Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

NonNonBâ

12/02/2007 12132 visiteurs 8.4/10 (7 notes)

N onnonbâ est la veuve d’un moine bouddhiste et s’occupe souvent du jeune Shigeru, le fils de ses voisins. Pauvre, elle doit sa subsistance en grande partie à leur aide. En échange de quoi elle s’occupe régulièrement du ménage, de diverses tâches domestiques et offre sa compagnie et ses conseils aux enfants. Shigé-san est quant à lui un artiste dans l’âme, écrivant et dessinant des aventures fantastiques, mais négligeant ses devoirs d’école. Les histoires fabuleuses, les légendes et les croyances que lui racontent Nonnonbâ enrichissent et modèlent peu à peu son imaginaire…

Shigeru Mizuki est un auteur encore méconnu en Occident, mais il fait pourtant partie des grands auteurs classiques du manga, au même titre qu'Osamu Tezuka. Cornélius lance donc une publication à vocation culturelle, et le grand prix accordé par le jury du Festival d’Angoulême en 2007 a permis d’offrir une lumière inédite pour un auteur aussi atypique, en attendant la sortie imminente de son œuvre la plus connue : Kitaro le repoussant.

Œuvre pour une large part autobiographique, Nonnonbâ est une véritable déclaration d’amour à la mythologie japonaise et aux drôles de créatures qui peuplent les superstitions de son pays. Shigeru Mizuki se met donc en scène, ainsi que ses proches, et déroule dans le quotidien des années 30 de nombreuses histoires courtes aussi édifiantes qu’étonnantes. Les yôkaï, ces étranges créatures évoluant dans une sphère proche de la nôtre, mais ne s’y montrant véritablement que de manière sporadique, sont autant de prétextes à de petites leçons de vie de la part de Nonnonbâ. Il ne faut pas voyager affamé, au risque de se voir assailli par un hidarugami. Il faut avoir une hygiène irréprochable, sous peine de voir débarquer Akanamé, un yôkaï qui lèche toute saleté avec sa longue langue râpeuse et attire le malheur sur la maison… Les conseils de Nonnonbâ sont empreints de sagesse et font régulièrement sourire par leur fraîcheur et leur apparente naïveté. Mais ils sont aussi autant de preuves des changements brutaux qu’a connu la Japon d’après guerre : les superstitions se sont taries, la magie qui baignait le quotidien du jeune Shigé-san s’est évaporée. C’est donc avec une évidente nostalgie que l’auteur évoque ces années bénies où de semi divinités peuplaient encore les villages aux côtés des gens. La tendresse et l'émotion ont donc une saveur toute particulière, dans un monde où une jeune fille pouvait mourir d'une "simple" pneumonie par un hiver un peu rude...

Le graphisme se met totalement au service de l’histoire, et sert du mieux qu’il peut la narration. Car l’auteur de manga dit «classique» est raconteur d’histoire avant d’être dessinateur. D’où l’importance de la narration, variant entre la lenteur d’une longue discussion entre un Shigé-san effrayé et une Nonnonbâ édictant une nouvelle règle de conduite à tenir face à tel ou tel yôkaï et le dynamisme d’une séquence guerrière entre deux bandes rivales du village.

Il est au final impossible de résumer une telle somme de petites légendes du quotidien, et c’est là toute la richesse de cette œuvre. Le lecteur y découvrira un merveilleux très éloigné du modèle occidental (qui met en avant l’aventure épique et les héros gorgés de courage et de vaillance), qui fait cohabiter les vivants et les morts, les braves gens aux esprits moqueurs, et ce dans la vie de tous les jours. Merveilleux, voilà un mot qui correspond si bien à ce livre…

Par G. Colié
Moyenne des chroniqueurs
8.4

Informations sur l'album

NonNonBâ

  • Currently 4.12/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (57 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    elnegus Le 29/08/2008 à 11:58:34

    Début des années 30. Nonnonbâ nous décrit la vie ordinaire d'une famille japonaise dans une petite ville rurale de la côte ouest du Japon et plus particulièrement de Shigéru. La narration est ponctuée du récit "réel" auquel vient se fondre l'apparition de Yokaîs, le bestiaire fantasmagorique japonais. Alors oui, à travers les Yokais, on perçoit la culture et la mentalité japonaise, oui c'est mignon, oui ça dégouline de bons sentiments, oui c'est une ode à la jeunesse et à son monde imaginaire permettant de faire face à la réalité des adultes, oui oui et oui mais ... non. Ca suinte justement trop le bonbon rose et ça en devient un peu niais, trop gentillet et ça devient vite lassant (dommage pour un paver de plus de 300 pages).

    A réserver pour les fans de la culture japonaise

    zazou99 Le 11/09/2007 à 09:08:01

    NonNonBâ.... Je me suis jetée sur ce manga, à la lecture des critiques élogieuses et du prix d'Angoulême 2007. Quelle déception...
    Les personnages principaux sont caricaturaux, surtout du point de vue dessin, mais aussi en termes psychologiques. Les scènes ne se suivent pas et forment un patchwork de courts scénarios. J'aurais aimé pouvoir rentrer plus dans chaque scène, prendre le temps de s'imprégner. Mais là, presentation de la scène, oh un yokai, ouf sauvés.
    Parfois la simplicité permet à la poésie de s'exprimer, là pour pour moi, elle la dessert clairement.
    Bref, pour amateurs.

    zanzibar Le 01/02/2007 à 18:03:02

    -
    NonNonbâ
    De Shigeru Mizuki

    Un lourd pavé de 29 € qui fait réellement peur. Un titre passé totalement inaperçu à mes yeux lors de sa sortie.( Quel grand tort !) Il fut pourtant primé par le Jury D’Angoulème 2007. Certains vont meme jusqu’à dire que nous avons affaire au Miyazaki du manga. La prière est une activité qui ne mange pas de pain, espérons de tout notre « cœur » que ce ne soit pas le cas. En d’autres termes prions pour que l’auteur n’entre pas dans des pacifisme absolus, et dans des délires de persécution de mère nature. En somme la lecture s’annonce sous les meilleures hospices.
    ( Zanzibar en proie en une grande superstition !)

    Heureusement et rapidement l’auteur esquive l’écueil des grands moralistes à la Miyazaki et nous offre une œuvre fine, doué, tactile. Alors quels personnages principaux allons-nous rencontrer.
    Tout d’abord, il y a NonNonbâ qui a une existence très pauvre, voire quasi misérable, rythmée par les saisons, et par la prière. Puis Shigéru, un enfant qui joue à la guerre avec les enfants du quartier d’en face, et s’enfuyant dans l’ imagination, et les récits de cette mémé. Son passe temps favori c’est de créer des Bandes dessinées. Il fera d’ailleurs preuve, sur la fin, d’une grande maturité sur la question de la hiérarchie. Et aussi le grand père de Shigeru un vieil homme sermonneur. Le père de notre jeune héros employé, au début, dans une banque, sera licencié et travaillera par la suite en pointillé. Son reve devenir un scénariste de film des années 20. La mère de Shigeru rabache son bon sens d’une voix monocorde. Une cousine plus proche d’un amère souvenir de la vie que la vie elle-meme. Sans oublier l’avenir sordide que l’on réserve à cette jeune fillette Miwa.

    Le récit est, quand à lui, coupé en deux parties distinctes, et dans ces morceaux d’environ 200 pages on suit les tranches de vie d’une manières saccadés mais loin d’etre éparses. La précision de l’environnement Japonais permet au lecteur de facilement se situer et de frissonner ( je dis frissonner, très souvent ils sont plus proche de la farce que de la crainte !)lors de l’apparition des Yokai. Dans la première partie, on découvre la vie que mène NonNonbâ, mais un beau jour de printemps son mari meurt. En peu de temps elle sera recueilli par les parents de Shigeru comme femme de ménage. Mais cette mémé n’est pas comme les autres car elle n’a pas son pareil pour raconter les histoires d’ames errantes. C’est aussi ce qui la distingue des autres pour notre jeune héros. Dès le départ cette mamie, à l’esprit facétieux et farceur, dit ceci : « Ce n’est pas parce que l’on ne les perçoit pas que les choses invisibles n’existent pas… ».
    Une forme d’initiation, sans quete fondamentale, à la vie par cette mamie pétrie de petites folies quotidiennes.
    Sans tomber dans le lacrymal misérabilisant, ou dans la pitié avilissante, l’auteur nous sort un récit complet et tactile, infiniment savoureux.

    Malgré tous ces points savoureux, il faut avouer que le graphisme est plus ou moins réussi en fonction des pages. Très souvent la faune ( les esprits !), et la flore sont plus accompli graphiquement que les personnages principaux et leurs mimiques. Mais on se rend compte au fil des pages que l’auteur traite parfaitement l’angoisse de la mort dans la vie quotidienne avec comme composante importante, et intermédiaire avec le monde des vivants : « les Yockai ».

    Bref, loin des Miyazaki, et autre sermonneur qui font feu de tout bois, c’est bien le caractère de précision du détail dans la mort, les blessures de tous les jours, c’est celui aussi des sensations et impressions qui nous structure durant la vie quotidienne qui revet ce tempérament universel du à l’œuvre.
    Enthousiasment et brillant.
    -