Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les pauvres aventures de Jérémie 3. Le rêve de Jérémie

27/12/2005 8419 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

J érémie pourrait filer le parfait amour avec Honorine. Rencontrée fortuitement dans le 16ème, elle est mignonne à croquer, vient d’hériter d’une propriété sertie d’un hôtel particulier et apprend à piloter des avions de ligne. La plus élémentaire des charités conduit à dire qu’ils peuvent être complémentaire plutôt que mal assortis. Jérémie lui, sa principale qualité c’est de rester le même, toujours aussi bien entouré par les Moselle. Le frère, dont les BD de SF doivent compter plus de cases que de lecteurs, et la sœur qui ouvre toujours aussi facilement bras et draps en rêvant de progéniture. Le parfait amour ? C’est sans compter sur ses démons intérieurs qui malmènent une conscience en mal de sérénité.

Cette série, c’est une sorte de piège. Pas de destin hors du commun, pas de souffle épique, pas de passion excessive pour la forme et le fond. Pourtant, une fois le nez dedans (cet appendice que l’auteur ne néglige jamais tant la palette de « tarins remarquables » est soignée), on n’en sort pas. Sans savoir réellement pourquoi. Une touche de vécu ? Un soupçon de voyeurisme ? Un brin de moquerie facile envers les personnages ? Une sorte de lecture automatique répond à une sorte d’écriture automatique. Le véritable point fort de Riad Sattouf, c’est une facilité d'écriture (seulement apparente ?) qui fait que tout coule de source, les quelques flash-back jetés ici et là n’altérant en rien cette impression d’être sur les rails du récit de la première planche jusqu’à son terminus. Dans une moindre mesure, c’est aussi ce dessin qui privilégie l’essentiel mais là, difficile d’en faire une référence pour autant.

Pour le reste, ce 3ème volet reste en terrain connu, finalement assez loin des « Jolis pieds de Florence » et de la maladresse de son personnage principal, à l’origine plus touchante que ridicule. Ados attardés perclus de névroses et de fantasmes banals qu’ils semblent avoir troqués, un pour un, contre leurs anciens boutons d’acné (ici, le terrain de jeu c’est un club échangiste). Dénonciation sans acidité excessive de certains milieux professionnels (là, la rédaction d’un magazine Jeunesse). Caricature des travers des trentenaires qui les peuplent (l’initiation à la danse africaine, « l’esprit » des créatifs, la faune des cocktails mondains). Immersion de personnages dans un autre milieu social pour créer un décalage propice aux situations humoristiques (Jérémie dans le 16ème). Voilà pour l’inventaire.

Et finalement comment ne pas penser à ces saynètes mises en musique, en vogue depuis quelques temps, qui réjouissent par leur a propos ou font bailler pour leur platitude. Elles sont la marque de fabrique d’une certaine « nouvelle chanson française ». Quand c’est frais, drôle et bien écrit, on a Jeanne Cherhal en tête. Riad Sattouf, lui, à sa manière et en écorchant une frange de public qu'ils ont peut-être en commun, rend hommage à Vincent Delerm (qu’on n’est pas obligé d’écouter en lisant l’album). Mais Delerm pourrait-il parler de Riad Sattouf ?

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les pauvres aventures de Jérémie
3. Le rêve de Jérémie

  • Currently 3.38/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (47 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.