Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C ’est l’histoire d’une rencontre entre deux hommes, Simon et James, tous deux écrivains en mal d’inspiration. Arrogants, cyniques, égocentriques, opportunistes, autant d’adjectifs qui les qualifient et les rapprochent malgré leurs nationalités différentes et leurs générations d’écart. Leur complicité sera-t-elle créatrice ou destructrice ?

Emmanuel Moynot est un habitué des romans noirs (Bonne fête maman, Pendant que tu dors mon amour, …). Toutefois, il ne s’agit pas ici d’un thriller ou autre trame policière mais d’un récit psychologique, introspectif. Alors, à l’image de bon nombre de films d’auteurs du cinéma français, sa lecture risque fort d’amener des jugements radicaux assez opposés, pour peu que l’on soit réceptif ou non à l’ambiance et au rythme installés par l’auteur. Lenteur de la narration, absence d’intrigue, noirceur des personnages et des situations… Une atmosphère glauque qui se traduit aussi graphiquement avec des couleurs sombres ou cette arrogance qui se dégage de ces deux compères soulevant une réelle antipathie. C’est évidemment le but recherché par Emmanuel Moynot qui cherche à troubler le lecteur avec un récit immoral.

Un livre à aborder en connaissance de cause et nécessitant une certaine prédisposition pour le genre.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Pourquoi les baleines bleues viennent-elles s'échouer sur nos rivages?

  • Currently 3.17/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    anand Le 21/03/2011 à 13:12:36

    Assez d'accord avec l'avis de Zaaor, c'est pas mal mais je trouve le style un peu prétentieux, c'est tout à fait le genre cannois.
    Pour moi le gros probleme de ce one shot, c'est que l'on arrive pas à ressentir la moindre sympathie pour le personnage principal, dans bien des cas c'est voulu de part de l'auteur me direz-vous, le seul hic ici c'est qu'on a l'impression que l'auteur voudrai que l'on éprouve ce genre de sentiments vis à vis du principal protagoniste et que pour etre franc ce n'est pas chose facile tant ce cher Simon est, je ne sais pas si le mot est juste, simple; sa psychologie est à mon sens très peu travailler, caricatural parfois dans ces choix, sa façon de voir la vie.
    c'est dommage car cela aurait pu etre l'occasion d'explorer un peu plus les coulisses du monde de la littérature.
    Je donne à cette oeuvre un 6/10, car il n'y a pas que du mauvais loin de là, c'est assez bien écris, je trouve le style graphique et le choix des couleurs sur certaines planches assez judicieux.
    Bref à lire, et comme toujours à chacun de se faire son propre avis.

    zaaor Le 22/02/2008 à 17:27:16

    Ce n'est pas mauvais; ce n'est pas à mettre dans les coups de coeur à vie. Ça
    ressemble à un de ces films qui se retrouvent en nomination aux Oscars et
    auxquels on se dit:bof! Un de ces films d'auteurs qui aiment la masturbation
    intellectuelle.

    On en ressort pas grandi, ni rien d'autre. Ça se lit, ça se digère et puis on passe à
    autre chose!