Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Jinx

16/11/2006 11345 visiteurs 6.8/10 (5 notes)

D avid Gold, alias Goldfish, est un quelconque truand de quartier, multipliant les petites arnaques avec la complicité de Columbia. Une entente quelque peu électrique qui devient explosive lorsqu’ils entendent parler d’un magot de trois millions de dollars. Jinx, quant à elle, est une belle jeune femme d’une trentaine d’années. Chasseuse de primes toujours à la limite de la loi, elle est lasse d’une vie qui ne lui a jamais vraiment souri. Sa rencontre avec Goldfish sera violente, destructrice, au nom de l’argent, de la haine, mais aussi de l’amour.

Brian Michael Bendis est un auteur américain reconnu maintes fois primé. Scénariste de séries de l’univers Marvel (Ultimates Spider-man ou Daredevil), il est surtout passé maître dans l’art du polar noir avec Sam and Twitch, Alias ou des albums tels que Torso, Goldfish ou Jinx pour lesquels il est aussi dessinateur.

Un dessin qui rappelle immédiatement LA référence du genre, Frank Miller, avec ce noir et blanc dans lequel le noir domine. L’ambiance est sombre et repose sur un travail de lumière tout à fait remarquable. Toutefois, s’il est difficile de ne pas l'admirer, force est de reconnaître qu’il est par moment particulièrement difficile à déchiffrer et qu’il rend la lecture dans l’ensemble fastidieuse. Pourtant, l’histoire en a besoin. Car si la trame prise dans sa globalité est assez commune, la narration et les dialogues sont souvent construits de telle manière qu’il faut quelques pages avant de bien comprendre la situation et qui dit quoi. Alors c’est vrai, il y a de la recherche, mais il est légitime de se demander si tout ça n’est pas un peu superflu et n'opère pas au détriment de l’intrigue. D'autant plus que Jinx, Goldfish et Columbia forment un trio des plus intéressants aux relations houleuses, multipliant les coups bas et fausses alliances, rappelant sur bien des points le mythique Le bon, la brute et le truand.

La lecture de Jinx demandera un certain effort aux lecteurs non habitués au style de Bendis. Néanmoins, ce récit dense de près de 400 pages possède tout ce que les amateurs du genre peuvent attendre.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Jinx

  • Currently 3.52/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (23 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    sebastien01 Le 30/08/2020 à 15:46:50

    Deuxième album de la "trilogie" des polars noirs de Brian M. Bendis, Jinx se présente comme un préquel de Goldfish. L’histoire fut tout d’abord publiée en VO en deux mini-séries : la première chez Caliber Comics en 1996, immédiatement suivie d’une seconde chez Image Comics en 1997. Séries aujourd’hui réunies en VF chez Delcourt en un seul épais volume à couverture souple et papier mat, au format roman graphique sans donc que ni la distinction, ni le chapitrage, n’apparaissent (Jinx 1996, #1-7 et Jinx 1997, #1-5).

    Bendis transpose à Cleveland peu ou prou l’intrigue du film "Le Bon, la Brute et le Truand" de Sergio Leone dans l’univers du polar. C’est ainsi que l’on retrouve dans cette équipée incertaine, outre le personnage de Goldfish rencontré précédemment, Columbia (sous les traits de Bendis, un autre petit escroc mais un tantinet plus violent que son comparse) et Juliet Alameda dit Jinx (une chasseuse de primes un peu paumée et personnage principal de ce second acte). La bande est à la recherche d’un magot caché et, à l’instar du film, chacun devra bon gré mal gré collaborer pour mettre la main dessus.
    L’histoire est plus facile d’accès que la précédente et parait également plus aboutie en se concentrant, sans trop en dévier, sur cette quête tout en prenant le temps de bien caractériser les relations complexes entre ces trois personnages. On n’évite cependant pas quelques longueurs (comme lorsque l’on est inutilement attablé avec plusieurs clients du supermarché…) et, avec un bavard comme Bendis aux manettes sur près de 400 pages, il faut au moins autant de temps pour lire cet album que pour revoir le film dont il s’inspire.

    Bendis est donc également aux dessins et cela est aussi plaisant que sur Goldfish même si l’on sent qu’il a tout de même bien fait de privilégier une carrière de scénariste. Et il y a cette fois-ci moins de protagonistes et donc par conséquent moins de risque pour le lecteur de s’y tromper. En revanche, l’utilisation du roman photo pour illustrer les longs flash-back ne sont pas du meilleur effet et rompt avec le reste des planches. A noter, qu’il y a 8 planches du journal intime de Jinx illustrées par Michael Gaydos, non crédité dans l’album, avec qui Bendis collaborera plus tard sur la série Alias (dont le personnage de Jessica Jones rappellera d’ailleurs celui de Jinx).

    mougenot Le 11/10/2006 à 00:31:03

    Pour tous les fans de Bendis et autres...un polar/comics comme il en existe peu, à savoir Génial!
    De la même trempe que Torso, dans la droite lignée de Goldfish, Jinx s'impose dorénavant comme un must pour tout fan de Mister Brian Michael Bendis qui se respecte.
    Près de 400 pages d'un polar très noir, qui se laisse dévoré tout cru, sitôt qu'on l'a ouvert.
    Je recommande donc (vous l'aurez compris) ce petit chef d'oeuvre comme il en existe peu de nos jours!!!
    Vive Bendis!