Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

American Parano 1. Black House

20/05/2024 1200 visiteurs 7.0/10 (1 note)

S an Francisco, 1967. Kimberley Tyler est recrutée comme policière. La jeune femme suit les traces de son père récemment décédé. Avec le lieutenant Ulysse Ford, elle se penche sur le meurtre d’une étudiante retrouvée nue avec une marque cabalistique gravée au couteau sur le ventre. L’investigation les conduit à Baron Yeval, un escroc, fondateur de l’Église de Satan. Son partenaire étant victime d’un infarctus, elle affronte seule le gourou ; ce dernier devine son mal-être et tente de la manipuler.

Avec American Parano, Hervey Bourhis signe un authentique polar avec flics désabusés, héroïne tourmentée et méchant charismatique. Il fait le choix d’aller droit au but ; l’enjeu n’est pas tant de démasquer le coupable, mais plutôt de révéler le duel auquel se livrent la représentante de la loi et le criminel. Cela dit, rien n’assure que l’accusé soit véritablement le meurtrier.

Le mentor de l’enquêtrice se montre absent dans toute la deuxième partie de l’album et personne ne se plaint de la mise à l’écart de ce personnage banal et stéréotypé. Il était en effet judicieux de congédier le poivrot pour insister sur la recrue et la joute oratoire l’opposant au manipulateur.

Le scénariste propose du reste une véritable plongée dans un lieu et une époque qu’il exprime dans une multitude de détails alimentaires, vestimentaires et surtout sociaux, notamment les premiers pas des revendications féminines pour obtenir une juste place dans la société et la résistance des hommes confortables avec leur misogynie. L’auteur a même concocté une liste de chansons (sur Spotify, accessible à l’aide d’un code QR) à écouter pendant la lecture du livre : au menu Jefferson Airplane, les Turtles… et Tony Bennett, qui, comme tous le savent, a laissé son cœur à San Francisco.

Derrière l’enquête se cache une quête, celle du paternel de la protagoniste, lequel se serait suicidé ; il y a fort à parier que cette recherche fera office de fil conducteur entre les différents tomes de cette série.

Lucas Varela présente un dessin semi-réaliste, par moments naïf. Le trait, d’inspiration ligne claire, apparaît dépouillé et élégant, un peu comme celui d’Antonio Lapone (Gentlemind, Greenwich Village). L’artiste installe quelques éléments de décor, juste ce qu’il faut pour situer l’action. L’illustrateur se tient loin des clichés, les hippies et les tramways s’attaquant courageusement aux rues escarpées sont ainsi peu nombreux.

En pleine ère du peace & love, le lecteur se serait attendu à une mise en couleurs éclatante ; il n’en est rien puisque les teintes alternent entre un orange rosé et un gris bleu, auxquels s’ajoute beaucoup de noir. Ce choix traduit bien le ton rétro que les bédéistes souhaitent donner au projet.

Une intrigue agréable et un personnage qui a du potentiel. Le scénariste annonce d’ailleurs qu’une fois le diptyque terminé, il convoque son actrice à New York, un an plus tard. C’est une bonne nouvelle.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

American Parano
1. Black House

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 25/03/2024 à 13:00:09

    Bon album dans l'ensemble. J'ai cependant été quelque peu décontenancé par le décalage entre le ton de l'histoire et le dessin : le scénario est plutôt sérieux mais le trait fantaisiste et peu réaliste ne cadre pas vraiment avec cette ambiance polar. Lecture très plaisante toutefois et fortement recommandable.