Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Shérif junior 1. Il y a quelque chose de poussiéreux à Sorel-sur-poussière

02/11/2023 3874 visiteurs 4.0/10 (1 note)

À Sorel-sur-Poussière, la loi, c’est Junior, Shérif Junior. Flanqué de Liberté, son fidèle destrier, il a fort à faire pour ramener la paix dans sa ville. Entre la bande des Thibodeault et les frères Barjot, la pègre est prête à tout afin de faire main basse sur la bourgade. Même s’il a onze ans et que son canasson est en bois, le jeune héros a la gâchette précise et rapide.

C’est tout un western qu’a imaginé Samuel Quentin (Whitehorse) dans Shérif Junior – Il y a quelque chose de poussiéreux à Sorel-sur-Poussière. Après un rapide et discret hommage à Fred qui donne le ton à cette parodie-fleuve, l’action prend le dessus et ne s’arrête jamais tout au long des quatre cents cinquante pages de l’ouvrage. Décalages permanents où s’entrechoquent propos existentiels de bandits en recherche de sens et d’identité, réflexions pas moins profondes sur la réalisation personnelle de la part d’une prostituée féministe et autres discours variés sur l’air du temps (le nôtre, pas celui de l’Ouest américain du XIXe siècle) alternent avec les classiques attaques de banque et bagarres de saloon. L’auteur y a ajouté les ravages de la drogue et la manipulation des foules pour faire bonne mesure. Petit détail, le tout est raconté à l’aide d’un délicieux québécois parlé le plus pur.

Sur le papier, le programme à l’air alléchant et promet quelques bons moments de rigolades. C’est le cas, pour un instant seulement malheureusement. En effet, passée la surprise provoquée par le ton et les expressions amusantes, ainsi que la présentation de cette distribution farfelue, l’affaire tourne rapidement à vide. Les situations et les monologues s’enchaînent inlassablement, les personnages ne bougent plus d’un iota et l’intrigue (déjà passablement simpliste) s’évapore dès la fin du premier chapitre. Résultat, le récit ne va nulle part et laisse le lecteur sur sa faim.

Dessins au trait en noir et blanc, narration façon Joan Sfar (période Paris – Londres), découpage efficace, un réel talent d’écriture et une jolie maîtrise de l’absurde, Shérif Junior – Il y a quelque chose de poussiéreux à Sorel-sur-Poussière finit cependant par décevoir. Trop long et sans réelle direction, Samuel Quentin s’est trop regardé créer et a oublié les bases de son métier : raconter une histoire et la mener de A à Z. Dommage.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Shérif junior
1. Il y a quelque chose de poussiéreux à Sorel-sur-poussière

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.