Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Le lait paternel 2. Livre 2 : Sous la surface

25/03/2024 2716 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

V ictor grimpe péniblement les sentiers d’une montagne. Rendu au sommet, il dispersera les cendres d’un géniteur dont il garde peu de souvenirs. Le rejeton ne respire visiblement pas la santé. Pour comprendre son mal-être, il faut se plonger dans son enfance avec un père absent, trop occupé à boire, se droguer et courir après tout ce qui porte une jupe. Ivre, l'insouciant cause un accident de voiture où une femme et ses enfants perdent la vie ; il déserte alors le foyer familial, puis, fauché, vit dans la rue.

Dans Sous la surface, deuxième volet du Lait paternel, Uli Oesterle propose une narration en deux temps. Celle des déconvenues du clochard s’inscrit dans les années 1970, alors que l’expédition à la campagne se déroule au début du XXIe siècle. Le fils connaît peu son paternel, mais les traces de la famille dysfonctionnelle dans laquelle il a vécu paraissent indélébiles. Tout indique que ses gamins grandiront également dans un milieu malsain, comme si le malaise devait se transmettre d’une génération à l’autre.

Dans ce récit en partie autobiographique, le scénariste pose un regard humain, presque tendre, sur cet homme qu’il n’arrive pas à dépeindre comme fondamentalement mauvais. Sans l’excuser, il démontre qu'une forme de rédemption est envisageable. Se pardonner à soi est possible, surtout en suivant les conseils pleins de sagesse offerts par les poivrots croisés à la soupe populaire. Il ne sera peut-être pas aussi facile d’obtenir l’absolution des personnes blessées, physiquement et psychiquement. Et que dire de celle des autorités, toujours impatientes de mettre la main au collet du chauffard.

Le projet repose sur des illustrations relativement simples. Les acteurs sont partiellement dessinés sans traits de contour ; l’artiste a souvent recours aux gris et aux ombres, qu’il maîtrise très bien, pour délimiter les personnages et les objets. Les décors apparaissent pour leur part sommaires, voire inexistants.

La couleur se montre rare, quoique toujours significative. Les chapitres racontant la vie du protagoniste sont en noir et blanc, ceux du fils sont teintés de mauve. Le vert fait quelques apparitions fantomatiques, alors que l’orange, réservé à l’accident, ne se signale qu’à quelques reprises. Un peu comme si l’auteur voulait rappeler que, même s’il l’évoque timidement dans ce tome, il n’en a pas fini avec l’événement qui a précipité la déchéance du héros. Toutes les teintes se mélangent dans une conclusion où le dessinateur suggère qu’un réel repentir n’est possible que si l’alcoolique confronte tous ses démons. En cela, les deux derniers volets de la série s’annoncent fascinants.

Une histoire noire, touchante, bouleversante.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Le lait paternel
2. Livre 2 : Sous la surface

  • Currently 4.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Zablo Le 07/04/2024 à 22:06:04

    Beaucoup de maîtrise...

    Je lis très régulièrement des BD, pour lesquelles je n'ai pas toujours l'envie ni le temps d'écrire un avis. Mais je crois que cette série mérite que l'on s'y attarde.

    Pourtant, elle ne m'a pas happé instantanément. Elle n'est pas particulièrement innovante. La moralité de certains personnages choque, même si leur psychologie est très fouillée...

    Au début de la série, j'ai même un peu peiné à entrer dans cette représentation stéréotypée des années 70, esquissée par Uli Oesterle.

    Pourtant, l'esthétisme du livre est attrayant. Les yeux familiers reconnaitront le trait expressif du papa d'Hector Umbra, quoique devenu plus discret, ombragé, géométrique, à l'image des graphismes d'Alexandre Clérisse.

    Les couleurs sont tout aussi réussies, établissant une codification selon les temporalités, les émotions, les points de vue... comme Riad Sattouf le faisait déjà, pour distinguer les différents lieux de son récit dans l'AduF ou les personnages dans Jeune acteur.

    De plus, le scénario se révèle être palpitant, avec un récit double, jonglant entre un père décadent et son fils devenu adulte. Il y a des thèmes forts : relations humaines, inégalités de genre, addiction à l'alcool, au sexe... D'une grande intensité.

    L'histoire est traitée avec élégance, Uli Oesterle ayant assimilé tous les codes de la BD, moderne ou ancienne.

    On y retrouve la profonde noirceur d'un Larcenet, avec ses clochards et autres pousseurs de caddies...

    Comme savait le faire Charlier auparavant, le rythme est frénétique, haletant... à la différence qu'il y a aussi une part de réel, très "nouvelle vague", et un investissement particulier de l'auteur pour son œuvre...

    Surtout, le tome 2 surpasse le 1... Je n'aurai pas vu le temps passer en lisant les deux albums, tellement je fus absorbé. Hâte de voir la suite...

    Ainsi Le lait paternel, titre qui pourrait faire ricaner, est en réalité « une biographie fictive de Peter Oesterle », père d'Uli. Tel que l'indique la postface du tome 1, elle s'appuie sur des « anecdotes librement inventées – mais dont chaque mot est empreint de vérité ».

    ...Pour raconter la vie débridée et délictueuse, pour ne pas dire criminelle, d'un père absent.