Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Malone 1. Faux pas

15/02/2007 7976 visiteurs 7.0/10 (1 note)

P ierre Brémont est sur le point de révéler au public, par voie de presse, toutes les magouilles d’un homme puissant au comportement mafieux. Plus que quelques pièces à rassembler, l’affaire de quelques jours et il atteindra son but. Seulement, dans la planque qu’il croyait sûre, un tueur l’attend.
La réputation du commissaire divisionnaire Malone pour démêler les cas où les apparences sont trompeuses n’est plus à faire. Celui-ci devrait lui donner l’occasion de briller. Encore faut-il attendre que le forfait ait été commis pour qu’il entre en scène.

Adaptée du roman éponyme de Michel Rio (Seuil), voici une série qui débute bien en enrichissant la collection Ligne rouge qui a déjà donné quelques classiques dans le genre Policier. Citons pour mémoire Fog, Les coulisses du pouvoir, Caroline Baldwin ou bien évidemment, tiens, tiens Le tueur. Ce premier tome de Malone se fait remarquer par un jeu d’alternance subtil entre longs passages silencieux, réservés paradoxalement aux passages les plus rythmés, et les échanges très fournis entre les protagonistes. L'occasion pour Rovero d'afficher un savoir-faire évident pour composer un découpage précis et une variation affutée de plans en particulier pour montrer des personnages immobiles. C'est le cas par exemple pour ce long dialogue entre le journaliste et l’homme chargé de l’exécuter qui rappelle un schéma fréquemment rencontré au théâtre. Deux hommes qui n’ont visiblement rien en commun se découvrent dans des circonstances qu’ils n’ont pas choisies.

Ils sont indiscutablement intelligents, ils se dévoilent par bribes et au détour de répliques ciselées, ce qui permet au spectateur de percevoir les grandes lignes de l’intrigue. Par instants, ils semblent se satisfaire (sans aller ici jusqu'à y prendre goût) de ce jeu du chat et de la souris mais, tous, personnages et lecteur, connaissent l’issue de cette rencontre éphémère.

La croisade du Monsieur Propre de service n’est pas l’essentiel, la personnalité et les motivations profondes de l’inconnu sont bien plus intéressantes. L’assurance et la froideur d’un tueur apparemment peu enclin aux remords couplées à une érudition manifeste suscitent bien vite un sentiment de fascination, ressort classique mais ô combien efficace. Grâce à ce type de « méchants », les bienfaiteurs de l’humanité gagnent leurs plus beaux galons. C’est tout le mal que l’on souhaite à Malone qui s’invite sur le tard dans la série qui porte son nom (planche 44 !). A dire vrai, l’intervention d’un flic dans cette histoire qui tenait parfaitement debout sans intervention d’un véritable représentant de la justice et de la morale en vient presque à surprendre, et exagérons un peu, à décevoir. Mais à l'image du tueur, c'est l'auteur qui décide.

Entrée en matière convaincante donc, et résistant à l'envie de pas plonger dans le roman pour connaître la suite, l’espoir est grand de voir l’histoire garder ce ton subtil et faussement détaché plutôt que de tomber dans un duel un peu sommaire entre deux intellects que d'évidence tout oppose. « Avec ce Faux-pas, Malone démarre du bon pied ». Il y en a qui ont vu leur tête mise à prix pour moins que ça…

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Malone
1. Faux pas

  • Currently 3.23/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    daglefou Le 30/08/2017 à 14:10:11

    Suberbe !
    Des dialogues magnifiques...
    Un concept et une façon de voir et percevoir le monde exposée par tueur si puissants et argumentés qu'on se sent attiré par ce personnage.
    Le commissaire Malone attend la fin du premier album pour faire son apparition et de par ses déductions, on est impatient de voir la confrontation avec le tueur.
    Le héros laisse sa place de personnage principal et c'est bien...
    Un dyptique bien construit...

    ppg Le 24/05/2010 à 14:18:50

    Rarement une bande dessinée n'aura délivré une telle puissance introspective et réflexive. Si l'histoire (belle, mais assez conventionnelle) pourrait se résumer en un assez court paragraphe, il n'en ait pas de même des réflexions philosophiques du mystérieux tueur. C'est lui que nous suivons, c'est lui le personnage principal, non pas le commissaire Malone. On dirait, paradoxalement, que de par sa position extrême (celle d'enlever la vie) c'est lui qui arrive le mieux à objectiver de manière froide mais visiblement lucide l'humanité, son rapport au monde et la façon dont l'homme a d'interagir avec ses semblables en se fourvoyant dans des raisonnements subjectifs qu'il croit justes, alors qu'ils l'aveuglent.
    Le découpage narratif et graphique consiste en une alternance entre des séquences chargées de textes avec d'autres qui en sont dépourvues. Les dessins sont très réalistes, dans la tonalité du scénario. Quant aux couleurs, pour ma part, ce panorama de gris, de noir, de brun ou de vert terne, me semble participer à la froideur du contexte : un tueur à gages froid, quasi insensible, qui évolue dans des sphères sordides. D'autant plus que ce tueur ne semble pas être très bien dans sa tête...

    voltaire Le 01/02/2008 à 21:32:43

    On aimerait pouvoir dire du mal de cet album car finalement les dessins ne sont pas terribles, le début de l'histoire est bavard et même verbeux !, l'assassin-méticuleux-propre-sur-lui-très-professionnel-mais-qui-a-un-coeur-sous-sa-gabardine fait quand même très cliché.
    Eh bien malgré tout cela, ça fonctionne !
    En fait on veut surtout savoir ce qui a lié le tueur et la jeune veuve (elle a des faux airs d'Emmanuel Béart jeune).
    On verra avec le second album ce que vaut vraiment la série. En attendant, voici un très gentil moment de détente.

    madlosa Le 01/03/2007 à 19:51:38

    Peu de dialogues, des planches bien construites... On est loin cependant de l'impact que représente la série culte Le Tueur de Jacamon/Matz. Le deuxième volume situera cette BD dans la catégorie géniale ou moyenne.