Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Les vents ovales 1. Yveline

10/06/2024 1571 visiteurs 7.0/10 (1 note)

M ai 1967, Larroque et de Castelnau, deux villages établis de part et d’autre de la Garonne. Comme le fleuve, la vie suit son cours, les industriels et les commerçants font de bonnes affaires, les communistes rêvent d’un monde différent, filles et garçons se content fleurette. Sur les deux rives de l’affluent, les sportifs s’entraînent au rugby ; leurs équipes croupissent toutefois dans les bas-fonds du championnat junior. Tout semble immuable dans ces bourgades, du moins en apparence. Mai 1968 est en toile de fond, même si, pour le moment, personne ne suspecte que « Sous les pavés, la plage ».

Au cœur de l’action, Monique, en voie de devenir enseignante de sport, et Yveline, en route vers Paris où elle étudiera. L’été qui s’amorce constitue un point de bascule pour les deux héroïnes. Chacune à sa façon cherche à s’affranchir des dictats familiaux et sociaux. Autour du duo gravitent parents, amoureux et amis. Les personnages se montrent nombreux ; le lecteur s’y retrouve néanmoins aisément dans ce récit choral.

Les événements apparaissent hors du temps et loin de tout. Rien n’est moins vrai. Jean-Louis Tripp et Aude Mermilliod l’expriment joliment alors que chacun des chapitres, qui correspond à un mois, est précédé d’une revue de l’actualité mondiale. Des attaques israéliennes en Égypte aux bombardements américains sur Hanoï, en passant par le « Vive le Québec libre » du général de Gaule. Enfin, Sgt Pepper Lonely Hearts Club Band, le disque marquant la rupture créative des Beatles, tourne sur toutes les platines.

Le projet se dessine sous le signe de la binarité. Anticapitalistes et bourgeois, classes sociales hermétiques, rôles au sein du couple et, surtout, tension entre la modernité et la tradition. Les acteurs sont en effet confrontés à divers enjeux, particulièrement l’émancipation féminine et les inégalités économiques.

Les dissensions poignent, ça et là, mais de l’ensemble se dégage beaucoup de bienveillance. L’humour est tendre, comme dans Magasin général, dont Jean-Louis Tripp est d’ailleurs le coauteur. Le déroulement demeure lent ; chacune des scènes s’établit longuement, un peu comme si le flegme provincial conditionnait le rythme de l’histoire.

Horne propose un dessin semi-réaliste sympathique. Les comédiens sont tous bien caractérisés et affichent des bouilles sympathiques. La chronique est, du reste, servie par des décors soignés, lesquels traduisent l’esprit des lieux et de l’époque. La colorisation repose essentiellement sur des teintes pastel, ces dernières contribuent elles aussi à la mise en place l’atmosphère feutrée de la saga pastorale.

Le titre, Les vents ovales, intrigue. Il évoque une forme fermée ; celui qui la parcourt revient forcément à son point de départ, alors que, dans cet album, la cassure est omniprésente. Reste à voir où l'autal portera les bédéphiles.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les vents ovales
1. Yveline

  • Currently 3.86/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 01/06/2024 à 13:53:57

    Dans deux villages au bord de la Garonne, le nerf de la guerre, c'est le rugby. Au rythme des entraînements et des matchs, le scénario nous dévoile la vie des habitants.
    Nous suivons notamment Yvelines, cette campagnarde qui veut aller faire ses études à la ville.
    J'ai beaucoup aimé cette histoire de village, cette ambiance particulière teintée de fin des années 60. Ca sent la jeunesse qui se rebelle, celle qui veut briser le carcan de cette société trop rigide.
    Ce vent neuf est notamment porté par les personnages féminins. Dans cette BD, on sent le poids de la société sur les femmes.
    L'esthétique est plutôt classique. Les décors fourmillent de détails. Les couleurs donnent vie à tout cela créant cette atmosphère campagnarde palpable.
    Cette BD a su me séduire par son ambiance mais aussi par ses personnages féminins forts.