[phpBB Debug] PHP Notice: in file /home/web/v5-bdgest/system/libraries/Cache/drivers/Cache_file.php on line 65: unlink(/home/web/v5-bdgest/application/cache/albums_fiche/): Is a directory
Fée et tendres automates 3. Wolfgang Miyaké
Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Fée et tendres automates 3. Wolfgang Miyaké

07/07/2003 12300 visiteurs 7.1/10 (8 notes)

T rois "figures": une fée, pureté dans un monde violent et corrompu, Un automate naïf et passionné ,et un despote junkie haï par son peuple, qui souille tout ce qui s'approche de lui. Ces trois personnages sont les acteurs d'une tragédie au coeur de Carlotta, mégapole tentaculaire d'une beauté d'un autre âge où vivent ou plutôt survivent des hommes qui n'obéissent plus qu'à certaines émotions primaires, comme la haine ou la peur...

Un souffle épique extraordinaire, une intensité dramatique énorme, un dessin grandiose servi par un découpage laissant la part belle aux cases énormes, un rythme assez lent et une voix off aux accents mélodramatiques prononcés, voilà les ingrédients qui font de Fée et tendres automates une oeuvre à part dans la production ambiante.

Ce troisième opus de la série fut grandement attendu, d'une part du fait de l'écart entre les tomes, d'autre part parce que Béatrice Tillier ne fait plus partie du voyage. Frank Leclerc, sur des pré-crayonnés de Téhy, reprend le flambeau, et s'attaque à une tâche très difficile: garder la flamme épique de Fée et tendres automates intacte, véhiculer des émotions intenses au lecteur, lui en mettre plein la vue, et faire en sorte que ce tome trois reste dans les mêmes nuances graphiques que ses prédécesseurs. Le résultat final est presque à la hauteur de l'attente. Frank Leclerc possède un trait légèrement plus anguleux que Tillier, peut être un peu plus sobre, surtout au niveau des décors .Cela fait perdre un peu de sa magnificence baroque à Carlotta et à l'album en général, mais les expressions des personnages sont criantes de vérité (arriver à faire passer les émotions de la fée rien que par les yeux est un beau tour de force), le passage d'un tome à l'autre se fait sans heurt majeur, la magie de Fée et tendres automates opère toujours.

Le (petit) problème de cet album vient des couleurs. Béatrice Tillier a su vraiment imposer sa patte sur les deux premiers tome grâce à ses couleurs exceptionnelles. Même si Le Prince, le coloriste du tome trois, a réalisé un travail qui mérite d'être salué, on se situe un cran au dessous de la performance (il n'y a pas d'autre mot) des deux premiers ouvrages.

Le scénario de Téhy lui ne déçoit pas une seconde, on se retrouve plongé avec délice dans le maelström d'émotions qui caractérise la série. Fée et tendres automates se situe entre le théâtre et le cinéma. Les dialogues trouveraient leur place dans une tragédie classique, alors que le découpage fait penser à un film hollywoodien.

Le mélange de ces deux caractéristiques, associé au dessin de Frank Leclerc et aux couleurs de Le Prince donne un album maîtrisé, marquant, mais qu'on ne peut s'empêcher de trouver légèrement en dessous de ses prédécesseurs... Reste que la fée, Jam, et l'intensité de leur amour nous poursuivront longtemps après la fermeture du livre... Et c'est là le principal.

Par petitboulet
Moyenne des chroniqueurs
7.1

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.