Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Pendragon (Le Gris/Dellac/Martinello) 1. L'Épée perdue

02/11/2023 5736 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

A u commencement, la terre d’Alba avait vu une guerre séculaire déchirer hommes et bêtes, jusqu’à ce que Pendraig Rû, le roi-dragon, l’emporte sur la horde des loups, armé de Calibùr et aidé par les aigles du dieu Lug. L’époque bénie qui lui avait succédé avait été balayée par l’arrivée des légions romaines semant le chaos. Depuis le départ de celles-ci, l’île reste déchirée entre clans rivaux, tandis que la religion d’une divinité unique se répand. Pour Merlin, héritier des vieilles croyances, il est primordial de rétablir la paix. Il a jeté son dévolu sur Arthur, un bâtard et chef d’une bande de mercenaires. Ce dernier combat pour le compte du roi Leodan et de sa fille Elwen, assiégés par Cadwell, seigneur de Caer Môr. Dans les Marches perdues, Nimue, prêtresse de Dimona, a reçu une vision montrant où gît l’épée sacrée, Calibùr. Un atout qui pourrait servir les desseins du mage, si l’homme choisi accepte la mission qu’il lui destine.

La légende arthurienne a été si souvent déclinée dans la littérature, au cinéma ou en bandes dessinées, et dans des genres tellement variés, qu’une nouvelle variation sur ce thème pourrait sembler superficielle. Pourtant, rien n’est de trop dans ce premier tome de Pendragon qui captive dès les premières pages. Reprenant l’idée que le roi Arthur aurait effectivement régné au Vème siècle, Jérôme Le Gris (Hawkmoon, Les âges perdus, Serpent Dieu), façonne une véritable épopée qu’il inscrit dans un contexte historique propice à l’émergence d’une figure d’exception. Le souffle épique se fait sentir dès les prémices, pour ne plus retomber.

S’ouvrant sur une lutte originelle et le haut fait d’un premier héros mythique d’Alba, le récit s’attache ensuite aux pas d’un Arthur trentenaire, meneur de troupes, mais dont les ambitions semblent restreintes. Au gré d’une narration fluide et maîtrisée, équilibrant action pure et dialogues éclaircissant les enjeux, il met en perspective les forces en présence, tant politiquement que religieusement, de même que les inimitiés et les liens unissant les différents clans. Les protagonistes, alliés ou ennemis en devenir, prennent place, tandis que les origines du futur Haut-Roi sont dévoilées afin d’éclairer ce qui le rend si spécial aux yeux de son mentor.

Pour donner vie à cette fresque, Benoît Dellac (Hawkmoon, Nottingham, La voie du glaive) et Paolo Martinello (Sacha Guitry, Conan le Cimmérien - La Maison aux trois bandits) ont conjugué leurs talents. Le résultat est à la hauteur et plonge le lecteur dans un monde sombre et sans merci, à l’image des temps troublés qui sont évoqués. Réaliste et suffisamment expressif, le trait invite dans l’intimité de feux de camp et de salles seigneuriales avec la même aisance qu’il campe des paysages à la nature sauvage ou des places fortes à l’allure imposante. La mise en couleurs est à l’unisson et participe à l’ambiance crépusculaire d’ensemble.

Avec L’épée perdue, les auteurs signent une belle réussite : celle de renouveler un mythe arthurien éculé. Rendez-vous est pris avec la suite d’un cycle annoncé en quatre volets.

Découvrir la preview.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Pendragon (Le Gris/Dellac/Martinello)
1. L'Épée perdue

  • Currently 4.36/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (14 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    tyc Le 04/02/2024 à 12:33:52

    Cette nouvelle adaptation du mythe Arthurien dans un univers d'Heroic Fantasy est une réussite. Soutenu par un dessin assez fou, avec un découpage mettant systématiquement en avant le côté dantesque et / ou dangereux des lieux (les paysages inspirés des Highlands) et des ennemis, l'adaptation proposée par le Gris va certainement nous promettre moult rebondissements (on appréciera son sens du rythme).

    Un premier tome qui nous offre de nombreuses clés pour comprendre tout ou partie des enjeux et des différents protagonistes.

    Touriste-amateur Le 30/01/2024 à 18:11:19

    Les auteurs revisitent le mythe de Merlin, d'Excalibure et d'Artur de manière intéressante.
    Cependant, c'est un peu fouillis, un peu compliqué avec la multiplication des "Clans", des "Terres".

    Le dessin est soigné, mais parfois approximatif, notamment dans les tatouages tribaux que se répètent mal selon les scènes.

    N'étant, au départ, pas un inconditionnel de ce type de genre, j'ai passé un moment agréable de lecture. Il faudrait jusque qu'il n'y ait pas multiplication des tomes pour en faire une saga qui s'éternise.