Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

O livier est un garçon comme les autres. Il s’interroge parfois sur ce qui oppose ses grands-parents et ses parents à propos de la religion. Les uns souhaitent – et obtiennent - qu’il reçoive une éducation religieuse, les autres, adeptes de l’ambiance baba cool, prônent une attitude libertaire et permissive. Dans ce contexte, le tabou de la nudité, Olivier ne le connaît pas vraiment. A 12 ans, il part en colonie de vacances. Là Pierre, un curé qui a gagné l’amitié et la confiance du jeune garçon et de sa famille, lui demande de toucher son corps. Olivier ne sera ni violé ni abusé, mais cet évènement marquera son existence à jamais…

C’est avec un peu d’appréhension qu’on aborde cet album, parce qu’on en connaît le sujet. Parce que connaître le sujet abordé ne veut pas dire qu’on connaît le traitement qu’on lui a réservé, la nausée et une forme de voyeurisme pouvant être au rendez-vous en cas d’échec. C’est sur la pointe de pieds qu’on peut entrer dans ce Pourquoi j’ai tué Pierre, plutôt craintif de ce qu’on va y trouver.

Bien vite, on est rassuré. L’époque, l’ambiance, l’innocence, la légèreté font leur œuvre. De quoi être mis en confiance, comme le jeune Olivier. Le pressentiment de ce qui va arriver n’a pas disparu mais il est mis en sommeil. Baignées dans la béatitude communicative, les défenses se relâchent. Puis le rythme s’accélère, ponctué par les interludes « j’ai tué Pierre parce que j’ai xx ans » qui se font plus fréquents. L’insouciance s’estompe à mesure que les conséquences de la trahison de l’innocence et la portée de l’acte se font plus prégnants. En dire plus, en particulier sur le dernier tiers du livre, ce serait trop en dire et peut-être céder à une interprétation à coup sûr maladroite si elle est mal exprimée. Ce qui est inutile et probablement dangereux tant les mots peuvent être piégeurs. Quand on reste sans voix, mieux vaut peut-être ne pas chercher à paraphraser celui qui a décidé de rompre le silence.

Ce qui fait la force, et la cruauté évidemment, de ce récit c’est son authenticité, admirablement servie par une présentation d’une clarté (un sang-froid ?) exemplaire. C’est aussi cette mise en images et en couleurs étourdissante de simplicité apparente, d’audace, qui a su transcrire les changements d’époque, les tempêtes intérieures, la candeur, la rage. Elle sait être pudique, respectueuse, violente, noire. Elle sait rassurer, mettre en confiance, asséner des coups, s’éloigner de la réalité ou au contraire coller les pieds au sol et priver d'échappatoires. Le fruit d’une complicité, d’une osmose évidente entre les auteurs.

Indiscutablement une œuvre marquante et un des meilleurs albums de l’année, de la décennie...

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
8.8

Informations sur l'album

Pourquoi j'ai tué Pierre

  • Currently 4.47/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (162 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Moka Le 12/05/2014 à 21:08:36

    Il y a des démons qui ne cesseront jamais de vous hanter. Pour les uns, c’est une histoire d’amour, pour d’autres, le souvenir amer d’un être cher perdu. Certains ressassent, d’autres racontent, parlent. Il faut expier, cracher la douleur qui croupit. Olivier Ka choisit l’écriture. Il vomit ses maux sur les planches et laisse le soin au talentueux Alfred de les mettre en image. C’est percutant, c’est fin, c’est cru. J’ai été scotchée. Difficile de le dire autrement.

    http://aumilieudeslivres.wordpress.com/2014/01/08/pourquoi-jai-tue-pierre-o-ka-alfred/

    dalloway Le 25/03/2012 à 11:01:40

    Un début léger et un titre qui nous laisse présager que tout cela ne va pas durer.
    Le sujet de la pédophilie est abordé de façon extrêmement habile et juste. Même après, reste pour l’enfant la confusion des sentiments, celle-là même qui va se transformer en une culpabilité lourde comme un boulet qu’il va devoir se traîner toute sa vie. Enfin tout du moins une grande partie de sa vie, jusqu’à ce qu’il parvienne à « tuer Pierre ».
    (Un petit bémol en ce qui me concerne pour le dessin qui ne m’a pas embarquée, mais ce n’est qu’affaire de goût.)

    macluvboat Le 14/07/2011 à 15:00:34

    Trés jolie oeuvre, sur un thème difficile. Superbe narration, du trés grand art...

    A conseiller vivement... Tout simplement, génial...

    chocobogirl Le 01/03/2008 à 18:12:57

    Olivier, tiraillé entre l’éducation religieuse de ses grands-parents et celle baba-cool et libertaire de ses parents, va s’attacher au curé anti-conformiste de la famille. Un été celui-ci va lui demander de toucher son corps. Olivier ne sera pas violé mais cet évènement le marquera à jamais.
    Un album autobiographique très fort sur un sujet grave traité sans pathos et avec pudeur.

    babygol Le 13/12/2007 à 14:12:13

    On comprends pourquoi il à recu le grand prix d'Angoulème , très très fort !

    zaaor Le 15/08/2007 à 04:57:39

    Olivier ka a vécu une expérience traumatisante et navrante qu'aucun enfant ne
    devrait vivre dans sa vie. Le ton du livre, même s'il est léger au début, devient
    de plus en plus lourd avec la maturité et la réminescence des souvenirs de ce qui
    s'est passé cette journée-là. On sent la montée des émotions et la colère, la
    rancune, le désarroi, jusqu'à ce qu'enfin, l'abcès puisse être crevé.

    La BD devient tribune afin que la rédemption devienne possible. Aime-t-on le
    genre? Pourquoi pas si ça aide à guérir l'enfant meurtri qui demeure toujours au
    fond de nous...

    yvantilleuil Le 02/01/2007 à 17:21:43

    En fait, le plus facile serait de juste mettre la note maximale, sans mettre de commentaires, tellement il est difficile de trouver les mots justes pour décrire les sentiments que libère ce petit chef œuvre. Mais ce n’est pas le but de ce site, et si Olivier Ka a réussi à trouver les mots justes pour exprimer ses sentiments dans ce récit 100% autobiographique, la moindre des choses, c’est d’essayer de le faire également.

    Le récit débute à l’âge de 7 ans : l’ambiance est baba-cool, le ton est joyeux, Pierre est notre ami et Olivier baigne dans ce qu’il interprète comme le meilleur des mondes. On va dès lors suivre les pensées de cet enfant et vivre avec lui ce traumatisme qui vient cueillir son innocence dans un monde qui va lentement se noircir dans le regard d’Olivier. Cette trahison de la part d’un ami sera d’abord enfuie, pour ensuite être exorcisée au-delà de ce qui devait être la fin d’un récit honnête et plein de pudeur, mais qui s’avèrera finalement être l’arme d’un crime salvateur : Pierre est mort !

    Le sujet est sensible, le traumatisme est celui d’un enfant de douze ans qui est victime d’abus sexuel lors d’une colonie de vacances, le récit est une forme de psychothérapie, et si le crime est fictif, le lecteur est complice consentant de ce meurtre.

    La narration à la première personne est prenante. La pureté d’un enfant a été marquée au fer rouge par un acte de pédophilie, et même si le rouge n’était pas vif, la marque est bien présente dans l’esprit de l’adulte qu’il est devenu. La narration sort des tripes de l’auteur et règles les comptes avec un passé difficile à effacer, avec une éducation partagée entre des valeurs libertines et religieuses et avec un curé à l’esprit ouvert qui incarnait parfaitement ces valeurs inculquées.

    Le graphisme est celui d’un ami intime et talentueux du narrateur et cela se ressent. Une complicité et une harmonie entre le dessin et le scénario des plus abouties. De nombreuses trouvailles graphiques qui contribuent à exprimer les sentiments enfuis d’Olivier de façon adéquate et sensible. Un petit chef d’œuvre où les deux auteurs ne font plus qu’un, le temps d’un album magistral.

    On sait maintenant pourquoi et comment Pierre devait mourir, peut-être même que Pierre mourra plus d’une fois ou que plusieurs Pierres mourront. Quoi qu’il en soit, je n’ai qu’un seul conseil : achetez l’arme du crime et tuez Pierre !

    philig Le 08/11/2006 à 14:10:41

    ce qui est bien avec edgarmint c'est qu'il n'ya rien a rajouter!!
    si quand meme
    une bd indispensable!!
    elle est reussie de la couv ,magnifique, a la derniere page.

    edgarmint Le 25/09/2006 à 10:52:57

    De la grande BD, une narration parfaite pour une histoire particulièrement dure à traiter et un thème non moins dur. Un dessin teinté de belle insouciance, de naïveté qui porte parfaitement l'état d'esprit du narrateur à l'instant clé du récit - comme j'ai lu plus haut, il y a un avant et un après. Terrible sentiment de la tromperie, de l'abus de confiance et terrible sentiment de culpabilité en rapport à sa porpre naïveté. Ce moment est amené avec une grande finesse d'esprit, dans le sens où nous suivons le narrateur depuis sa petite enfance. La fin est, elle, particulièrement bien retranscrite au niveau du ressenti que l'on imaginer avoir à ces instants...
    Spoiler :

    Je trouve particulièrement fort cette analyse de l'enfant qui vit dans un milieu familial qu'il considère comme la norme - ce qui n'est pas le cas. Et cette découverte au rythme des années des travers de ce mode de vie jusqu'à son implosion... inéluctable

    Sincèrement c'est une BD d'une "force" extrème. Tout y est dit sans l'être par le biais de pensées, de descriptions et de ressentis. Lecteur, j'ai eu le sentiment d'être très proche du regard d'Alfred, un regard extérieur qui suit une histoire et en ressent la douleur, la colère au plus profond de son être.

    c'est une Très Très Grande BD - ne passez pas à côté :