Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le seigneur d'ombre 3. Les gardes pourpres

19/01/2006 12909 visiteurs 4.0/10 (1 note)

C 'est une époque sombre pour le monde du Dyfed. Fedath, le Seigneur d'Ombre, poursuit son insatiable quête du pouvoir. Il a rassemblé une armée d'orcs et de bannsheen, qu'il envoie à l'assaut du Mont Saint Ange, où les gardes pourpres veillent sur Talandar, l'épée légendaire. Pour Bran, dernier survivant de l'ordre des Ravenfeld et seul être capable de contrer Fedath, l'heure est venue de se séparer de ses compagnons et d'accomplir son destin…

Le Seigneur d'ombre est la seconde saga co-signée par Jean-Luc Istin et Dim D : avant cela, il y avait eu Aleph, un triptyque de science-fiction paru aux éditions Nucléa. En changeant de série, Dim D a également changé radicalement de technique graphique. Le Seigneur d'Ombre, entièrement composé en numérique, fait entrer la bande dessinée dans l'âge des effets spéciaux. Ici, ce ne sont pas seulement les couleurs qui sont informatiques, mais les matières, les décors, les arrière-plans… et jusqu'aux visages de certains personnages, comme Cathaar le chef des gardes pourpres, parfait sosie de Viggo Mortensen (Aragorn dans le film Le Seigneur des Anneaux réalisé par Peter Jackson). A ce niveau de photoréalisme, on ne sait plus vraiment distinguer la part de dessin et de transformation informatique de photographies dans les vignettes.
Cette technique permet sans conteste à Dim D d'atteindre un niveau de détails tout à fait inhabituel pour les décors : jamais les murs, tapis et autres moucharabiehs n'ont été aussi précis dans une bande dessinée.
Est-ce un progrès ? Pas forcément. D'abord, parce que le niveau de précision des décors n'est pas toujours homogène, pas même au sein d'une même vignette : p.25, une case en plongée juxtapose un dallage à motif géométrique qui reste précis jusqu'à perte de vue avec des murs assez flous, à la limite du pixellisé. Cette case est doublement fausse : à la fois trop précise dans sa représentation du sol (l'œil humain ne peut former une image simultanément précise sur le proche et sur le distant) et trop vaporeuse sur le reste.
De même, si la représentation des armées en marche (p.11) enflamme l'imagination, à d'autres endroits (pp.22 et 23) on repère trop facilement que la foule est formée de la répétition du même groupe de trois femmes, figées dans une immuable pose sur presque dix cases.

D'un autre côté, parfois cela fonctionne, et alors c'est du grand spectacle. La découverte de l'armée de Fedath (p. 5) est impressionnante, de même que les panoramiques des pages 46 et 47.

Au-delà du divertissement que peut susciter cette saga héroïco-mystique, le lecteur pourra s'amuser à repérer les nombreux clins d'œil cinématographiques ou littéraires dont ce livre est rempli. Pêle-mêle, entre les références à Tolkien ou au Nouveau Testament, on remarque les influences de Star Wars (Akmet ab Thelem avachi sur un monticule de coussins et entouré d'esclaves à demi nues… c'est Jabba the Huth ! Impression confirmée par une remarque considérant que Bran est "Juste de la chair à Sériaki"), de Dune (les yeux de Bran qui luisent comme ceux d'un Fremen), d'Excalibur… et peut-être même celle des Chroniques des guerres de Lodoss. Bref, le Seigneur d'ombre réjouira avant tout les adeptes d'heroic fantasy.

Par J. Briot
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Le seigneur d'ombre
3. Les gardes pourpres

  • Currently 3.08/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (37 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BIBI37 Le 21/03/2010 à 17:17:59

    Un peu moins abouti que les 2 premiers tomes mais l'histoire et surtout les illustrations sont toujours aussi envoutantes.
    Mention très bien pour cet ouvrage.
    Vivement la suite et bientôt la fin.
    8/10.

    flpdlm Le 02/06/2007 à 15:42:55

    Alors la chapeau ! Cette série est magnifique. Le graphisme et les couleurs sont splendides. L'histoire dévoilée jusqu'à présent n'est certes pas une réélle nouveauté mais le dessin transporte tellement qu'il vaut à lui seul l'investissement. Une merveille pour les yeux.

    jimmypage Le 09/12/2005 à 14:40:46

    Je viens de lire cet album et j'ai franchement adoré!

    Ce 3ème tome est de loin le meilleur de la série, on sent un net progrès de Dim D dans la maitrise de sa technique. Le graphisme est, en effet, de toute beauté, les effets de lumière, la couleur, les décors, l'achitecture des constructions, bref c'est une réussite à condition évidemment d'aimer le genre. Je peux parfaitement comprendre que cela en rebute quelque uns, mais personnellement, je trouve tout cela magnifique (les gardes pourpres...).
    Un petit mot à propos de la couverture qui me parait très réussie avec une mise en perpective et des couleurs très habillement choisies.

    Le scénario prend également son envol. Après 2 tomes qui paraissaient pompés sur Tolkien et son célèbre seigneur des anneaux, on arrive ici à une référence qui, même si les renvois à Tolkien sont encore présents, est à chercher plus clairement du côté de la bible. Les références christiques sont assez nombreuses (le discours sur la colline, les baptêmes dans l'eau, l'arrêt du prophète, Samson et Dalila etc...).
    Istin nous propose ici une synthèse très interessante entre les mythes celtes et les fondements bibliques à l'origine de la civilisation européenne (gréco-latine, plus exactement).

    Un série qui prend son envol et s'améliore au fil des tomes, espérons que les vents seront favorables pour la suite.
    Une de mes meilleures surprises de l'année, en tout cas.