[phpBB Debug] PHP Notice: in file /home/web/v5-bdgest/system/libraries/Cache/drivers/Cache_file.php on line 65: unlink(/home/web/v5-bdgest/application/cache/albums_fiche/): Is a directory
Chroniques absurdes 1. Un monde délirant
Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Chroniques absurdes 1. Un monde délirant

08/04/2004 5651 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

L ’Espagnol Miguelanxo Prado compte parmi les « grands » de la bande dessinée. Animé d’un souci constant d’innovation, il est de ceux qui ont contribué à donner au 9e art ses lettres de noblesse. Pour son œuvre il s’est vu par deux fois récompensé du prix du meilleur album étranger au festival d’Angoulême avec Manuel Montano puis Traie de craie. Ce palmarès inspire le respect, cependant depuis quelques années l’auteur semblait avoir disparu de la scène B.D.

On ne peut que se réjouir de ce que Prado nous revienne avec la réédition de ses « chroniques absurdes », et c’est tout à l’honneur de la jeune collection Expresso que de nous les proposer dans le respect de l’ordre souhaité par l’auteur. Enfin, si ces bandes ont été réalisées au milieu des années 80, elles n’ont pourtant rien perdu de leur actualité.

Dans un décor fermement inscrit dans la vie quotidienne, l’auteur s’attache à relater les mésaventures d’un quidam aux prises avec une situation aberrante. On y voit par exemple les déboires d’un homme qui cherche coûte que coûte à « garder le contrôle », les malheurs d’un passant qui a exprimé trop explicitement son dégoût pour les déjections canines, ou encore la traque des arbitres d’un match par une horde de supporters enragés.

Cette succession de courts récits satisfait les promesses de ce titre paradoxal. Prado ne recherche jamais le grotesque ni l’effet facile. Non. Pour emprunter à Sempé, il instaure un « léger décalage » qui perturbe le cours de l’ordinaire. Le cadre de ces chroniques est le plus souvent urbain mais c’est celui d’une ville inhumaine, aux architectures modernes anormalement tordues et envahissantes qui créent un sentiment d’oppression. Le héros est presque toujours une victime du collectif, une personne broyée par l’absurde de la société. Ne se départant jamais de son humour distancié, l’auteur nous laisse assister impuissant au spectacle de la lâcheté, de la petitesse et de la bêtise. L’ouvrage ne s’ouvre-t-il pas sur cette dédicace : « à tous les débiles et bêtes de tout poil qui transfèrent sur le sport leurs furies patriotardes. » ?

Le graphisme protéiforme mais toujours brillant de Prado trouve ici le ton juste : à mi-chemin entre le réalisme et la caricature, il est nerveux, expressif et rehaussé de couleurs aux teintes légèrement pastel qui donnent à son dessin un modelé délicat dont seul l’auteur a le secret.

Tout à la fois drôles et amères, anecdotiques et édifiantes, ces « Chroniques absurdes » nous rappellent à notre propre mode de vie, car ce monde délirant contre lequel l’auteur semble vouloir nous mettre en garde, c’est avant tout le nôtre.

Par Pierre
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.