[phpBB Debug] PHP Notice: in file /home/web/v5-bdgest/system/libraries/Cache/drivers/Cache_file.php on line 65: unlink(/home/web/v5-bdgest/application/cache/albums_fiche/): Is a directory
Du plomb dans la tête 1. Les petits poissons
Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Du plomb dans la tête 1. Les petits poissons

16/02/2004 7567 visiteurs 7.3/10 (10 notes)

-Deux mille dollars pour une paire de pompes ! T'es barge Louis !
-Ouais Jimmy, deux mille dollars. Importées d'Italie, faites à la main. Des pompes comme ça, c'est comme des bijoux. Ca court pas les rues. Jérôme, il n'en importe que deux ou trois modèles. Comme ça, t'es sûr de pas croiser un cave qui porte les mêmes que toi à tous les coins de rue. Tu trouves pas ça cool ?
-Bof.


Tranquillement, deux truands discutent au bas d'un immeuble. Bientôt, ils monteront pour refroidir un sénateur en pleine action avec une mineure. Tranquillement, ils s'en iront. Des professionnels. Mais, parfois, même les professionnels commettent des erreurs.

Vous l'aurez compris, le script de cet album aurait très bien pu être signé Quentin Tarentino, la scène d'ouverture faisant immanquablement penser au mythique dialogue entre John Travolta et Samuel L. Jackson dans l'inénarrable Pulp Fiction, chef d'oeuvre du cinéma américain.

La force du scénario de Matz ne réside donc pas dans l'originalité de son intrigue ou sa façon de la présenter. Il reprend ici tous les poncifs du genre pour composer un polar d'excellente facture, agrémenté de personnages au caractère bien trempé. Là non plus, il ne cherche pas à surprendre : les quatre protagonistes principaux sont les archétypes des flics honnêtes « mais jusqu'à un certain point » et des truands au sang froid inébranlable.

Le dessin de Wilson renforce cette impression de classicisme, non seulement par les ambiances sombres qu'il confère à ses planches, mais aussi par les tronches qu'il donne à ses personnages, frôlant la caricature.

Un tel parti-pris peut paraître risqué. Cet album aurait pu n'être qu'une simple et pâle copie des films de gangsters mais il n'en est rien. L'intrigue est haletante et pleine de suspense, reposant plus sur l'atmosphère générale du récit que sur l'action pure. Les personnages, crédibles et attachants, n'ont rien à envier à leurs glorieux prédécesseurs.

C'est en cela que les auteurs ont réalisé un véritable tour de force : se profiler dans la tradition des séries noires sans tomber dans le pillage. Ils ont relevé le défi de la plus belle manière qui soit. Une belle réussite. Un bel hommage.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.