Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Cañari 1. Les Larmes d'Or

27/12/2005 8874 visiteurs 5.8/10 (4 notes)

C risse nous promet "Un univers de légende où les dieux côtoient les hommes, où les créatures mythiques défient les héroïnes de rêves…" pour les quatres séries qu'ils scénarisent et qui sont réunies dans la collection The Mythologic Fantasy chez Soleil. Ainsi, après la chasseresse grecque Atalante, l’indienne maudite Luuna et la danseuse égyptienne Ishanti, le lecteur est invité au cœur des mythes mayas en compagnie de Cañari.

Au cours d’une de leur expédition pour aller puiser l’eau sacrée du lac, le plus jeune frère de Cañari, Xaotil, disparaît. Elle part alors à sa recherche en compagnie de ses deux autres frères et sœurs : Xuma et Kia. Cette dernière trouve et enfile un bracelet des dieux qui se révèle impossible à retirer…

Depuis le premier tome d’Atalante, qui marque le début d’une suite de scénarios de Crisse plus que décevants, à de très rares exceptions près, on lit avec crainte chaque nouvel album de l’auteur. Pour les fans de Kookaburra, cela est d'autant plus vrai depuis la sortie de Système Ragnarok, considéré comme un massacre de leur série culte. On entame donc la lecture des Larmes d’Or avec de forts a priori, en grande partie accentués par la parution récente d’Ishanti, qui s’est révélé très quelconque et raccoleur. Unique point positif de prime abord, la présence de Méglia, le virtuose du comics, aux pinceaux. Parti pour multiplier les critiques, on se retrouve sans armes tant l’album se révèle agréable en tous les points.

La civilisation maya est séduisante et les personnes sont sympathiques. L’histoire en elle-même est bien construite et on se laisse guider par Cañari. Crisse n’alourdit pas le rythme avec des blagues vaseuses, tout du moins elles sont moins nombreuses et plus disséminées que dans Luuna. Certaines idées du scénario sont, quant à elles, bien trouvées, notamment la séquence dans un monde parallèle et les dernières planches. De plus, on voit à peu près où veut aller le scénariste, ce qui est confirmé par l’annonce d’une série en trois tomes uniquement. Enfin le parallèle entre Cañari et Wayne, un surfeur irrémédiablement attiré par Tulum au XXIe siècle, est encore bien mystérieux et donne envie de découvrir la suite.

Coté dessin, le trait de Méglia est à la hauteur de nos espérances. Sur le même principe que La Chronique des Immortels, les décors sont très détaillés et traités en couleurs directes, tandis que les personnages le sont à l’ordinateur. L’ensemble rappelle bien évidemment les dessin animés Disney et Tarzan en particulier. La jungle permet au dessinateur de nous montrer son savoir faire en matière de décors et on retiendra une bien jolie séquence avec des perroquets et autres toucans. Son expérience du comics se ressent dans le dynamisme et le mouvement qu’il donne aux personnages. Ceci dit, on ne peut s’empêcher d’éprouver une pointe d’agacement à la vue, ou plutôt à la non vue, de pieds. Méglia les cachent la plupart du temps ou finit les jambes en pointes, ce qui tranche avec le soin du détail apporté au reste. De même, sur certaines cases, des éléments au premier plan sont flous et ne sont pas du plus bel effet.

Au final, on est presque sous le charme de Cañari. On espère que cette bonne impression se verra confirmée par la suite. Il ne tient qu’à Crisse de ne pas retomber dans ses travers…

Par R. Bézard
Moyenne des chroniqueurs
5.8

Informations sur l'album

Cañari
1. Les Larmes d'Or

  • Currently 2.73/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (48 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Fire/Ice Le 07/12/2018 à 14:12:32

    De très beaux graphismes sur lesquels j'adhère totalement. Cet album a une touche qui lui est propre. Pour moi une excellente BD est constituée d'un très bon dessin et d'un scénario de qualité. On a l'un : l'histoire, bien, que correcte, n'est pas du même niveau -> d'où ma note de 3/5.
    Un bon moment de lecture !

    karpzov Le 06/06/2006 à 19:46:39

    Oyez oyez !!! Amateurs de bds qui ne ressemble pas à la bd, foncez vous aurez votre compte d'image de synthèse à deux francs, le tout saupoudré d'un scénario qui ne vaut guère plus!!! Mediterranéens, cessez de prendre le lectorat pour des c...!!!

    philippe_grenier Le 16/04/2006 à 17:40:57

    Avec le rapatriement des séries Luuna et Atalante, et la parution récente du premier tome de la série Ishanti, voici que maintenant Crisse et Soleil étoffent leur nouvelle collection Mythologic Fantasy d'un quatrième titre avec le premier tome de Cañari! Et cette fois-ci, pour illustrer ces aventures qui se dérouleront en Amérique Centrale, qui choisir de mieux que le talentueux mexicain Carlos Meglia?

    En effet, celui-ci se joint à l'équipe des éditions Soleil pour sa première parution franco-belge, après avoir publié des épisodes de séries dont Crimson avec Scarlet X: Blood on the Moon chez Cliffhanger, quelques numéros de Elektra chez Marvel, un épisode de Superman/Action Comics en 2003 ainsi qu'une histoire complète du même super-héros intitulée Infinite City en 2005 pour DC, en plus de la mini-série Star Wars: Underworld - The Yavin Vassilika en 2000 pour Dark Horse.

    C'est donc avec un portfolio garni de réussites que le dessinateur à abordé ce nouveau sujet qui lui a été offert, et pour la cause, en plus de permettre aux lecteurs francophones d'apprécier ses illustrations dans une belle édition cartonnée de chez Soleil, l'auteur tente un nouveau style de rendu de dessin en encrant ses planches à l'encre brune, reléguant le noir au simple titre de couleur d'appoint. Le résultat saute aux yeux dès le premier regard et permet de dissocier son style déjà unique de ceux des autres auteurs de sa catégorie. Ainsi, construit à partir d'un scénario léger, mais intéressant, de genre fantastique à caractère jeunesse, c'est avec brio que Carlos Meglia réalise ces 46 planches et du coup séduit le lecteur pour cette aventure aux abords de la vielle ville maya Tulun.

    En résumé, cet album est une belle réussite graphique, le scénario est un peu léger pour qualifier l'album de chef d'oeuvre, mais il en demeure que ce tome saura toucher les amateurs de tous les âges, plus particulièrement les jeunes.

    Xa4 Le 11/02/2006 à 18:26:24

    Atalante m'avait semblé intéressant et Cañari, paru dans la même collection "Mythologic Fantasy" promettait de me dépayser, mes connaissances de la mythologie d'Amérique centrale étant tout à fait nulles.

    En fait, cette nouvelle série est pour moi un relative déception. En effet, l'intrigue ne décole pas vraiment lors de ce premier tome. On est face à la n-ème histoire du type "j'ai perdu mon frère, je le cherche et il m'arrive des aventures".

    Il y a quelques erreurs grossières aussi : à un moment, Cañari propose à sa soeur d'aller à la rivière pour utiliser l'eau comme lubrifiant pour retirer un bracelet, alors même qu'à cet instant précis, elles sont toutes les deux dans une grotte avec de l'eau jusqu'au genou !

    Un mot encore sur les quelques notes d'humour : elles sont plutôt drôles mais il y a des répétitions un peu lourdes.

    Au niveau du dessin, mon coeur balance. D'un côté les décors sont très souvent admirables : le travail de texture et de luminosité est tout simplement remarquable. Il y a bien là aussi quelques erreurs, mais elles sont rares et minimes (je pense par exemple à la police utilisée pour le nom du bar, au début. Il clache complètement avec le reste)

    Le problème, c'est que les personnages ne s'y intègrent pas vraiment : ils sont réalisés entièrement en graphisme vectoriel, avec peu de nuances (voire aucune) au niveau cu coloriage, alors que le décors est lui léché et textué. De plus, et c'est vraiement perturbant, la plupart du temps, ces personnages sont dessinés sans pied ! C'est comme s'ils étaint montés sur cure-dents. Et n'allez pas croire que c'est uniquement quand ils marchent dans l'herbe (on pourrait alors supposer que les pieds sont cachés par la végétation).

    Une dernière remarque : la couverture est vraiment ratée ! Le décors est pixellisé à mort (comme une mauvaise compression jpeg) et on dirait de plus que la couverture est tachée. Et bien non, le taches brunes uniformes, c'est fait exprès, il semble.

    Au final, on passera son chemin sans trop de regret, cet album ne valant que pour le travail des décors, à mon avis. Pour ma part, j'achèterai sans doute la suite, mais sans grande conviction.

    Miles1977 Le 02/02/2006 à 10:06:08

    C'est avec un certaine appréhension que j'ai abordé la lecture de ce premier tome. En effet, Crisse a la fâcheuse manie de se diversifier à tout va, avec des succès parfois mitigés.

    Le coup de patte de Meglia apporte une touche spéciale à cet album, surtout au point de vue de la couleur, ce qui compense les faiblesses du scénario de Crisse, qui, comme de plus en plus souvent de ces temps-ci, manque cruellement d'inspiration.

    Un sentiment mitigé donc, mais avec un plus pour le dessin.

    scalp Le 25/01/2006 à 09:27:51

    Un chose est sure à la lecture de cet album : Meglia sait vraiment bien tenir un crayon, c'est vraiment tres tres beau tant au niveau dessin que de la couleur ( faite par lui aussi ), j'ai trouvé beaucoup plus beau que Ishanti. Crisse n'est vraiment pas un "grand" scenariste, une fois de plus il nous sort une histoire gentillette et pas prise de tete mais bon elle se laisse vraiment lire du debut à la fin. La civilisation Maya est bien retranscrit, et les personnages sont vraiment attachant ( j'ai un ptit faible pour le jumeaux ), pour le moment on ne voit pas le rapport entre les 2 epoques. Surement pas le scenario de l'année mais on passe une lecture agreable et finalement il n'y a que sa qui compte.