Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Le chant du cygne (Jim) Le chant du cygne - Le féminisme vu par les vieux mâles en fin de course

26/12/2023 1978 visiteurs 4.0/10 (1 note)

À l’heure du wokisme à tous crins, de la dénonciation de la pas si bonne société patriarcale et du machisme résistant, il fallait un certain culot pour créer un album abordant frontalement les questions liées au sexisme quotidien et à une certaine vision du féminisme. Jim l’a fait et explique sa démarche sur deux pages à la fin du Chant du cygne. Se justifier était-il nécessaire ? Il faut croire, puisque le projet a peiné à trouver preneur. Serait-ce parce que le contenu flirte de près avec le « point Desproges » ? Ou pour son recours à l’itération iconique en matière de graphisme ? Un peu de tout cela, sans doute. Pourtant, un sticker jaune proclame en couverture : « Vive le rire irrévérencieux se moquant du patriarcat ! » (et c’est signé par une sexologue). Alors qu’en dire ou en penser ?

Au fil de saynètes d’une page, l’auteur ne manque pas de relever un grand nombre de situations toutes crédibles et qui pourront trouver un écho dans le vécu des lectrices et lecteurs. Inégalités salariales entre hommes et femmes, savamment expliquées par un directeur manipulateur et condescendant ; mains baladeuses d’un cavalier dans un cours de danse de salon ; policier aux questions plus que dérangeantes lorsqu’une victime porte plainte pour viol ; examinateur d’auto-école alignant les blagues sexistes… Ce n'est qu'une bref florilège des propositions faites. Le bédéiste met aussi en scène une gent masculine dépassée par la vague féministe et les évolutions de langage, de communication et de sexualité qui l’accompagnent. Il laisse entrevoir certaines contradictions dans les discours des un.es et des autres et joue à fond la carte d'un humour… très grinçant. Car, selon sa sensibilité, chacun trouvera l’exagération du trait plus ou moins drôle, déroutante ou navrante. Quant au sourire franc, il jaillit plutôt de cette drôle de paire composée d’un papy à casquette préférant opiner du chef aux ordres de madame, afin de préserver la paix du ménage – mais il n’en pense pas moins -, et d’une mémé réactionnaire qui ne jure que par la gaudriole et s’amuse à troller sur internet. Ces deux-là sont les plus rigolos.

Côté dessin, l’immobilisme est de mise - à l’instar des idées reçues des masculinistes présentés ? Les plans répétitifs sur cinq à neuf cases offrent l’occasion de se concentrer sur les textes ; cependant le côté figé lasse sur la longueur. Pour y pallier, Jim a intégré quelques zooms et de légers décalages. Sans changer grandement l’atmosphère, ces effets permettent toutefois d’animer un peu l’ensemble. Pour finir, il convient de reconnaitre que certains cadrages sont éloquents et reflètent des attitudes encore trop courantes : comme ces jambes d’homme assis, largement écartées qui rendent compte d’une certaine volonté d’afficher sa virilité et d’occuper le territoire…

Le chant du cygne. Le féminisme vu par les vieux mâles en fin de course demande une solide dose de second degré et un estomac solide pour que son discours, volontiers forcé, soit apprécié.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Le chant du cygne (Jim)
Le chant du cygne - Le féminisme vu par les vieux mâles en fin de course

  • Currently 4.09/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (11 votes)

  • Jim
  • Delphine
  • 10/2023 (Parution le 06/10/2023)
  • Anspach
  • 9782931105160
  • 48

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    ayeaye Le 08/10/2023 à 13:13:15

    J'ai beaucoup aimé ce one shot (qui n'en sera peut-être pas un, au final ?). Les dialogues sont, selon les sensibilités, drôles, bien ciblés, percutants, dérangeants, incisifs. Il s'agit de planches-gags de six cases, axées sur le féminisme avec plein de point de vue plus ou moins différents et qui égratignent tous et -aussi- toutes ! Ma page préférée est celle avec les flics.
    Ce qui m'a par contre fortement dérangé, se situe au niveau du dessin (et pourtant, on parle de Jim !!). Toutes les planches ont chacune le même dessin figé. Il n'y a pas de décors (mais là, c'est plutôt mieux). On a donc diverses scènes avec deux ou trois personnages (dont deux récurrents) qui ne bougent pas d'un poil. Encore une fois, c'est Jim aux crayons, et pas Reuzé, donc on s'attend à mieux et à plus travaillé ! D'autant que les dialogues évoluent mais pas les réactions et attitudes des persos. Le "pire", pour moi, c'est à "Dick Pics". Le tout donne un côté surréaliste, ça ne passe pas.
    Même un bras qui bouge, un sourire, un petit rien ici et là, et on entrait directement au classique indispensable.
    Dommage. Mais bon, à lire absolument quand même !!!