Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Abdallahi 1. Dans l'intimité des terres

06/03/2006 12089 visiteurs 8.3/10 (10 notes)

M oins connu que David Livingstone, René Caillié (né en 1799 et non en 1800 comme indiqué en préface du livre...) fut lui aussi un explorateur occidental de l'Afrique, le premier homme blanc à pénétrer dans la ville sainte de Tombouctou en 1828, interdite aux infidèles. C'est son histoire que deux amoureux de l'Afrique, Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx ont choisi de raconter en bande dessinée, dans une adaptation romancée.

Malgré l'absence de soutien de l'administration française, guidé par l'obsession de faire reculer les limites des "terres inconnues" sur les cartes, Caillié eut l'idée de se faire passer pour un Musulman pour gagner la confiance des Africains. Il apprit donc l'arabe, étudia le Coran et s'inventa un passé romanesque d'enfant égyptien enlevé par les Blancs et cherchant à retrouver la voie de l'Islam. C'est ainsi que, pour les besoins de la cause géographique, il accomplit un pèlerinage de 4500 kilomètres à pied, prenant pour nouveau nom Abdallahi : "le serviteur de Dieu".

Il n'est certainement pas simple, à notre époque marquée par les hypersensibilités religieuses, de raconter l'histoire d'un faux dévot, sans que cela puisse être considéré comme de la provocation. Abdallahi n'est pas Tartuffe, il n'y a pas de mauvaise intention dans sa démarche. Il n'est pas non plus un hypocrite, il ressent au contraire du respect et même de l'admiration pour les peuples qu'il croise. Dans son goût pour l'aventure, il y a d'abord le besoin de fuir la vie trop tranquille de ses compatriotes. Mais évidement, sa quête sera aussi l'apprentissage que les clichés sont trompeurs : l'herbe n'est pas forcément plus verte dans le champ du voisin, et les prédateurs les plus terribles de l'Afrique ne sont pas nécessairement les grands fauves de la savane.

Tout cela s'exprime avec justesse dans les émotions, jamais dans la démesure ni l'exagération, ce qui n'empêche pas un certain lyrisme. Ni, surtout, une formidable générosité graphique : l'album est peint avec des couleurs directes éclatantes de lumière et de chaleur, sans aucun trait de contour, dans un style flamboyant à mi-chemin entre la peinture orientale et l'impressionnisme. Un livre à explorer !


>> biographie de René Caillié

Par J. Briot
Moyenne des chroniqueurs
8.3

Informations sur l'album

Abdallahi
1. Dans l'intimité des terres

  • Currently 4.15/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (82 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Lelf Le 21/08/2008 à 21:54:51

    La vie romancée de René Caillé, premier blanc à être entré et sorti vivant de Tombouctou. Une aventure extraordinaire, humaine, dure, magistralement portée par des dessins en aquarelle aux tons plongeant dans de superbes tableaux d'ambiance africaine.

    Un indispensable de la BD dont on apprécie autant le visuel que le scénario. Un voyage fabuleux depuis son canapé, dans un autre pays, un autre temps.

    confluent77 Le 29/03/2006 à 13:36:39

    Que dire de plus après le talentueux Yvantilleuil si ce n'est d'augmenter sa cote.
    Vivement le tome 2 et bravo aux auteurs.

    yvantilleuil Le 29/03/2006 à 10:52:57

    En se basant sur les carnets de voyage de René Caillié, alias Abdallahi, Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx nous livrent une adaptation romancée du périple de cet homme qui a risqué sa vie afin de réaliser son rêve.

    Nous sommes au début du XIXème siècle, l'Europe a pris pied sur les côtes africaines et les différents pays européens se lancent à la conquête de l'intérieur des terres du continent noir. Au milieu de ces assauts militaires peu fructueux, un français débute un pèlerinage esseulé de 4500 kilomètres à pied en 2 ans, des côtes du Sénégal à Tanger, sans aucun soutien de la nation et en se faisant passer pour un Egyptien musulman.

    Cet album commence avec la naissance d'Abdallahi, le serviteur de Dieu. Fraîchement converti à l'Islam, René Caillié, Charentais fils de bagnard, va initialement surtout vouloir servir sa gloire personnelle en devenant le premier Européen à revenir vivant de Tombouctou, ville interdite aux Blancs.

    C'est une aventure périlleuse que l'on suit au sein d'un continent africain encore vierge de colonisation. Une aventure qui va confronter Abdallahi et le lecteur aux beautés non souillées de l'Afrique, une quête qui ouvre les yeux sur l'Islam, les coutumes de tribus locales et la colonisation meurtrière. Un choc de cultures dans un passé qui paraît bien lointain, mais qui résonne encore aujourd’hui tout en incitant le lecteur à la réflexion tout au long de ce voyage passionnant.

    Une première partie de ce diptyque biographique qui est de toute beauté, avec 88 pages peintes avec des couleurs directes. Des vignettes qui respirent l'atmosphère d’une Afrique poussiéreuse à la chaleur palpable. Une colorisation magnifique, brûlante et brillante. Des peintures dignes de peintres impressionnistes et que l’on aimerait bien accrocher à ses murs.

    Tout comme le «Photographe», on vit un magnifique voyage au milieu d’un continent, dont on prend plaisir à découvrir la culture et la religion sous un angle différent, sous l’angle de personnes qui ont repoussé leurs propres limites et nous ramènent la pureté, la richesse culturelle et la chaleur humaine des pays qu’ils ont croisés, mais qui nous ramènent également une réflexion qu'il est bon de tenir. Une compréhension de l’autre qu'il est toujours bon d’avoir et qui incite au respect, qu'il s'agisse d'une autre culture, d’une autre période, d’une autre religion ou d’une autre personne.