Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Jazz Club

11/01/2007 6838 visiteurs 6.0/10 (1 note)

L os Angeles 1966. Norman vient de se faire plaquer par Emily, lasse du manque d’attention qu’il lui témoigne. De quoi vous flanquer le blues, a fortiori pour un musicien. A ceci près que Norman, lui c’est dans le jazz qu’il œuvre et cette rupture lui coupe sa veine créative au lieu de l'inspirer. Rien. Le soprano ne sort plus rien de potable à son goût. Pourtant, un groupuscule de fans pour le moins acharnés se constitue et en fait un musicien culte. Dans tous les sens du terme, il parviendra à fuir cet environnement frénétique. Sud de la France, décembre 1999. Une tempête digne d’une fin de millénaire s’annonce avec son lot de mysticisme. Emily est de retour.

Jazz club est une curiosité. Comme son titre pouvait le laisser prévoir, l’album est construit comme une improvisation, sans pour autant renoncer à une petite mélodie qui ramènerait à la surface le lecteur avant qu’il ne perde pied. Il joue avec les épreuves vécues par son personnage principal comme on joue avec les thèmes d’un morceau en les répétant de temps en temps entre deux passages plus tortueux. Il jongle avec habilité dans sa construction avec la chronologie sans jamais rudoyer l’auditeur comme peuvent le faire les audaces typiques – et parfois hermétiques - du « free ». Finalement, il est très sage cet album, dans une veine plus Barney Willem qu’Ornette Coleman pour oser un raccourci de non-spécialiste.

Pour le dessin, impossible de ne pas penser au style de Voutch lorsqu’on découvre le personnage de Norman et le jeu des couleurs qui s’affranchit des crayonnés pour découper silhouettes et décors. Loin d’être un reproche, on se dit qu’il convient on ne peut mieux au caractère et à l'environnement de ce grand échalas un peu vouté qui a choisi de se couper du monde le jour où il a perdu l’élue de son cœur.

Finalement, au moment de fermer l’album, une envie est là, née d’une association d’idées entre sa conclusion et un titre mythique du jazz. L’envie, c’est celle de revenir à A love supreme. Ce n’est pas le moindre des mérites de Jazz Club.


A noter : Jazz club avait fait l'objet d'une pré-publication sur l'excellent site Coconino-world

>> Préview sur Bdgest

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Jazz Club

  • Currently 2.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (34 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.