Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Blood moon

01/03/2024 1948 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

E n 2101, sur la Lune, l’exploitation minière bat son plein. Malgré un salaire particulièrement attractif, l’aventure sur place n’a rien d’un eldorado pour les quelques milliers d’ouvriers qui ont quitté la Terre. À l’oxygène artificiel qu’ils respirent en permanence s’ajoutent une nourriture infâme et une vie en total vase clos animée, en dehors du travail dans les carrières, uniquement par l’alcool et les prostituées de la base de Blue Moon City. Si personne n’est vraiment satisfait par cette vie précaire, tout le monde semble pourtant s’en contenter. Mais ce fragile équilibre s’effrite rapidement lorsque le premier meurtre lunaire est découvert. L’agitation s’invite et Benjamin Petit, à la tête des forces de sécurité, s’y trouve mêlé malgré lui.

Après son arrivée aux éditions Rue de Sèvres pour la suite de son aventure éditoriale, le Label 619 (fondé par RUN) inaugurait Lowreader, héritière directe de DoggyBags et en empruntant le format et le concept général : trois histoires courtes d’horreur, concoctées par une équipe créative différente piochée dans le vivier de talents du label. Comme l’avait fait sa prédécesseuse auparavant, la nouvelle collection entame avec Blood Moon les Lowreader présente…, des one shots dans la même veine mais disposant d’une pagination plus importante permettant des récits plus denses et plus complexes.

Pour ce premier opus, c’est Bones qui officie (scénario, dessin, couleurs) pour proposer une histoire s’installant tout d’abord avec des allures de science-fiction. Rapidement, toutefois, le gore et l’horreur s’invitent dans cette intrigue qui est plus proche du thriller. Dès les premières pages, l’ambiance est pesante, comme si le lecteur ressentait lui-même le manque d’air et se retrouvait également piégé dans ce monde où tous les espaces sont clos et les paysages gris. Pas nécessairement attachant (mais était-ce utile ?), le personnage principal est intéressant à suivre dans son enquête qui se transforme en quête… de vérité. Car le scénario, parfaitement ciselé et rythmé, est agrémenté d’une bonne louche de fantastique et de quelques gouttes d’ésotérisme voire de mysticisme ! Loin de se limiter à proposer un divertissement « pop-corn », l’auteur développe, autour de son héros stéréotypé, de véritables réflexions.

Finalement, l’ouvrage dégage le sentiment d’une réelle ambition et d’un fort degré d’exigence dans sa réalisation, ce que la partie graphique contribue à forger. Pouvant rappeler, çà et là, le trait de Mathieu Bablet (notamment pour quelques visages), les planches font surtout immédiatement penser au travail de Mike Mignola. Le découpage est parfaitement maîtrisé, la lisibilité toujours assurée – y compris lors de scènes d’action partant parfois dans tous les sens – et l’ensemble dispose de suffisamment d’espaces de respiration, notamment grâce à des pleines pages envoutantes. L’encrage puissant appuie, par ailleurs, le côté percutant du dessin qui s’impose, cases après cases, aux yeux du bédéphile.

Mené tambour battant, Blood Moon est un superbe « comics à la française » qu’il ne faut pas hésiter à découvrir.

Lire la preview.

Par D. Kebdani
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Blood moon

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (12 votes)

  • Bones
  • Bones
  • 02/2024 (Parution le 14/02/2024)
  • Rue de Sèvres
  • Label 619
  • 9782810204854
  • 109

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Bourbix Le 13/04/2024 à 17:41:12

    La narration est un peu hâtive, mais l'ensemble est de bonne facture et efficace. Une bonne lecture au fond d 'un transat :)

    sorcered Le 25/02/2024 à 17:59:39

    Rien d'original ici, du style (Mignola en misere) au recit (des deja vus en serie). Et pourtant, ca se lit vite, il y a plein d'action et de frissons, c'est parfait pour la piscine.

    addrr Le 25/02/2024 à 15:01:33

    Je suis en net désaccord avec l’avis précédent, ça arrive et c’est le but de ce genre de communauté que nous formons.
    (et attention au petit spoil qui est fait en deuxième ligne du précédent avis).
    Pour moi, ça commence bien et … ça finit bien ! Certes, de manière très déstabilisante et inattendue, mais au fond ça donne une dimension supplémentaire au récit, plus mystique et énigmatique. Si ça s’était fini de manière traditionnelle, peut être aurais-je été un peu déçu par cette simplicité.
    Côté dessin et rythme, c’est impeccable de A à Z. J’adore déjà depuis quelques temps la patte de Bones, ce côté horrifique bien dosé et maîtrisé, avec une narration efficace.
    Très belle découverte, bonne lecture, je suis ravi :D

    titou13180 Le 21/02/2024 à 21:28:50

    Ça a avait bien commencé avec quelques meurtres, l'intrigue était posée, et puis d'un coup ça part dans un délire de secte !!!
    Concernant les dernières planches, si quelqu'un peut m'expliquer la fin...
    Dommage pour le label 619, on a connu mieux comme one shot !



    Dommage pour le label 619, on a connu mieux !