Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'envol

17/04/2006 6940 visiteurs 7.2/10 (5 notes)

"Zhengfei était grand et maigre. Il était toujours le premier de la classe, mais toujours assis au dernier rang." Zhengfei va être renvoyé de l'école parce qu'il a frappé un professeur qui avait insulté ses parents. Cela ne l'empêchera pas de poursuivre son rêve : construire un avion, et s'envoler avec.
"Vous serez la première femme de notre civilisation à s'occuper d'un enfant de l'âge de pierre". Miss Foster va l'apprendre à ses dépends : même les pionniers sont soumis aux lois du marché.

Un enfant du présent est malmené pour des histoires qui, somme toute, appartiennent au passé. Un enfant du passé est soumis aux règles d'un monde futuriste. Dans ces deux nouvelles, Zhang Xiaoyu travaille sur le temps, et sur les confrontations d'époques différentes. D'abord dans la Chine communiste, où les fautes des parents rejaillissent sur les enfants, puis dans un monde futuriste, où on peut importer des humains de diverses époques. Dans les deux cas, les scénarios finement ciselés (le second est adapté d'une nouvelle d'Asimov) choquent et font réfléchir sur les priorités données, à chaque époque, à des évènements et des pensées différentes.

Graphiquement, énormément de parallèles viennent à l'esprit. On pourrait parler d'un mélange entre Taniguchi et Urasawa, avec de petites doses de Super Deformed qui, pour une fois, passent parfaitement bien, sans créer de décalage avec ce qui est raconté. Les images sont, pour la plupart, empreintes d'une mélancolie diffuse, venant autant des expression des personnages que de leurs postures et de l'ambiance générale.

Xiao Pan est un éditeur débutant, qui se focalise sur la bande dessinée chinoise. Si tous les albums de son catalogue sont au niveau de l'Envol, on peut se dire qu'on assiste à la naissance d'une référence dans le man hua. Et ces albums montrent le genre de pépites qu'il nous reste à découvrir !

Par Léga
Moyenne des chroniqueurs
7.2

Informations sur l'album

L'envol

  • Currently 3.40/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Hugui Le 29/07/2012 à 19:33:38

    Un dessin très précis et très expressif permet de donner toute leur force à ces deux récits très prenants et très émouvants.
    Si le premier est clairement une évocation de l'oppression de la société communiste chinoise, le second est de la même veine où le laboratoire évoque clairement le totalitarisme qui nie toute respect de l'individualité humaine.
    Je me demande si cette bd est lisible en Chine ?
    Très intéressant.

    Marion N Le 28/04/2006 à 09:18:15

    Deux belles histoires qui mettent en avant l'enfant dans un environnement qui ne lui correspond pas. La première nouvelle a un goût mélancolique et est empreinte de poésie. La seconde ne peut laisser insensible ; le contraste entre le garçonnet surgi de la Préhistoire et le moderne monde futuriste dans lequel il débarque (et qui le soumet à des expériences qui font frémir) émeur, touche, révolte. C'est finalement l'amour maternel de la jeune femme s'occupant de cet enfant qui réconcilie avec l'humain.

    Très beau