Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Rangaku 1. La cité sans nuit

15/02/2007 6271 visiteurs 6.0/10 (1 note)

S ous l’ère Kan’Ei, au 17ème siècle, un comptoir commercial hollandais situé à Nagasaki tente de se maintenir tant bien que mal, assailli par les réglementations isolationnistes et contraignantes édictées par le shogun Tokugawa. Hendrik Van Effen fait la connaissance de Kenshin Takeda à la suite d’un malencontreux accident qui a blessé le jeune neveu du vénérable samouraï. Alors que le médecin hollandais se fait remarquer hors des murs du comptoir en pleine nuit, Takeda vient à son secours et décide de lui faire visiter le quartier des plaisirs de la ville. Mais à leur retour, un bruit de sabres les interpelle et, une fois sur les lieux, c'est un cadavre décapité qu'ils découvrent…

Ce nouveau titre de la collection Dédales, mettant en scène des séries policières sur fond historique, est mené par deux grands habitués de la «fumetti» transalpine. Di Vincenzo est professeur de dessin à l’école de BD de Rome, et contribue régulièrement à la mythique série Dylan Dog. Luca Enoch, de son côté, a déjà été aperçu en France par le biais de sa série Morgana.

Rangaku est une série internationale : publiée par un éditeur français, écrite et dessinée par des italiens, située au Japon, et menée par un héros hollandais, elle a le mérite de vouloir s’affranchir de toute frontière. Enoch, loin de tout exotisme mièvre, pose de nombreux petits détails réalistes sur le Japon de l’époque qui font rapidement savoir qu’il ne s’est pas aventuré dans ce glorieux pays oriental en touriste. Hendrik, quant à lui, parle japonais – petit artifice scénaristique – mais ne connaît rien aux us et coutumes du pays, permettant ainsi au lecteur de les découvrir avec lui. Les facilités de ce genre ne servent pas fondamentalement la crédibilité du récit, mais permettent de ménager un rythme dynamique et cohérent. L’amitié qui s’instaure progressivement entre le chirurgien et le samouraï est plaisante, et leur progression dans l’enquête est palpitante. Il est à noter que les relations et confrontations entre japonais et occidentaux sont ici cristallisées par la religion chrétienne, résolument interdite, et incomprise, par le shogounat.

En artisan sûr de lui, Maurizio Di Vincenzo livre des planches à la construction efficace, croque des personnages bien campés et Jean-Jacques Rouger enrobe le tout de couleurs lumineuses. Rien de transcendant, mais c’est de la belle ouvrage, malgré un style un peu impersonnel.

Ce premier tome (sur deux) ne perd pas de temps en vaines agitations, et annonce d’emblée une enquête intrigante à défaut d’être passionnante. C’est bien mené, techniquement irréprochable, et il s’en faut de peu pour que l’on soit surpris.

Par G. Colié
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Rangaku
1. La cité sans nuit

  • Currently 3.27/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.