Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

F in 1940, à Londres, le Blitz fait rage. Quotidiennement, ou presque, la ville est déchirée par la stridence de la sirène, puis un silence terrifié, le vrombissement croissant des forteresses volantes en approche, les tirs de la DCA, le sifflement des Stukas en piqué. La population a vingt minutes pour rejoindre un abri. Ensuite, ce sont les explosions, plus ou moins éloignées, plus ou moins fortes. Le corps qui se crispe à chacune d’elle, les yeux tournés vers le plafond, qui ne laisse rien voir, seulement deviner. Hitler a décidé de raser la capitale britannique ; les habitants vivent donc au milieu des ruines, tiraillés par la peur. C’est au cours d’une de ces alertes qu’Isaac Green, jardinier retraité, aide une petite fille, perdue dans la foule. Mary revenait, avec d’autres enfants, d’un séjour d’éloignement, pour raison de sécurité. À la gare, elle a suivi un chat et s’est égarée. Après quelques démarches infructueuses auprès des autorités, Isaac ramène Mary chez lui. Retrouver sa maman, traverser Londres n’est pas facile, surtout lorsque les jours et les nuits sont ponctués de bombardements. Un rituel s’installe : pour lui faire oublier la peur et la violence, Isaac raconte une histoire, qu’il invente au fur et à mesure, au creux de la station de métro voisine. Le vieil homme se démène pour que l’enfant soit en sécurité, ne manque de rien et retrouve sa famille. Mais il cache un secret tragique.

S’il n’est pas nécessaire de présenter Olivier Grenson (Carland Cross, Niklos Koda), force est de constater qu’il sort de sa zone de confort, en proposant ce roman graphique de deux cent quarante pages. Le projet éditorial explicitait qu’il pouvait prendre son temps (il a consacré trois années exclusivement à l’élaboration du Partage des mondes) et être gourmand en pagination. Il en ressort une œuvre riche et sensible, une rencontre entre deux récits : celui de la Seconde Guerre Mondiale et celui qu’Isaac crée et narre à Mary, en contrepoint des horreurs extérieures. Le quotidien londonien, fait de brouillard, de poussière et de cendres, est dessiné en gris, en teintes fades et tristes. Les rêves de Mary et le conte d’Isaac ont droit, eux, à des couleurs vives et éclatantes. Posant ses couleurs directes sur des lavis, Grenson explore avec brio tout le domaine sensible, de la tristesse sans fond à l’espoir déraisonnable. Ces deux pans narratifs lui ouvrent des champs infinis d’expression graphique et il les explore avec jubilation. Même dans les passages les plus sombres, son dessin est vivant et raconte bien des choses.

Les sources de l'album sont à trouver dans l’Histoire, dans Alice au pays des merveilles et dans le parcours de l’auteur, qui se livre comme il ne l’avait jamais osé. Construit autour d’une relation émouvante entre deux êtres que rien ne devait rapprocher, sur une confrontation entre réel et imaginaire et des contrastes qui font l’essence de la condition humaine, Le Partage des mondes incite à la réflexion, est message d’espoir et surtout émeut. Seule la bande dessinée peut charger autant les mots et les couleurs simultanément.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Le partage des mondes

  • Currently 4.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (14 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    tv69 Le 13/05/2024 à 12:45:55

    C'est beau, c'est émouvant ; beaucoup d'émotions à la lecture de cet album. Le travail sur la couleur entre les scènes imaginaires et les scènes de guerre est très subtil, là ou d'autres auraient simplement opposé couleur et noir et blanc.

    jazi Le 12/05/2024 à 11:30:54

    Excellent album qui fait du bien à la lecture.Album sublime dont je recommande la lecture.Un chef d’œuvre.

    Dobbs10 Le 20/04/2024 à 12:11:53

    Un nouveau Grenson – C’est toujours attendu… Grosse grosse pagination, pour je l’ai lu d’une traite.
    Absolument sublime, d’une beauté incroyable aussi bien visuelle que narratif.
    Ce contraste entre l’ambiance grise et sombre du Blitz de Londres et les contes colorés, un vrai régal.
    Deux être perdus que tout oppose à première vue mais qui vous traversé cette période trouble de l’histoire accroché l’un à l’autre.
    Une œuvre prenante et généreuse.
    Excellent conseil de lecture, sans hésitation.

    Armand Bruthiaux Le 16/04/2024 à 20:59:33

    Nous sommes ici, sans conteste, en présence d’une très grande bande dessinée. Un récit de guerre, certes, mais qui grâce à sa poésie, sa douceur et son humanisme en font une merveilleuse histoire et une histoire merveilleuse. Olivier Grenson maîtrise parfaitement l’ensemble en nous livrant un scénario émouvant, de sublimes dessins et des couleurs particulièrement douces. Pour ne rien gâcher, les éditions Le Lombard nous proposent un magnifique objet … de 240 pages et à la couverture grandiose !

    Nous sommes en septembre 1940. Les bombes de la Luftwaffe ont laissé deux trous béants dans la vie du vieil Isaac Green, un ancien jardinier : celui de sa maison éventrée qui lui laisse voir un Londres dévasté et celui qui, chaque jour, attire un peu plus son cœur vers l’abîme car sa femme Eva est morte. En plein Blitz et au beau milieu du tumulte des sirènes, Isaac rencontre Mary, une petite fille évacuée qui ne retrouve plus sa famille. A l’abri dans le métro londonien, dans les rues de la capitale ou dans la maison éventrée, une amitié sincère et bienveillante est en train de naître. Issac décide de protéger Mary et de lui offrir un échappatoire à ce chaos ambiant, il raconte l’histoire de l’arbre aux mille couleurs. Elle, par sa fraîcheur enfantine et encore innocente redonne du sens à la vie de ce vieux monsieur.

    Pour Olivier Grenson, le conte associé à l’épisode du Blitz permet d’évoquer, avec beaucoup de poésie, une planète au bord du gouffre en raison du péril écologique et de la résurgence des guerres. La sagesse et la fragilité de la nature est sans cesse rappelée face à la folie des hommes capables de lancer des bombes sur des populations innocentes, notamment des enfants comme la petite Mary. Mais, c’est bien le rêve et l’espoir qui sont au cœur de ce récit et non une fatalité mortifère.

    tcd91 Le 12/04/2024 à 08:32:50

    Attention, chef d'oeuvre! BD sublime! Une histoire pleine de tendresse et d'émotion. Le graphisme est magnifique. Le contexte historique bien rendu. La petite Mary et le vieil Isaac sont vraiment attendrissants et profondément touchants. Ne passez pas à côté de cette bande dessinée qui mérite une place de choix dans votre bédéthèque.