rien à redire, on aime toujours autant les ondulations de Dumontheuil, notamment dans les quelques plans larges. Le point fort de ce tome, ce sont les dialogues très amusants qui font mouche sans arrêt. Et puis, il y a Magic Child, une héroïne en trois coups de crayon décidément très attirante...

    A lire avec un bon country rigolo en fond sonore (là, j'avais les Kentucky Colonels, c'est parfait)