Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Saga (Vaughan/Staples) 11. Tome 11

15/01/2024 1616 visiteurs 7.0/10 (1 note)

A lana, Hazel et Squire ont tout perdu. Sans moyen de transport et sans logement, ils vivotent tant bien que mal. Alana multiplie les petits jobs, plus ou moins légaux, afin de dégager assez de cash pour pouvoir quitter ce trou. Hazel et Squire mènent une vie de gamins des rues, jamais loin du basculement irréversible du mauvais côté de la loi. Pendant ce temps, très loin d'eux, d'anciennes connaissances tissent des alliances contre nature pour retrouver les fugitifs.

Après un hiatus de plusieurs années, Saga a repris, s'offrant un saut dans le temps de quelques années. Le plaisir de retrouver cet univers si particulier est indéniable. La série a indubitablement conservé son ADN, que ce soit graphiquement ou narrativement. Le monde imaginé par Fiona Staples et Brian K Vaughan est toujours aussi délirant, quitte à proposer des personnages au design parfois proche du ridicule. Cette exubérance fait évidemment partie intégrante de l'identité de cette bande dessinée. Le dessin lui-même intègre cette étrange artificialité, comme s'il résultait parfois d'un empilement mécanique de calques photoshop. Les personnages donnent parfois l'impression d'être simplement collés sur des décors, à l'instar d'acteurs se démenant face à un écran vert. Le contraste entre la fluidité du trait et une mise en couleur qui pourrait être qualifiée d'hideuse contribue à un résultat au charme kitsch indéfinissable.

Le scénario continue de mélanger une voix off, celle d'Hazel, sur un registre très intimiste et des passages qui basculent du burlesque à une violence débridée avant de glisser vers le tragique. Le récit reste imprévisible, mélangeant tous les genres pour composer un brouet qui peut paraître peu engageant de prime abord. Pourtant, il possède ce curieux goût de revenez-y quand vous y avez gouté. Le bestiaire est extravagant. L'univers propose un curieux melting pot de science-fiction et de magie sans réel équivalent. Rares sont les séries qui se permettent de surprendre un personnage dans une situation aussi embarrassante que celle d'Alana dans ce tome, et ce avec un naturel confondant.

Malheureusement, depuis la reprise, l'intrigue semble faire du surplace. Le nombre grandissant de personnages, plusieurs faisant leur retour dans ce onzième tome, ne facilite pas le rythme. Cette relative lenteur peut aussi s'expliquer de manière plus prosaïque par le nécessaire travail de deuil que doivent opérer les héros. Ce processus est au cœur des enjeux des deux derniers épisodes. Ce choix est cohérent avec le ton général de l’œuvre, qui explore des planètes exotiques ET de grands questionnements sur la vie et la mort. Ces derniers ne diffèrent finalement pas significativement entre des humains ou les natifs de Continent, Couronne ou n'importe quel autre peuple rencontré dans ces pages. Cet épisode semble donc être un tome de transition. Il se conclut malgré tout sur suffisamment d'éléments pour suggérer que l'action va reprendre dès le prochain recueil.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Saga (Vaughan/Staples)
11. Tome 11

  • Currently 3.83/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kingtoof Le 22/01/2024 à 15:10:49

    Saga est une œuvre à part pour moi.
    Dès qu'un nouvel opus sort, je ne mets pas longtemps pour m'attaquer à sa lecture.
    Après 11 albums, le souffle épique n'est jamais retombé, cette série galactique est un must !

    Yovo Le 31/12/2023 à 12:14:23

    Lire Saga est toujours une expérience étrange et assez fascinante… à condition d’accepter le postulat de départ, en mode « No limit ». En effet, rien ne vient jamais entraver l’imaginaire et la créativité débordante de Brian K Vaughan pour élaborer son scenario. L’expression « univers magique » est d’ailleurs employée, pour la première fois je crois, par l’un des protagonistes. C’est le bon qualificatif pour décrire ce background complètement fou où absolument tout peut potentiellement arriver, que ce soit en termes de design (personnages, décors et vaisseaux) ou d’actions.

    Mais derrière ce miroir aux merveilles plein de poudre de perlimpinpin se cache une réflexion humaniste souvent profonde, parfois émouvante, et toujours intelligente. Cet épisode, par exemple est centré sur la notion du pardon.

    Pour ma part, je continuerai cette série unique - que je suis depuis le 1er tome - tant que les auteurs proposeront une Saga de cette qualité-là.
    A lire absolument !

    Zablo Le 19/12/2023 à 07:38:31

    Première impression : c'est beau, très beau ! Les graphismes de l'autrice sont fouillés et elle nous met quelques claques (scènes de téléportation notamment). Les couleurs, très vives, sont assez belles. Mais je trouve que leur aspect numérique gâche un peu. Il y a aussi une forme d'avant-gardisme : je reste marqué par cette représentation d'une femme qui fait un pipi nature, assez rare dans les représentations graphiques.

    Deuxième impression : c'est grossier et pas facile à comprendre. En effet, la juxtaposition de la narration externe avec les dialogues s'avère compliquée à suivre et il y a trop de violence verbale, souvent gratuite. Le design des personnages/objets est parfois un peu ridicule (trop avant-gardiste ?) et me sort du récit (après c'était pas facile, j'avais pas lu tous les tomes...). Les cliffhangers réguliers rajoutent un peu de piment, mais je reste sur ma faim.

    Au final, cette BD n'est toujours pas ma came, je lui préfère un bon vieux Aya de Yopougon par exemple.