Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Lucille 1. Lucille

06/02/2006 14831 visiteurs 8.0/10 (11 notes)

L ucille hait sa mère trop protectrice. Arthur aime son père alcoolique et violent. L'un comme l'autre souffrent de cette situation. Arthur s'en sort en jouant au sataniste, Lucille quant à elle sombre dans l'anorexie. Lorsqu'ils se rencontrent, tout pourrait rater, et pourtant c'est le début d'une histoire d'amour qui les mène de Paris à la Toscane, de l'adolescence à l'âge adulte.

Comment traiter un sujet aussi difficile que cette fugue de deux adolescents malheureux sans jamais tomber dans le pathos ni le larmoyant ? C'est la tâche à laquelle s'est attelé Ludovic Debeurme, et il faut dire qu'il a réussi de manière éblouissante. Les personnages sont juste esquissés, on ne cherche pas à les préciser de trop, on ne fait pas d'analyse psychologique. Les faits, juste les faits. Les voix-off, une fois Arthur, l'aute fois Lucille, ne font qu'énoncer des faits, sans chercher à les expliquer, et c'est probablement une des forces de cet album. Le lecteur connait ces comportements. Il sait les expliquer tout seul. Et Ludovic Debeurme évite l'écueil de la prise de position, du jugement de valeur de l'adulte sur les ados paumés. Il reste au bord, observateur patient, et permet au lecteur d'entrer tout entier dans l'histoire, d'être tour à tour Lucille et Arthur.

Graphiquement, le maître mot est dépouillement. Oubliés le gaufrier, le quota intangible d'images, les contraintes de la BD dite "classique". La page est libre. Elle respire. Tout comme le scénario, venu intégralement au fil de la plume et sans story-board ni texte préliminaire. Ludovic Debeurme croque d'un trait ses personnages, sans être pointilleux, mais avec une précision impressionnante. Le dessin est simple, comme les personnages. Et tout aussi fort qu'eux. Les postures, les expressions, tout est parfaitement rendu dans une économie de moyens qui, comme la distanciation du narrateur, force le lecteur à entrer dans le récit.

Lucille est un album dont, au premier abord, on ne sait pas quoi penser. Il est obsédant, on n'en sort pas. On y repense. Les personnages ne laissent pas réellement l'esprit en paix, c'est un album qui touche, qui remue le lecteur. La marque des chefs-d'oeuvre, probablement.

Par Léga
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Lucille
1. Lucille

  • Currently 3.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (62 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 00:56:10

    Je n'avais pas franchement envie de lire cette bd que j'avais feuilletée dans un premier temps avant de la reposer sur l'étagère d'une bibliothèque municipale. Les dessins ne m'attiraient pas sans doute à cause de leur simplicité. Et puis, ce gros pavé me semblait être le signe d'une lecture bien fastidieuse. Encore une fois, la forme ne fait pas tout. J'ai pris mon courage à deux mains pour aborder une lecture qui fut finalement très riche d'enseignements. Je peux affirmer désormais que je ne me suis pas ennuyé du tout. Bien au contraire !

    J'ai aimé l'histoire de ces deux adolescents dont les destins vont se croiser à un moment donné. Il y aura véritablement deux temps dans ce récit qui prend son temps à mettre les choses en place pour notre plus grand bonheur. La fin du premier tome laisse place à d'innombrables interrogations. L'amour comme refuge est une belle parabole. Dommage que cela ne se termine pas comme on l'aurait souhaité d'autant que je trouve que le second volume est réellement superflu et n'apporte pas grand chose.

    C'est une oeuvre sans concession comme je les aime dans le genre roman graphique intimiste. La narration est agréable et je me suis même accommodé du dessin épuré. On oublie tout quand on est transporté !

    zaaor Le 13/02/2007 à 18:22:22

    Un coup de coeur; un chef d'oeuvre de simplicité qui touche cependant de lourds sujets.

    500 pages semblent tout un défi. Oubliez le défi. J'ai lu l'intégrale en moins d'une heure trente et j'ai même eu les yeux humides.

    Deux écorchés se rencontrent et cheminent du désespoir à l'espoir.

    À lire absolument!

    yvantilleuil Le 02/01/2007 à 17:13:07

    Encore un pari réussi de la part de cette maison d’édition qui avec des albums du calibre de "Abdallahi", "Les petits ruisseaux", "La mémoire dans les poches", "La marie en plastique", "Un homme est mort", et une excellente collection 32 mériterait amplement d’être désignée comme «Meilleur éditeur de l’année 2006».

    Dans ce roman graphique intimiste Ludovic Debeurme nous invite dans le quotidien de deux adolescents en pleine dérive psychologique. Lucille, étouffée par une mère trop protectrice, et Arthur, repoussé par un père alcoolique et violent, vont respectivement chercher ‘refuge’ dans l’anorexie et le satanisme. Grâce à leur rencontre, renaîtra cette flamme qui avait fui leurs vies depuis déjà trop longtemps. Au lieu de prendre la direction de la mort, leur fuite prendra maintenant celle de la vie et leur refuge sera celui de l’amour.

    Ludovic Debeurme parvient à aborder avec justesse des sujets difficiles tels que l’anorexie, le suicide et les relations parentales en évitant de tomber dans le piège du pathos. En refusant de prendre position et en installant le lecteur dans un rôle d’observateur, il laisse se dernier s’attacher aux personnages et se faire sa propre opinion.

    En s’autorisant plus de 500 pages, Ludovic Debeurme se donne la place et le temps nécessaire pour poser ses personnages et leur histoire en douceur. Une liberté d’expression que l’on retrouve également dans l’absence de cases et qui permet aux personnages de circuler et de s’exprimer sur l’entièreté des pages. Un dessin minimaliste et une économie de moyens qui permet d’aller à l’essentiel, tout en offrant une grande lisibilité et une lecture plus rapide que prévue.

    Un album poignant qui respire le «one-shot», mais dont on devra pourtant impatiemment attendre la suite.