Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

La route (Larcenet) La Route

22/04/2024 3765 visiteurs 7.6/10 (9 notes)

L ’enfant grelotte, mais il ne dit rien, ou si peu, confiant en celui qui le guide dans cette immensité où les feux de l’apocalypse n’ont laissé que des cendres. Chaque matin, il faut repartir, avancer, éviter le genre humain, tout en espérant des jours meilleurs, à jamais révolus...

Il est des adaptations plus risquées que d’autres ! Alors en ces temps où le 9ème art se cherche un nouveau souffle à travers la littérature, pourquoi ne pas s’attaquer à La route ? Quitte à chuter, mieux vaut que cela soit d’un sommet !

L’ouvrage de Cormac McCarthy, récipiendaire du prix Pulitzer 2007, n’est certainement pas l’un de plus faciles à reprendre. Si, de prime abord, son aspect graphique semble des plus aisés à reproduire sur papier, il en est différemment de la temporalité qu’il égrène ! Les règles de la bande dessinée étant ce qu’elles sont, Manu Larcenet choisit la dynamique du scénario et privilégie les moments de rencontre, ceux où l’Homme et l’Enfant sont confrontés à leurs semblables, ceux où leur Humanité vacillante tente de subsister face à une Primitivité renaissante. Graphiquement, il n’y a rien à dire, même sur l’édition standard où l’auteur de Thérapie de groupe se risque à quelques touches de normes de couleurs. Toutefois, il manque l’essentiel : la monotonie d’un quotidien qui se répète, celle de la quête, jour après jour, d'un semblant de gîte ou d'ersatz d’un repas, celle de ces heures de pluie qui succèdent aux journées de neige, celles de ces aubes froides qui supplantent des nuits glacées… Malgré tous ses efforts, l’album ne peut, même dans ses ellipses, faire état de cette atemporalité qui pèse sur le best-seller de l’écrivain américain et lui donne toute sa puissance !

Sans le singer, le plagier, le copier, ni même tenter de l’illustrer, Manu Larcenet se sort plus qu'honorablement de l'adaptation de ce roman si particulier qu'est La route, du moins suffisamment pour continuer à tracer la sienne !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.6

Informations sur l'album

La route (Larcenet)
La Route

  • Currently 4.45/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (97 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    ArvoBlack Le 20/07/2024 à 14:49:24

    L'adaptation "La Route" de Manu Larcenet est une œuvre saisissante au niveau graphique, des traits, déliés et textures qui donnent une impression de chaos sur chaque planche. A vrai dire, l’œuvre est très atmosphérique et lugubre, elle est la représentation d'un monde où s'efface l'humanité, où survivent les derniers hommes, tuant ainsi leur prochains. Comme le veux le roman original, les protagonistes, un enfant et son père s'arrachent les derniers mots et pensées philosophiques face à l'instinct de survie : "Sommes-nous les gentils ?", ou est-ce juste notre point de vue ? Là ou le respect des hommes n'existe plus, où la dignité elle-même s'est perdue. De loin, une des BD post-apocalyptique les plus noires que j'ai lu. Également le choix de ne quasiment pas parler du passé des deux personnages (1 planche parle du départ de sa femme et l'envie d'en finir), donne d'autant plus quelque chose de dure et noire, enfermés dans un présent mortifère. Le ton ultra dramatique et anxiogène déroute, dégoute, voir ne plait pas. En tout cas l'immersion est totale et je ressors touché de cette aventure humaine malgré la noirceur des propos. Au delà du contenu, le livre en lui-même est "beau", qui permet de savourer pleinement les planches de la bandes dessinées.

    DCJNM Le 16/07/2024 à 16:13:47

    Après avoir lu le roman, je me plonge dans la BD de Larcenet, adaptation fidèle et impressionnante, tant tout y est : l’atmosphère de fin du monde, les cendres qui ponctuent chaque dessin, le froid, la pluie, la neige, le vent, l’homme, l’enfant, le caddie et l’économie de dialogue entre le père et le fils. La mort rôde partout, sans beaucoup laisser d’espoir quant au sort qui sera réservé aux survivants, sans doute les derniers. Le monde agonise après l’apocalypse qu’on n’explique pas, qu’on subit, sans espoir de retour. Triste assurément, mais tellement possible, tellement réaliste …
    Chef d’œuvre absolu, avec une totale maîtrise du dessin qui vous prend aux tripes et ne vous lâche plus tout au long du récit. En phase totale avec le roman, qui s’en trouve ici magnifié. Il faut absolument lire les deux dans la foulée pour s’en persuader.

    thephenice Le 10/07/2024 à 10:58:53

    Oui, Oui .... mais non !
    La route, adaptation du roman de Cormac McCarthy (pas lu) par Larcenet.
    Je m'attendais à un truc sombre, genre road-movie désespéré sous prozac ... ben c'est pire que ça.
    Ah certes les dessins sont beaux, en noir et blanc, parfois dans des dégradés de gris, et bien déprimants à souhait. On se croirait sur la cote Normande au mois de février. L'ambiance de fin du monde avec une retombée permanente de cendres est très bien rendue. Mais ça s'arrête là.
    Les personnages ne sont pas crédibles, on ne sait pas d'où ils viennent ni où ils vont, et à part croiser quelques cannibales, ben il ne se passe rien. Je me suis ennuyé du début à la fin ... lu en 30 minutes, car il n'y aucun scénario.
    Franchement, 30 balles pour ça et un format "belle BD", c'est abusé et survendu.

    Eotran Le 27/06/2024 à 18:54:41

    Une œuvre intense !
    Le roman remarquable dont il s'inspire donne une base de travail prodigieuse que Larcenet sublime de son talent graphique. Les dessins sont à couper le souffle. Le travail sur les textures est d'une finesse vertigineuse au regard de la dureté de ce qu'il exprime et met en scène.
    Ce récit prenant nous fais traverser une belle palette d'émotions avec très peu de dialogues, du grand Art.

    JeanneD Le 03/06/2024 à 08:34:37

    Une énorme claque !
    Certainement le meilleur album de Larcenet.
    Une lecture âpre, une oeuvre très sombre bien sûr, mais où l'émotion et la sensibilité, voire une certaine douceur sont toujours présentes. Du grand art !
    BD monumentale.

    Yovo Le 06/05/2024 à 09:23:26

    Après les prodigieux « Blast » et « Rapport de Brodeck », Manu Larcenet frappe encore – toujours aussi juste, toujours aussi fort – avec une adaptation fidèle de Cormac McCarthy.

    Mais au-delà des qualités propres du roman, c’est définitivement le langage graphique de l’auteur qui s’impose au fil des pages comme une référence définitive du 9ème art. Le vent, la cendre, la solitude, le froid, la peur… Les nombreuses planches muettes parviennent à dire bien davantage que les mots.

    Le texte reste cependant primordial. Précis, économes, les dialogues viennent questionner l’espoir avec une terrible acuité. Reste-t-il une raison de lutter pour vivre dans un monde où nulle herbe ne pousse, nul oiseau ne vole, où le soleil lui-même semble avoir disparu ? Pur instinct de survie ou foi aveugle en une hypothétique renaissance ?
    In fine, les quelques échanges entre l’homme et son fils viennent surtout donner corps à l’abnégation et la fatalité. En n’accrochant à leurs esprits en lambeaux qu’une seule et nécessaire idée motrice, celle qui les fera tenir un jour de plus : être et demeurer les « gentils ». L’enfant doit y croire. Le père doit, lui, trouver la force de faire semblant.

    Une œuvre éminemment sombre, bien évidemment, mais une grande œuvre.

    Touriste-amateur Le 16/04/2024 à 15:59:05

    Je ne connais pas le livre éponyme, aussi je ne me prononcerais pas sur la justesse de ce récit par rapport à l'original.

    C'est certes magnifique au niveau du dessin, mais parfois un peu surjoué au niveau du scénario. Y compris la fin.

    Je ne mets que 3/5 car je trouve que certaines scènes violentes ne sont pas forcément nécessaire à l'intrigue ni à l'atmosphère de l'ouvrage.

    A ne lire que si vous êtes en bonne forme car il ne fait pas espérer grand-chose d'humaniste dans cet album. C'est noir, noir, noir...
    D'ailleurs, j'ai fait le choix de le lire "'une traite" pour me libérer rapidement du côté sombre et dur que renvoie l'album.

    C'est bien de l'avoir lu, mais vite dans la bibliothèque et pas sûr que je le ressorte de si tôt.

    bd91130 Le 12/04/2024 à 19:43:11

    Puissantissime ! Je ne connais pas le roman d'origine, et je ne suis d'ailleurs pas très sûr d'avoir envie de me lancer dedans. La BD de Larcenet est déjà assez sombre et émouvante comme ça. Le dessin est magnifique de noirceur et de sensibilité, chaque page est un petit bijou. Les sentiments, la relation entre les deux protagonistes sont palpables, presque matériels. La déchéance, le désespoir sont omniprésents, envoûtants, sans aller jusqu'à l'horreur de Brodeck. Amateurs de scénario à suspens et rebondissements, s'abstenir.
    Un album à ranger en bonne place dans la bibliothèque, à relire et à faire découvrir partout autour de soi. Un must.

    Akim2995 Le 11/04/2024 à 09:05:49

    Tout le milieu de la BD en fait des tonnes : "La claque !", "Chef-d'oeuvre de la bande dessinée moderne", blablabla... Il est vrai que les dessins sont splendides. Les teintes créent une belle ambiance. Mais le scénario... bof, bof. D’abord, c’est une enfilade de sketches. Vous prenez le sketch de l’abri plein de nourriture et vous l’intervertissez avec le sketch du vieux déshabillé, et vous obtenez exactement la même histoire. Ensuite la fin est un gros gâchis. Attention spoiler, ci-dessous...

    Le père meurt (archi prévisible, vu le nombre de fois où il tousse) et c’est tout juste si le gamin s’en fout. L’enfant n’arrête pas de solliciter son père pendant tout le récit. Manifestement, l’avis de son père compte. La présence du père compte. Et quand le père disparaît, l’enfant passe à autre chose. En outre, le père aurait dû préparer l’enfant à sa disparition. Le fait de juste dire au fils que sa voix sera toujours avec lui ne suffit pas. Le fils devrait s’effondrer. Bref, c’est trop froid et pas crédible pour moi.

    L’autre problème, c’est la facilité avec laquelle les deux protagonistes survivent. Ils ont horriblement faim et froid, mais ils arrivent toujours à trouver un peu (ou même beaucoup) de nourriture. Ils croisent plein de méchants et de dangers, mais ça glisse. Il y a plus de conflit et d'humanité dans "Mad Max 2" ou "The walking dead".

    Fiana20 Le 07/04/2024 à 15:19:29

    C'est évident : une BD de bibliothèque! Un scénario prévisible puisque connu déjà par le roman et le film tous deux excellentissimes. Larcenet a réussi ce tour de force d'y ajouter sa patte et on dévore cette BD avec juste le minimum de dialogues nécessaires pour qu'on sache, qu'on comprenne, qu'on s'angoisse pour ces deux errants à la recherche d'un avenir collé à la grisaille, au froid, à la faim, à la peur, qui avancent sans cesse vers la couleur de la vie qui n'est plus où ils sont ... quel dessin, quel crayonné dans la palette du gris au noir sur le blanc ... il faudra y revenir souvent pour le plaisir du regard. Bravo!

    BudGuy Le 05/04/2024 à 22:34:26

    Larcenet officie à tout les postes et livre une adaptation où la noirceur, le désespoir et la mort transpirent de chaque planche. C'est un long chemin de croix éprouvant, sombre et désespéré pour ce père et son fils à travers un pays en ruine et détruit de part et d'autre.

    Les teintes sont désaturées et 'sales', les jeux de clair/obscur renforcent davantage l'atmosphère anxiogène et dangereuse dans lequel évolue les personnages. La pluie, la crasse, la boue et les cendres sont presque palpables.

    Le récit suit la trame principale et les moments clés présents dans le roman et la très bonne adaptation en film avec Viggo Mortensen. L'auteur a su capter et retranscrire des séquences très malaisantes de l'œuvre d'origine.

    Une réussite et surtout, l'un des meilleurs albums de l'année 2024.

    addrr Le 05/04/2024 à 18:53:14

    Blast, c’est de la BD comique, en comparaison ! Grosse mandale dans ma gu***, grosse lecture, exigeante et qui reste en tête (certains dialogues/images marquent).
    C’est rare qu’autant d’attente pour un album soit à ce point justifiée, on ne peut pas sortir déçu (ni indemne) de la lecture.

    Campanar Le 05/04/2024 à 18:25:44

    Bon, j’ai cédé au vent du moment et j’ai acheté La Route.
    Le superbe dessin mérite 5 étoiles, mais le récit post apocalyptique se lit vite et me laisse dubitatif parce qu’on peut imaginer qu’il se termine en cours de route ! Sans ou avec jeu de mots !
    Je n’ai pas lu le livre, j’ai vu le film qui m’avait emballé.
    Rupture de stock en vue !

    bejo Le 05/04/2024 à 15:21:34

    Une œuvre bouleversante, portée par des dessins et une mise en page exceptionnels. Chapeau bas M. Larcenet.

    minot Le 02/04/2024 à 22:55:41

    Un graphisme exceptionnel et une histoire d'une noirceur absolue. Par cet album, Larcenet démontre - si cela était encore nécessaire - qu'il est bien un géant contemporain de la bande-dessinée. Je ne connais pas le roman original, mais la lecture de cette BD fut un sacré choc. Fans d'univers post-apocalyptiques et de survivalisme, ce chef d’œuvre est pour vous !

    herve26 Le 01/04/2024 à 15:38:02

    C'est certainement l'album que j'attendais le plus cette année.
    Certes, j'avais lu le roman il y a quelques années et je ne l'avais pas trouvé terrible à l'époque, mais j'avoue que j'avais hâte de découvrir la version de Larcenet. J'ai longuement hésité sur la version qu'il fallait lire, pour finalement opter pour les deux (la version n&b, et la version dite "couleur"), avec pour une fois, une préférence pour cette version courante qui met plus en valeur l'histoire, à mon avis. Le tirage limité (4000 exemplaires) étant plus difficile à déchiffrer.
    En adaptant cette œuvre sombre de Cormac McCarthy, Manu Larcenet réalise une nouvelle fois une prouesse. Avec "Blast", il m'avait époustouflé par son talent narratif, et là il renouvelle l'exploit du "Rapport de Brodeck", avec un graphisme magnifique. Son précédent album reposait sur le noir et blanc, et là Larcenet nous propose toute une teinte de gris, propre à l'ambiance du roman, avec ses pluies de cendres incessantes. L'auteur nous propose de nombreuses planches muettes, mais le dessin est tel, qu'elles méritent qu'on s'y attarde.
    Ayant relu le roman hier, (roman qui vient d'être réédité cette semaine, et illustré par Larcenet), je dois dire que j'ai retrouvé toute l'atmosphère lourde et glauque de Mac Carthy dans cette bande dessinée.
    Encore une fois une œuvre forte et puissante de Manu Larcenet, que je situe au même niveau que "Le rapport de Brodeck".
    Lue deux fois depuis sa sortie , dans les deux versions et relu le roman également en version poche , je suis resté scotché par cette adaptation de Larcenet.
    Certainement l'album de l'année.

    Theobald Pontifex Le 31/03/2024 à 11:12:28

    Tout à fait d'accord avec Jozef, un superbe travail graphique. Larcenet a su avec peu de mots mais avec un graphisme puissant et très travaillé interpréter le livre de Cormac McCarthy (dont la traduction ne me paraît pas être en adéquation avec le contenu du livre. Mais ceci est une autre histoire...). Du grand Larcenet, et qui pouvait, à part lui, donner à ce récit si sombre une telle intensité. Pas d'esbrouffe, pas de pathos, rien, que des images à voir et à revoir, images, vignettes, dignes d'être parfois un tableau à part entière. Bravo Mr. Larcenet. A signaler que Dargaud (ce qui n'est pas toujours le cas) a soigné son édition, le livre est magnifique. A part le supplément graphique, la version N et B n'apporte pas grand chose de mieux, peut-être d'ailleurs vaut-il mieux privilégier la version courante. J'imagine déjà ce que Laurent Hennebelle pourrait faire en sérigraphie ou aux encres pigmentaires avec un tel morceau de roi....

    Jozef Le 30/03/2024 à 22:55:07

    Un travail graphique somptueux de Manu Larcenet pour cette adaptation littéraire. J'en ai presque regretté d'avoir les images du film en tête... Que de détails et de finesse. Chaque case est travaillée. Du grand art ! Qui mieux que lui pour dépeindre un monde agonisant et torturé ?

    Puissions-nous anticiper l'avenir pour éviter de vivre une telle horreur. Car nous en prenons bêtement et aveuglément le chemin... Gaspillage des ressources, destruction du vivant, pollution à outrance, maltraitance animale, conflits, guerres, etc... Il serait temps de retrouver un peu de simplicité, de bon sens et de sagesse.

    Zablo Le 30/03/2024 à 11:23:39

    J'attendais cette BD avec impatience...

    Pas parce que c'est l’adaptation d'un livre à succès, le récit d'errance intimiste de MacCarthy, mais plutôt pour l'auteur qui l'a adapté... Gage de réussite. La couverture a aussi fait pencher la balance...

    Sombre et déchéante, l'adaptation de Larcenet est d'une grande réussite. Il transcrit admirablement bien en BD, cette dure et interminable route, parcourue par un père et son fils, alors que l'Humanité part en fumée.

    Le texte est concis mais efficace. Les quelques bulles, disséminées ça-et-là, ne gâchent en rien le plaisir de lecture.

    Le style graphique de Larcenet a nettement évolué, vers un style plus réaliste qu'à l'accoutumé. Que de chemin parcouru depuis ses aventures avec Fluide Glacial !

    Je me délecte de ses nuages de matières, presque informels, qui convoquent mon imaginaire. Je me régale aussi des détails du trait, quand il s'agit de représenter une nourriture irrévocablement perdue. Une précision du dessin qui peut aussi donner la nausée, parfois à rebours, lorsque Larcenet donne à voir la misère post-apocalyptique...

    Car, le but est simple : survivre. Le propos de Larcenet n'en demeure pas moins profond, dans la veine de ses précédents albums : l'amour de la vie (Retour à la terre), à laquelle les héros s'accrochent du mieux qu'ils peuvent, mais aussi les tréfonds de la moralité humaine (Blast) et une dimension psychologique aiguë (Thérapie de groupe). Le vertige de l'abîme !

    Bien sûr, il y a aussi une part de Larcenet dans ce livre, dans ses représentations... L'auteur a participé à réinventer la BD, au tournant du siècle, vers l'auto-fiction. Il semble ainsi s'incarner dans la figure du père : calvitie, barbe, casquette... ne manque que les tatouages et l'embonpoint.

    La route met aussi en scène les relations d'un père et de son fils, coupés du monde. Une certaine vision de la famille face à la crise, la mère n'étant plus que dans leurs esprits...

    Par ailleurs, la transmédialité est un chouia étonnante pour Larcenet. Mais, si le roman La route a été placé sur un piédestal, récompensé par le prix Pulitzer fiction en 2007, la BD fait aussi écho à elle même, avec le fameux Walking dead (2003)...

    En tout cas, La route de Manu Larcenet est une adaptation très intéressante. C'est aussi un pied-de-nez au Monde sans fin de Jancovici, montrant très clairement certains dangers du nucléaire...

    Le tirage limité offre un vrai plus, avec un cahier graphique sur beau papier, dont un passage inédit et plus personnel du dessinateur, rendant cette édition indispensable à mon sens.

    S'il n'est pas le plus éloquent à la télé... Larcenet demeure l'un des auteurs les plus talentueux de notre temps. Que l'on aime, ou que l'on aime pas, chacun de ses livres est une leçon de narration graphique.

    Et pourtant, il reste d'une grande humilité.

    roquevidal Le 29/03/2024 à 16:36:25

    Un road trip bouleversant d'un père et son fils dans un monde post apocalyptique : émotion, partage, espoir, angoisses.

    Graphisme incroyable. Larcenet franchit un cap avec cet album monumental. On peut en effet parler de chef d'oeuvre.

    Eric26 Le 28/03/2024 à 19:28:32

    Futur chef-d'oeuvre.
    Graphisme époustouflant.
    La BD reflète parfaitement l'univers du roman de McCarthy.