Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'assassin qui parle aux oiseaux 2. L'assassin qui parle aux oiseaux - 2

12/12/2005 7865 visiteurs 6.4/10 (5 notes)

L e retour au village de Blaise Van Hoppen, dit le Roitelet, dérange. Aux yeux de tous il est l’assassin d’Aline, la cabaretière. Et ce ne sont pas ses douze années passées à purger sa peine qui lui permettent de se racheter. Il est devenu un paria. Tout le monde se méfie de lui, à l’exception de Camille, la fille du Maire. Ses yeux attendris de jeune fille voit en lui un être doux ayant la même passion qu’elle pour les oiseaux. Arrivera-t-elle à convaincre les habitants que l’homme qu’ils ont en face d’eux n’est peut-être pas celui qu’ils imaginent ?

Ce que l’on apprécie chez Jean-Claude Servais c’est avant tout son dessin. Il possède un trait très classique, et le temps ne semble pas avoir d'influence majeure sur son écriture. Il a toujours réussi à y mettre beaucoup de finesse et de tendresse. Il est particulièrement doué dans la manière de nous faire ressentir les émotions de ses personnages. Pour les amateurs de l’auteur, aucune crainte à avoir, il est fidèle à lui-même.

Jusqu’à présent, le fond commun à tous ses récits est l’âme humaine et les relations existantes entre les hommes. Cependant, depuis Déesse Blanche, déesse noire, la base de ses histoires évolue doucement, il y a introduit une nouvelle notion qui lui tient particulièrement à cœur : l’environnement. Signe des temps ou conviction personnelle, il pense que l’osmose entre l’homme et la nature est ce qu’il y a de plus important. C’est ce qu’il a voulu transmettre avec ce conte dramatique.

Malheureusement, ce deuxième tome de L’Assassin qui parle aux oiseaux s’enlise, hésitant entre l’histoire d’un secret trop longtemps caché minant la population d’un petit village et le précis d’ornithologie. Les nombreuses références aux oiseaux raviront les puristes, mais sont vite lassantes pour les autres. Les amateurs seront d’ailleurs comblés avec les pages supplémentaires, véritable exposé sur les oiseaux de nos contrées. A côté de cela, la résolution de l’énigme est bien amenée sur fond d’histoires d’amour assez émouvantes. La fin est très prévisible mais produit quand même son effet.

L’assassin qui parle aux oiseaux fait partie de ces récits à réserver aux passionnés de Servais. Dommage qu’il n’ait pas choisi un récit se déroulant sur un seul album, il aurait gagné en densité et en émotion.

Par D. Ollivier
Moyenne des chroniqueurs
6.4

Informations sur l'album

L'assassin qui parle aux oiseaux
2. L'assassin qui parle aux oiseaux - 2

  • Currently 3.53/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (32 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    DamBDfan Le 01/07/2013 à 10:21:28

    Sentiment un peu mitigé par ce diptyque. Certes, les dessins sont jolis, les visages sont expressifs, la campagne est magnifiquement représentée (comme souvent chez Servais), et de belles séquences émouvantes et poétiques accompagnent ces 2 tomes. Par contre, le scénario est moins à la hauteur et la relation avec la petite fille me semble tirée par les cheveux et surtout peu crédible, j’ai un peu du mal à y croire. La fin est plutôt médiocre et pas très convaincante surtout qu’on ne sait pas trop ce qu’il va advenir de la situation du personnage principal (Blaise). Ca reste tout de même agréable à lire. 2,5/5