Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les Âmes sombres Les âmes sombres

15/02/2007 7319 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

M élodie est une petite mamie sans domicile fixe. Pourtant, elle est joyeuse et pleine de vie, toujours prête à aider son entourage, entretenant une foi inébranlable en la bonté humaine. Cette dernière est mise à rude épreuve lorsqu’elle rencontre une bande de voyous dirigée par Ralf, aux méthodes pour le moins sauvages et sans pitié, dont elle devient l’assistante plus ou moins contre son gré.

Les âmes sombres aborde le difficile sujet des sans domicile fixe, tristement d'actualité à cette période de l'année. Pour cela, Marc Vlieger (L'échangeur) ne fait pas dans la demi-mesure, mettant en scène des caractères extrêmes. D’une part cette vieille dame adorable, qui toucherait n’importe qui par sa gentillesse et son humanisme. De l’autre, des brutes semant la terreur dans leur quartier, qui n’attendent plus rien de la vie. En conséquence de cette approche quelques peu manichéenne, le récit perd en crédibilité et peine à être réellement convaincant ou touchant malgré la dureté du thème. Mélodie passe finalement pour une bonne samaritaine digne d’un téléfilm quelconque débordant de bons sentiments, ce qui n’était pas forcément l’objectif de l’auteur à la base.

À l’image de son graphisme, cette histoire se révèle accessible mais un peu trop simple, manquant de profondeur. C’est alors assez étonnant de la trouver dans la collection Mirages qui a déjà accueilli des albums mémorables tels Pourquoi j’ai tué Pierre ou La malle Sanderson.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les Âmes sombres
Les âmes sombres

  • Currently 3.74/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (23 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 15:34:27

    Que dire des âmes sombres ? Beaucoup de choses. J’évacue tout de suite la forme : le dessin est sympa. C’est dans la droite ligne de ce qu’on peut attendre. Rien d’exceptionnel mais un travail correct.

    L’histoire se concentre sur une vieille dame sans domicile fixe. Sa bouille inspire tout de suite la confiance aux lecteurs. On pourrait facilement s’attacher à ce type de personnage s’il n’y avait pas un côté extrêmement moralisateur avec des proverbes diffusés à profusion. Cela me rappelle une mauvaise expérience de bd à savoir Le Chat qui déblatère tous ces dictons à visées philosophiques. Comme si la vie pouvait se résumer en une ou quelques phrases bien placées... Il n’y a rien de pire que ces gens qui croient tout savoir car ils ont du vécu. Nous avons tous des choix de vie différents et il faut les respecter sans émettre de jugement.

    La confrontation va avoir lieu avec un chef de bande assez violent. Cela me fait bien rigoler car on a une bande de squatteurs sans domicile fixe à l’allure d’un gang mafieux. Il y a comme qui dirait une erreur de casting avec des dialogues trop soutenus pour des voyous. Ces crapules sans foi ni loi sont les âmes sombres. La vieille dame va essayer de sauver ces âmes. Le doute sera laissé jusqu’à la fin sur le fait de savoir si cette dame qui entend des voix est un ange gardien. Jamais le seuil du fantastique ne sera franchi. Tant mieux car on aurait basculé dans la facilité.

    Au final, malgré toutes les imperfections inhérentes à ce genre d’histoire, j’avoue avoir plutôt aimé. On a envie que cette dame s’en sorte au milieu de toute cette pauvreté, au milieu des sans-abris. On est ému par son humanisme et sa foi en la vie et en l’homme. Si seulement cela pouvait être aussi simple... On y croirait bien !

    zaaor Le 15/10/2007 à 01:49:37

    Dans le talmud il y a une phrase qui dit: qui sauve une vie, sauve l'humanité.
    Tout est donc résumé ici par cette phrase.

    Une bd dure, qui effleure le monde dur des sans-abris qui choisissent de rester
    dans la colère, l'aggressivité et la misère. La rencontre du noir et du blanc,
    représenté par cette drôle de petite bonne femme qui a quitté son métier de
    pharmacienne et erre où la mène les voix qu'elle entend.