Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Achevé d'imprimer

31/08/2006 6542 visiteurs 5.8/10 (4 notes)

J ulien n’aspire qu’à une seule chose : être publié ! Mais voilà, c’est pour l’instant l’échec total. Il vit dans un petit appart' perdu dans Paris avec Ernest son grand-père adoptif. Il écume les soirées espérant toujours atteindre son but. Mais la vie est dure, et l'aïeul l’agace profondément en le rabaissant, en ridiculisant ses rêves de gloire. C’est sûrement pour cela qu’il l’a ouvert «en deux avec un couteau de cuisine. De haut en bas. Il en a partout, mais paix à son âme». Et là c’est le déclic, il va tuer, éventrer, assassiner, et Julien en fera un roman, à lui la gloire ! La course poursuite commence… elle se terminera en apothéose.

Amoureux du polar noir cet album est pour vous. On y trouve tous les ingrédients propres au genre. Il est même assez rare de trouver autant de noirceur en bande dessinée. Pour atteindre le grand niveau il est nécessaire de réunir trois choses essentielles. Premièrement une «écriture», un style, et c’est là qu’ Olivier Mau touche au but. Le romancier ne rate pas une occasion de placer des petits dialogues courts et efficaces qui marquent les esprits. Ensuite il faut un coup de crayon, c’est donc au tour de Rémy Mabesoone d’être tranchant. Pour la noirceur du récit, il faut un trait ombrageux, le dessinateur éclabousse les planches de ce noir charbonneux, laissant ici et là de grandes zones blanches exprimant les rares moments de paix. De plus, il s’attarde souvent sur les visages, déformant les tronches pour mieux ressortir l’horreur des actes. Enfin il faut une histoire, Achevé d’imprimer est un road-movie, la cavale de Julien le fera traverser la France. Et c’est là où le bât blesse. Les différentes rencontres réalisées au cours de sa cavale sont loin d’être toutes aussi intéressantes, le rythme s’en trouve alourdi, l’intérêt baisse donc au fil des pages. Mais il y a la chute, cette chute que le lecteur ne voit pas venir, il se la prend en pleine figure et s’en remettra difficilement.

Achevé d’imprimer est un bon polar. Moins dilué, il aurait pu atteindre des sommets. Mais que les adorateurs du style ouvrent l’album et lisent les premières pages, ils seront sûrement happés avec Julien dans un tourbillon de folie.

Par crepp
Moyenne des chroniqueurs
5.8

Informations sur l'album

Achevé d'imprimer

  • Currently 3.36/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (33 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    gibet Le 23/08/2006 à 14:15:49

    L'histoire est bien résumée ci-dessus, je vais juste ajouter que la fin de l'intrigue réserve sa surprise (devenue classique dans les films) et que je ne regrette pas cet achat. Scenario bien taillé, sans temps mort, bien mené. De plus, voici une BD qui n'est pas avare de ses planches, et çà fait du bien comparé aux classiques 48 pages.
    Côté dessin, le petit aspect fait au fusain limite croquis colle à l'histoire et m'a bien plu. De plus, la fluidité des cases est vraiment bonne, les gros plans sur les visages sont accrocheurs, les expressions sont convaincantes.