Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'agence 1. Dossier Léda

08/08/2006 6412 visiteurs 5.5/10 (2 notes)

I ls sont quatre : Rafaëllo, Souad, Saint-Alban et Kim. Ensemble, ils forment l’agence MX-22, spécialisée dans la lutte contre le trafic mondial d’œuvres d’art. Dans une galerie parisienne, des tableaux pillés pendant la seconde guerre mondiale ressurgissent. Il n’en faut pas plus pour éveiller la curiosité des membres de l’agence.

Après avoir connu un franc succès avec Insiders, Jean-Claude Bartoll multiplie cette année les projets avec pas moins de trois nouvelles séries parues : Mortelle riviera, Mékong, et L’agence. Cette dernière s’appuie sur un concept déjà maintes fois développé dans des séries télévisées, et qui semble inépuisable : une équipe d’experts enquête sur des activités douteuse et démantèle une organisation de trafiquants. La différence se fait alors sur le charisme et la profondeur des personnages et l’efficacité de l’intrigue. Des caractéristiques sur lesquelles on peut difficilement se faire une idée après seulement un épisode. Cette première enquête n’est pas des plus originales mais elle est suffisamment bien construite pour ne pas ennuyer, ce qui est déjà une réussite. On appréciera que l’histoire soit complète, même s’il est probable que certains des protagonistes ressurgissent ultérieurement.

Quand on regarde ce genre de série à la télévision, on ne s’attarde pas sur les cadrages ou les images. C’est la même chose ici. Un graphisme lisible et accessible sur lequel il est préférable de ne pas s'éterniser. Approximatif, inexpressif, froid, statique… Voyons le bon côté des choses : la réalisation doit en être bien rapide et la suite ne devrait pas se faire trop attendre.

L’agence se présente comme une série qui se laisse lire et qui correspond tout à fait au modèle de nombreux succès commerciaux de ces dernières années. Pourquoi échapperait-t-elle à la règle ?

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
5.5

Informations sur l'album

L'agence
1. Dossier Léda

  • Currently 2.62/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (39 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saint -Jean Le 22/11/2015 à 18:19:32

    Le scénario prend en haleine dès le début. Bon, encore des détectives, oui, mais cette fois, ils sont spécialisés dans l’Art. Le scénario de Bartoll traite d’un thème, un peu oublié, le vol des œuvres d’art par les Nazis pendant la guerre. Le dessin de Legrain est irréprochable. On y croit.

    BIBI37 Le 16/03/2012 à 06:50:40

    Un peu déçu par ce premier tome. Assurément les auteurs auraient du nous offrir un scénario à 2 tomes au lieu de cela on a une enquête très vite aboutie, presque un peu baclée.
    On attendra mieux du tome 2.
    5/10.

    Da Rocha Le 03/03/2010 à 18:57:51

    Avec le Dossier Léda, Agnès et Jean-Claude Bartoll invitent le lecteur à suivre les aventures de « L'Agence », une organisation engagée contre le trafic d'œuvres d'art. Le postulat de base est plutôt original car ce thème n'avait pour le moment guère été abordé.

    Ainsi, nous suivons l'évolution d'une équipe énigmatique composée de quatre agents, style "Mission Impossible", dont les moyens semblent presque illimités (matériels high-tech, jet privé et QG à l'avenant). Au fil de leurs pérégrinations, les protagonistes nous emmènent dans diverses villes du monde telles Paris, Londres, Venise ou Hong-Kong afin de mieux nous faire sentir le coté international des malversations. Les scénaristes nous livrent un récit captivant agrémenté de rappels historiques qui renforcent la cohérence de l’enquête.

    Après « Mortelle Riviera », Jean-Claude Bartoll fait de nouveau appel à Thomas Legrain pour signer les dessins de sa nouvelle série. Pour l'une de ses premières réalisations, ce jeune auteur s'en tire plutôt pas mal avec un trait classique et réaliste. Les planches sont bien découpées et la mise en couleur assez réussie. Les décors et autres sites d'action sont bien rendus et favorisent l'entrée du lecteur dans l'histoire. Le seul petit reproche portera sur l'expressivité des personnages qui pourra être améliorée par Thomas Legrain au fur et à mesure de ses prochaines productions.

    Au final, une première aventure divertissante bouclée en un seul tome.

    cachou Le 13/03/2009 à 11:02:11

    Ce premier album que j'ai relu est sympas.
    On découvre une agence secréte qui a pour mission d'empécher la disparition et le pillage des oeuvres d'arts dans le monde.

    Le dessin est plutot bien réussi.

    voltaire Le 19/01/2008 à 23:02:18

    Bien sûr l'idée de départ est excellente : une agence destinée à sauver le destin des plus belles oeuvres d'art de la planète. Vous argumenterez qu'une telle agence internationale existe déjà et qu'elle s'appelle l'Unesco.
    Oui mais celle-là, elle est secrète et même qu'elle détourne les satellites espions américains pour mieux surveiller les méchants contrabandiers de l'art.
    Ça vous paraît exagéré ? Si peu !
    C'est là où le bât blesse car le point de départ de cette histoire (le vol d'oeuvres d'art, elles mêmes dérobées par les nazis) est excellent (et véridique même si ce n'est pas sous la forme décrite).
    Mais on l'aura compris le traitement est moins bon. Tout comme les dessins d'ailleurs.
    Bref, une bonne idée pas très bien finalisée. On demande à voir pour la suite.