Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

SAS 1. Pacte avec le Diable

10/07/2006 20119 visiteurs 5.0/10 (1 note)

D ans Belgrade gangrenée par la corruption et ravagée par des années de guerre, Milorad Lukovic, ancien commandant des bérets rouges et coupable de nombreuses atrocités durant la guerre civile yougoslave, est traqué par la justice internationale. Sa capture s’avère être des plus difficile tant sont nombreux les nostalgiques de l'ancien régime. Mais Lukovic est allé trop loin en commanditant l'assassinat du Premier Ministre Serbe. Les Américains veulent maintenant sa tête à tout prix. C'est pourquoi ils envoient leur meilleur agent sur place, Son Altesse Sérénissime le Prince Malko Linge.

Alors que les romans de Gérard de Villiers se sont imposés comme des monuments de la littérature de gare, le héros principal de la série a toujours eu des difficultés à sortir de ce medium alors qu’à l’instar de son collège britannique 007, ses aventures sur papiers auraient pu servir de base à de bons films d’action. Le cinéma lui ayant depuis longtemps fermé ses portes, l’agent spécial aux yeux dorés s’en remet donc maintenant au neuvième art pour continuer ses aventures.

Les auteurs ont réussi à décrire avec brio la situation chaotique dans laquelle se trouve la Serbie, donnant à l’intrigue une certaine crédibilité. De plus, celle-ci est noire et pessimiste à souhait. Cette relation directe avec l’actualité et ce côté fataliste des enquêtes de Malko avaient toujours été une des grandes qualités des romans de de Villiers. En ce sens, l’adaptation peut être considérée comme réussie. Que les plus coquins se rassurent, les auteurs n’ont pas non plus oublié les torrides scènes de sexe auxquelles l'écrivain les avait habitués.

Néanmoins, on ne peut se départir de cette impression qu’il aurait fallu développer l’histoire sur plusieurs albums. En effet, les scènes se suivent de manière un peu trop rapide sans qu’on ait le temps de saisir les enjeux politiques ni de s’inquiéter pour les protagonistes. De plus, ce manque de place a pour conséquence la disparition d'éléments récurrents de la série originelle, à savoir la relation compliquée qu’a Malko avec l’Agence et des personnages secondaires tels que les penauds mais néanmoins efficaces Chris Jones et Milton Brabeck ou l’incroyable majordome Krisantem. Une véritable déception compte tenu de l'importance de ces éléments pour l'ambiance générale des romans.

En ce qui concerne le dessin, le résultat est tout aussi mitigé. André Mutti est pourtant loin d’être un novice en la matière et son trait bien réaliste ne manque pas d’attraits. Néanmoins, son style manque parfois de précision et le rendu des mouvements laisse souvent à désirer, à un tel point que l’on a l’impression de lire un roman-photo.

Malgré ces nombreux défauts, Pacte avec le Diable dispose de certaines qualités qui pourraient plaire aux amateurs de récits d’espionnage. Finalement, cet album ressemble beaucoup aux romans : vite lu, vite oublié tout en gardant une bonne impression de l’histoire. Un peu plus d’assiduité dans le dessin et un peu plus de marge pour le développement de l’intrigue amélioreraient sans aucun doute la qualité de cette série pour le moment franchement moyenne. Le potentiel, en tout cas, est bien présent.

Par A. Legrain
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

SAS
1. Pacte avec le Diable

  • Currently 2.14/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.1/5 (49 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BobArdKor Le 12/12/2019 à 21:39:05

    C'était prévisible, mais vraiment c'est naze... bon, les dessins sont sympa, mais l'histoire est pénible à suivre, et franchement inintéressante.

    wilfro Le 21/12/2008 à 16:02:21

    Voila une série sur laquelle on espère pas grand chose si on connait un temps soit peu l'oeuvre de gérard de Villiers.
    Les couvertures sont magnifiques et il faut bien le dire le dessin tient bien la route.
    Evidemment on ne peut en dire autant du scénario qui au dela des invraissemblances coutumières à ce genre est surtout navrant.
    Le lecteur ne se sent jamais valorisé par ce qu'il lit (voit) et subit a 100 à l'heure les tonnes d'actions sans (avec) queue ni tête (sans).
    Bref Son altesse sérénissime, ce n'est possible que pour une lecture irréfléchie et ludique d'un petit quart d'heure.
    A la Suite.

    scalp Le 28/06/2006 à 10:08:38

    C'est pire que les romans, deja que les romans volent pas bien haut. De bon dessin mais un scenario proche du vide intersideral :)

    brisefer Le 25/06/2006 à 15:03:47

    Voici une transcription très réussie des romans SAS. Le dessin est agréable et prometteur et est supporté par un scénario de qualité. Bravo pour cette adaptation et vivement la suite

    spartacux Le 13/06/2006 à 23:38:45

    Du cul, de la violence et un scénario qui tient sur deux lignes. Le début s'annonce bien, on est limite dans un tome d'Insiders. Dès la page 20 ça part dans tous les sens. Le héros est extraordinnaire, il anticipe tout, saute sur tout ce qui bouge et évidemment gagne à la fin. Bon, évidemment je n'ai jamais lu les "romans" dont est tirée cette histoire et peut-être ai-je du mal à me mettre dans l'esprit du bouquin... enfin soit. Couverture et dessins très intéressants au demeurant, bien qu'irréguliers. Ca m'apprendra à contrôler mes pulsions quand je vois des jolis dessins de femmes en première page.