Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

300

20/11/2023 5812 visiteurs 5.0/10 (1 note)

]Le roi Xerxès Ier a rassemblé la plus grande armée jamais constituée de mémoire d'homme. Il marche sur Sparte, pour venger une humiliation infligée par Léonidas. Ce dernier, fort d'un contingent de trois-cents guerriers spartiates, s'impose comme le dernier rempart face à cette marée humaine. Au cœur des Thermopyles, il s'apprête livrer un dernier combat titanesque.

Voici vingt-cinq ans, Frank Miller s'était lancé dans cette minisérie qui ressemblait à un pari fou. Pour le public américain, la mythologie grecque reste mal connue et il était difficile d'imaginer susciter l'engouement avec un sujet aussi peu porteur. Pourtant, le doute n'était pas permis pour l'auteur. Pour lui, l'origine même des super-héros se retrouve dans l'iconographie très forte des légendes antiques. Visuellement, les hoplites représentent des prototypes des super-héros : des corps puissants sublimés par des artefacts chargés d'une symbolique terriblement virile (casque, cape, bouclier...) De plus, il est resté marqué par la reconstitution de cette bataille dans un film de Rudolph Maté : La bataille des Thermopyles, dans lequel la magie du technicolor et du cinémascope fonctionnait à plein régime. Il voit enfin dans ce projet une opportunité unique de pousser encore plus loin les expérimentations entamées dans Sin City en y intégrant la couleur, par l'entremise de sa collaboratrice de longe date : Lynn Varley. Il est d'ailleurs extrêmement dommage que cette dernière ne soit pas créditée sur la couverture, pour n'être mentionnée plus loin que pour les "illustrations de page de garde", après l'éditrice, le créateur du logo et le maquettiste. Son travail fait partie intégrante de la narration et elle fut logiquement récompensée d'un Eisner Awards de la meilleure coloriste. Elle était d'ailleurs présente dès la couverture de l'édition précédente chez USA.

Huginn & Muninn propose deux versions de cette bande dessinée : celle-ci, de type "comics" et une autre, "beau livre", qui reprend le format à l'italienne qui était celle du Trade Paperback. En fait, la série fut d'abord publiée en cinq épisodes en format traditionnel. La pagination limitée des fascicules permettait de profiter de tous les détails alors que celle, plus importante, de l'intégrale fait disparaître certains détails dans la reliure et casse l'effet panoramique des planches. La composition y parait étouffée. Elle perd en souffle et en dynamisme. À choisir, il faut privilégier l'autre version, qui rend vraiment justice au travail exceptionnel de Miller et Varley.

Il sera toujours facile de gloser sur le récit en lui-même, surtout au regard des prises de position très droitières de celui qui s'est par la suite égaré dans un Terreur Sainte très discutable. 300 a de quoi prêter le flanc aux interprétations douteuses. Son exaltation de la force brute pour protéger une démocratie fragile et corrompue rappelle certains discours liberticides bien trop en vogue. L'androgyne Xerxès, archétype du mal séducteur et ambigu, collabore avec Ephialtès, monstre difforme qui évoque une créature impure et indigne de l'idéal viril de Sparte. Pour les contrer, il faut une troupe de surhommes, prêts au sacrifice ultime pour leur patrie.

Sans doute est-ce le gros bémol qu'il faudra toujours adresser à ce livre. Incontestable chef-d'œuvre visuel, il repose sur un terreau franchement problématique. Cela plaide d'autant plus pour préférer édition à l'italienne, la seule à même de permettre sa (re)découverte dans les meilleures conditions et profiter pleinement de son incroyable impact visuel.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

300

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Marc COEN Le 21/11/2023 à 08:38:20

    Une des premières versions de 300 si ce n'est la première date de 1999. Publié dans un format à l'italienne, il reste un des albums chocs qui ont marqué ma passion pour la bande dessinée.
    La mise en page dynamique si particulière à F.Miller, la mise en couleur font de la reprise de cette légende/histoire un must.