Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L ’enfance et son cocon, période nappée d’insouciance et heureuse... Ce n’est pas réellement le créneau dans lequel l’auteur, Nadolny Poustochkine, s’est engouffré. Les cinq courts récits proposés ont en point commun la confrontation au mal-être. « Quand j’étais enfant, mon univers se limitait à deux pâtés de maisons. Tout semblait stable. Pourtant, j’avais l’impression que quelque chose de menaçant restait caché sous la surface. » D. Lynch. S’il ne s’agit pas d’une plongée dans l’univers du cinéaste, cette phrase porte bien l’indicible sensation qui pèse sur l’ensemble de cette BD. Sans chronologie, ces cinq flashs se situent entre la période où s’ancrent les premiers souvenirs et celle des prémices de l’adolescence, le rapport avec l’ennui et l'isolement volontaire se précise.

Si la relation avec autrui, ambigüités, domination, vie en collectivité apparaît en surface, il est surtout question de solitude, du rapport au corps, de résignation et du besoin d’évasion. La chair des pommes n’a rien d’une madeleine de Proust, elle n’est pas un levier qui déclenche des émotions liées au passé, mais une ouverture vers une hypothétique échappatoire. Dans ce monde à la limite du cauchemar, l’image de l’adulte est absente, sa présence est juste suggérée. Seuls quelques passages obligés, conflits fraternels, première cigarette, virée en mobylette et autres lecture de Tintin au Tibet permettent de brefs retours à la normalité et de reprendre pied.

Ponctuée de longs silences, la narration fonctionne essentiellement en sous-entendus et instaure une atmosphère particulièrement lourde. Cela à un point tel que malheureusement, s’installe en parallèle une sensation diffuse de confusion qui, si elle reflète bien l’esprit de l’enfant, peut perdre le lecteur qui reposera son livre avec de trop nombreuses questions laissées en suspens.

Le dessin, noir et blanc passant par le gris, fonctionne avec le climat déprimé qui règne et l'évolution de l'histoire qui semble à chaque case se fixer. Les visages peuvent être particulièrement expressifs, les maux de ventre du jeune garçon sont par exemple saisissants de réalisme. Il est juste dommage qu’il faille parfois s’y reprendre à deux fois pour savoir qui est qui.

Livre intéressant par certains aspects, La chair des pommes peut plaire, mais ce n’est pas une évidence. Le ton adopté par le récit et le fond risquent fort d’en rebuter plus d’un.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

La chair des pommes

  • Currently 2.78/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.8/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.