[phpBB Debug] PHP Notice: in file /home/web/v5-bdgest/system/libraries/Cache/drivers/Cache_file.php on line 65: unlink(/home/web/v5-bdgest/application/cache/albums_fiche/): Is a directory
Les Plombs de Venise 1. L'enfer pour compagnon
Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les Plombs de Venise 1. L'enfer pour compagnon

15/04/2004 8903 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

A venturier, libre penseur, espion, Giacomo Casanova est avant tout ce séducteur aux cent vingt-deux conquêtes, qui se confond parfois avec la figure de Don Juan. Contrairement à ce dernier, Casanova a réellement existé. De sa vie mouvementée il nous a laissé des Mémoires rédigés en français. Patrick Mallet qui signe là son premier album, n’a retenu du texte que le moment le plus célèbre, celui qui a trait à sa brillante évasion des prisons de Venise.

Juillet 1755. Soupçonné par l’inquisition de s’adonner à la sorcellerie, Casanova est condamné à « passer sous les plombs ». Ces plombs ce sont les cachots situés au dernier étage du Palais des Doges et qui doivent leur nom au métal qui en recouvre les toits.

Affichant une volonté de sortir des clichés, l’auteur se propose de retrouver l’homme derrière le mythe. Le début de l’ouvrage montre Casanova dans l’insouciance de sa vie de libertin tandis qu’à son insu se trame le complot qui conduira à son arrestation. Le ton manque un peu de naturel et il nous faut un certain temps pour accepter ce XVIIIe siècle au sujet duquel l’auteur ne s’est guère attardé à remettre en contexte les spécificités. La personnalité de Casanova quant à elle n’est que trop sommairement évoquée, et le dialogue semble trop « écrit ».

Cependant la suite remporte rapidement l’adhésion, dès que se font sentir les effets de la mise en marche de l’implacable machine judiciaire. Le destin de Casanova prend alors une dimension universelle : c’est celui de tout homme dont la vie bascule brusquement dans l’arbitraire. Les conséquences de l’incarcération et de l’isolement qui menacent de conduire à la folie sont finement traitées et à ce titre, la relation du héros avec son geôlier est particulièrement intéressante. Autre élément à souligner, l’auteur a judicieusement préféré conserver à son personnage une part de mystère plutôt que d’avoir recours aux facilités que pouvaient procurer un récit à la première personne.

Quant à l’aspect formel, disons-le franchement, la première impression est celle du «déjà vu». Aussi bien le graphisme que les couleurs évoquent les travaux de nombre des tenants de la «nouvelle b.d. . Mais une fois passée cette sensation on se surprend à découvrir les caractéristiques d’un dessinateur original. Le récit est servi par découpage qui mise sur la lisibilité, peut-être induite par le petit format de l’album. Le trait possède une véritable élégance : les personnages sont traités dans une manière quelque peu schématique et faussement naïve qui n’est pas sans charme, tandis que certaines solutions graphiques traduisent remarquablement le confinement du héros dans sa cellule comme les divagations de son esprit.

L’auteur a réussi son pari, celui de nous rendre familier un personnage célèbre mais dont la vérité nous est éloignée, et de nous intéresser à son sort. C’est donc avec curiosité que nous lirons la suite de cette série prévue en trois tomes.

Par Pierre
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.