Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

1941, port de Plymouth, alors que la seconde guerre mondiale bat son plein, le sous-marin Jason s’apprête à partir en mission sous les ordres du capitaine Wallis. Son second, le lieutenant Woolf se serait bien vu seul maître à bord après Dieu. Non pas qu’il en veuille à son supérieur mais il a le sentiment d’avoir le bagage nécessaire pour tenir ces fonctions. La pratique en temps de conflit va vite le rappeler au bon souvenir de la réalité et la sentence de tomber : « l’expérience au combat, on trouve pas ça dans les livres, Lieutenant ! ». L’aguerrissement de Woolf sera à la fois long et assez rapide, la période étant propice à la maturation.

Quoi de plus fort en terme de lieu, pour éprouver les hommes en position de commandement, que cette atmosphère étouffante où est imposé le huis clos ! Les derniers corsaires parle du rôle de chef, du sens du devoir et surtout de la solitude face aux décisions et aux responsabilités (ces grands mots mériteraient dans ce contexte des lettres majuscules). Ancrés dans leur vérité immuable, c’est aussi la folie et l’autisme de ces êtres qui sont évoqués. Telle la résolution d’une partie d’échec en rêve, la stratégie des combats parvient à agiter leur sommeil. Si certains traits de caractère peuvent paraître excessifs, il faut remettre ce récit dans son contexte historique et militaire pour bien saisir la pression que peut constituer celle de porter sur ses épaules la vie d’un équipage. L’épilogue, composé de lettres qui s’apparentent à un journal de bord, porte à leur paroxysme ces notions, « commander, c’est devoir faire des choix déchirants ».

Le dessin de J. Houde est en phase avec l’atmosphère de ce récit. Le trait, l’utilisation des couleurs et la variation des tons donnent un ensemble relativement désuet, c’est d’une autre époque qu’il s’agit. Si le scénario est bien construit, l’essentiel repose sur la psychologie et la personnalité des rôles principaux et là, c’est une réussite. Le capitaine Marko Ramius incarné à l’écran par S. Connery dans A la poursuite d’Octobre Rouge aurait eu sa place dans cette petite galerie de monstres marins insondables.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les derniers Corsaires

  • Currently 3.92/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.