Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Napoléon (Hasegawa) 2. Tome 2

11/09/2006 9784 visiteurs 4.0/10 (2 notes)

T andis que le peuple gronde à Paris, le sous-lieutenant Napoléon Bonaparte obtient de rentrer en Corse auprès de sa famille. Mais les évènements tournent rapidement mal. Le retour d’exil de Pascal Paoli, l’insolence du jeune homme qui ne mâche pas ses mots, le souvenir de la traîtrise de son père, le choc de la décapitation de Louis XVI, obligent les Bonaparte à quitter l’île. Depuis Toulon, Napoléon suit la montée en puissance des Montagnards de Robespierre et se dit qu’après tout, cette révolution offre bien des opportunités.

Un manga sur Napoléon Bonaparte, il faut oser, mais pourquoi pas ? C’est le défi que s’est lancé Hasegawa Tetsuya. Malgré un a priori empreint de scepticisme, le lecteur glisse rapidement dans le récit et se prend au jeu du plongeon dans l’Histoire.

Le premier volume s’ouvrait sur la bataille d’Austerlitz puis nous ramenait à l’enfance et l’adolescence de l’Empereur. Ce tome 2 transporte dans la tourmente révolutionnaire. De la prise de la Bastille à la fin du parti girondin couronné par l’assassinat de Marat, l’auteur brosse une fresque assez réaliste bien que trop rapide et enjolivée de cette période. En outre, il donne un aperçu assez fidèle des personnages qui ont marqué cette époque, tout en transmettant son admiration et sa fascination pour un Robespierre ou un Saint-Just. Au moins, tous les excès et débordements sont-ils consciencieusement mis en scène même si c’est avec lyrisme. Et Napoléon ? Il semble passer au second plan. Ce qui est finalement compréhensible puisqu’il ne joue pas encore de rôle majeur à ce moment. Dans les pages qu’il lui consacre, Hasegawa s’attache plutôt à montrer la relation de son héros avec sa Corse natale et avec celui qu’il admire, Pascal Paoli, mais également le glissement de ses convictions et les prémices de son ambition. Par ailleurs c’est avec une certaine naïveté romanesque que le mangaka expose la situation de l’île et ses coutumes, vendetta, clanisme, indépendance. On ne peut s’empêcher de sourire.

Graphiquement, il est difficile de ne pas penser à Ken le Survivant de Tetsuo Hara. Les protagonistes, Napoléon en tête, n’ont rien à envier à cette montagne pour les gueules patibulaires et les muscles saillants. Pourtant chacun est très reconnaissable. Les cheveux du « Nabot » flottent bien le long de ses joues. Mirabeau est vérolé comme il se doit malgré une légère cure d’amaigrissement. Robespierre a tout pour faire frémir. Saint-Just ferait un bishi tout à fait honorable dans un shonen-ai. Sans parler de Marat recroquevillé sur ses démangeaisons. Le tout faisant pendant aux visages presque innocents d’un Louis XVI débonnaire jusqu’au bout, d’une madame Roland ou d’une Charlotte Corday de la plus grande dignité. Lorsque des lunettes de soleil viennent orner les nez de l’Incorruptible et de Napoléon, la surprise flirte avec le rire. Le dessin alterne entre des passages équilibrés et d’autres tellement touffus et sombres qu’on déplore que le format ne soit pas plus grand afin de mieux apprécier certaines scènes. Quant à la traduction, elle pourrait gagner en qualité : depuis quand Marat s’appelle-t-il Mirrat ?

Difficile de juger ce Napoléon. Indéniablement, l’auteur s’est longuement penché sur le personnage et la période concernée. Il nous renvoie à nos manuels d’histoire. Pourtant sa vision japonaise, lyrique et un peu candide fait sourire. On lira donc mais sans plus.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Napoléon (Hasegawa)
2. Tome 2

  • Currently 1.64/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.6/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.