Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Les petits riens de Lewis Trondheim 9. Les chemins de désir

22/01/2024 1588 visiteurs 6.0/10 (1 note)

C inq ans, presque six, marqués par une pandémie (avec un gros cas de Covid apparemment) et de nombreux projets éditoriaux ont passé depuis la parution de Tout est à sa place dans ce chaos exponentiel, le tome huit des Petits Riens. Comme avec les Carnets de Bord, Lewis Trondheim se serait-il lassé de sa formule ? Que nenni, Les chemins de désir, la neuvième itération de ses anecdotes du dérisoire et du quotidien arrive sur les étals ! Mieux encore, malgré les années synonymes de plus de sagesse et d’un peu moins de souplesse des artères, le créateur de Lapinot n’a rien perdu de son talent d’observation et de son sens de l’humour.

Faisant toujours fi de son bilan carbone personnel, Trondheim, accompagné de Madame et de collègues le cas échéant, continue d’arpenter la planète et de dénicher des détails incongrus dignes de sa verve et de ses pinceaux. Aquarelles réalisées sur le motif relatant des absurdités exotiques ou incompréhensibles à ses yeux de voyageur de passage ou simplement un beau paysage, tout est bon pour une page de BD. Sérial-scénariste oblige, s’il peut ajouter une chute ou un gag, c’est encore mieux.

Instantanés pris sur le vif ou presque, amusante rencontre entre le traditionnel carnet de croquis du bourlingueur d’antan avec les posts de l’instagrameur hyper-connecté, les Petits Riens documente une partie de la vie d’un individu (et auteur important) de son temps : sa curiosité, son amour de la découverte, ses peurs et ses angoisses aussi. Depuis plus de trente ans, Lewis Trondheim propose une sorte d’autoportrait sincère et honnête servant également de miroir, un peu déformant il est vrai, de nos propres vies. Ce faisant, il rappelle surtout l’importance de savoir s’arrêter et de prendre quelques minutes afin de regarder ce qui nous entoure. Avec un peu de chance ou, au pire, un peu d’imagination, des surprises seront au rendez-vous.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les petits riens de Lewis Trondheim
9. Les chemins de désir

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 07/03/2024 à 09:51:44

    "Les petits riens ..." cumulent les observations et réflexions de Lewis Trondheim sur la vie quotidienne, dans ce qu'elle a de plus dérisoire et de plus absurde parfois. Souvent banales, parfois amusantes, ces pensées se lisent quelques fois avec le sourire au coin des lèvres mais l'ensemble reste la plupart du temps peu intéressant. Cette banalité se prolonge jusqu'au dessin, où même le trait minimaliste est moins travaillé que dans les fictions les plus connues de l'auteur.
    Bref, ce type d'ouvrage autobiographique semi-humoristique n'est pas spécialement ma tasse de thé, alors que je suis pourtant ultra-fan en général du travail de Trondheim.