Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Messire Guillaume 1. Les contrées lointaines

23/01/2006 10287 visiteurs 7.3/10 (12 notes)

L e jeune Guillaume ne peut se résoudre à croire à la mort de son père, de plus il ne supporte pas l’arrogance de son beau-père, messire Brifaut. Aussi lorsque sa sœur Hélis disparaît de manière inexpliquée, il décide de partir à sa recherche, au grand dam de sa mère. Avec pour seul bagage une besace pleine du matériel de son père, herboriste pratiquant la magie blanche, il fera route seul à travers la région dangereuse et se liera d’amitié avec un surprenant chevalier.

Gwen de Bonneval (par ailleurs dessinateur de Samedi et Dimanche sous le nom de Gwen) entame ici une nouvelle série aux multiples facettes. Messire Guillaume se déroule au Moyen Âge et s’apparente tout d’abord à une série historique. Pourtant, on entre assez rapidement dans l’action et le côté dramatique s’intensifie peu à peu. D’ailleurs, à l’occasion des rêveries de Guillaume, la narration prend une tournure surnaturelle et très surprenante. On comprend que le jeune homme profitera de son périple pour se découvrir lui-même, même s’il ne parvient pas à retrouver son père. Le scénariste posséde son sujet et sait parfaitement nous tenir en haleine, sans trop en dévoiler les facettes.

Comme il avait su si bien le montrer dans le voyage d’Esteban, Matthieu Bonhomme est passé maître dans le dessin romanesque. Ses ombres portées au crayon sont du plus bel effet, le dessin est juste et précis et il est bien relevé par les couleurs douces, et parfois surprenantes comme pour les feuillages, de Walter. Ici le fantastique est à portée de la main et l’artiste maîtrise parfaitement le passage des scènes de combat à celles des errances de Guillaume.

Ce premier album qui plaira même aux plus jeunes nous propose un assemblage de médiéval et de fantastique où, un peu à l’image de Kenya, tout paraît bien réel mais où l’on peut verser dans l’extraordinaire simplement en tournant une page.

Par J. Léger
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Messire Guillaume
1. Les contrées lointaines

  • Currently 4.08/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (98 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 29/06/2018 à 19:51:10

    Dans la cadre moyenâgeux de la France du XIIIème siècle, le jeune Guillaume part sur les traces de son père et de sa soeur, tous deux mystérieusement disparus. Son périple se transformera en quête initiatique, et l'aventure sera au rendez-vous.
    Alors certes, le scénario de ce premier album n'a rien d'original. Mais le dessin très soyeux de Matthieu Bonhomme et la personnalité candide du jeune héros fait que la lecture est finalement bien sympa. A découvrir.

    monsieur burp Le 23/05/2008 à 11:32:02

    Etonnant album sans prétention.
    Scénario très classique, voir trop (?), sur fond moyen-ageux. On accroche tout de suite au tourment et à l'aventure de messire Guillaume. Le dessin "simple" et non agréssif de Matthieu Bonhomme rend cette histoire douce et poétique.
    Bédé singulière qui sort des sentiers battus.

    Magnifique.

    Amadigi Le 22/06/2007 à 09:57:53

    Envoutant, on est sous le charme
    Une histoire relativement classique : un jeune garçon part à la recherche de sa soeur disparue, mais des dessins très "doux" et agréables, une histoire bien construite qui se déroule sans heurts du début à la fin
    J'ai hâte de lire le tome 2 ...

    Guyomar Le 10/10/2006 à 11:26:21

    Pas vraiment convaincu par le dessin, les couleurs et j'avoue ne pas être très fan de la manière dont sont faites les ombres. En revanche l'histoire est accrocheuse et donne envie de connaître la suite et de mieux découvrir l'univers qui se cache derrière les nombreux mystères dévoilés dans ce premier tome. Cet univers peut d'ailleurs faire penser à celui du jeu du rôle Hurelements. Un moyen-âge très réaliste dans sa dureté, avec un dose de fantastique. A noter que les scènes d'action et de combats sont convaincantes et dynamiques. Une série à suivre...

    difool Le 10/05/2006 à 11:41:30

    J'aime assez le coup de crayon de Bonhomme, mais pourquoi choisit-il des scénari aussi austères et sérieux?
    Peu de dérision dans ce moyen-âge là... L'histoire est pas mal mais ça manque un peu de sel...
    Dessins et couleurs sont cependant très beaux.
    Attendons la suite qui devrait s'améliorer.

    Christophe C. Le 05/02/2006 à 18:03:39

    Il s'agit là d'un bon album introductif pour faire connaissance des personnages, de l'univers dans lequel va se dérouler l'histoire ainsi que les premiers éléments de l'intrigue. Un chose est sûr : les questions sont nombreuses et les réponses encore inexistantes. Bien que l'histoire ne m'ai pas réellement passionnée, elle reste toutefois assez plaisante pour avoir envie de connaitre la suite surtout avec la dernière planche de l'album qui est des plus énigmatique.