Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Spirou et Fantasio par... (Une aventure de) / Le Spirou de... 21. Spirou et la Gorgone bleue

26/10/2023 5406 visiteurs 4.0/10 (1 note)

U n groupe d’écoterroristes d’une efficacité redoutable sème la terreur auprès des consommateurs et des industriels. Son dernier fait d’arme ? L’enlèvement en direct de Lara Mac Burgy, l’égérie de la célèbre chaîne de restauration rapide du même nom ! La rançon demandée se monte à un stratosphérique milliard de dollars ! Le trumpien Simon Santo, le P.D.G. du consortium propriétaire de la franchise, a déjà indiqué qu’il ne paiera pas et il en appelle même à l’armée américaine pour récupérer sa muse du moment. Pris dans cette tourmente malgré eux, Spirou et Fantasio mettent leur grain de sel afin d’apaiser les tensions et tenter de libérer la malheureuse personnalité médiatique.

Pour une cinquième fois, Yann prend les rênes de la série fondatrice des éditions Dupuis le temps d’Une aventure de Spirou et Fantasio par … . L’auteur des Innommables connaît donc ces héros et les attentes de la maison de Marcinelle. Inspiré par l’air du temps, il a imaginé une intrigue touffue et farfelue mettant en scène les excès de l’époque actuelle : surconsommation, écologie, néo-libéralisme et sur-médiatisation globalisée sont au programme. Le tout est balancé pêle-mêle dans un récit sans queue ni tête et nourri par des dialogues foisonnants d’une vulgarité confondante (si les gros mots sont en anglais, ça ne pose apparemment pas de problème). Au milieu de ce chaos narratif, Spirou et Fantasio subissent les évènements et tentent d’exister ici ou là, entre deux bordées d’injures. C’est entendu, Yann est un iconoclaste qui prend un malin plaisir à tirer à vue sur à peu près tout sans se poser de question. C’est bien là que le bât blesse. À force de railler (pour rester poli) et de mettre tout le monde dans le même sac, une fois les rires (souvent gênés) passés, il ne reste pas grand-chose d'intéressant sur la table.

La vraie surprise vient du fait de voir Dany, un des dessinateurs-stars d’en face (comprenez Le journal de Tintin), de s’emparer de ces personnages si emblématiques. Style semi-réaliste ultra-vivant, couleurs précises et lumineuses et ce légendaire talent pour dépeindre des silhouettes féminines éternellement gaillardes, il offre un récital de bande dessinée teinté d’une délicieuse patine seventies. Évidemment, il a parfois un peu de peine à s’affirmer face aux phylactères envahissant de son scénariste. Résultat, la mise en scène se retrouve souvent étouffée, voire comprimée.

Spirou et la Gorgone bleue est un titre un peu trompeur. En effet, plutôt que d’utiliser et de s’approprier cet univers déjà existant, Yann se limite à l’intégrer à la marge de ses propres préoccupations. L’album a le mérite de fonctionner (merci Dany), en dépit des audaces discutables et les nombreux raccourcis d’un scénario finalement bien banal une fois ses excès digérés.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Spirou et Fantasio par... (Une aventure de) / Le Spirou de...
21. Spirou et la Gorgone bleue

  • Currently 2.42/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.4/5 (43 votes)

  • Dany
  • Dany
  • 09/2023 (Parution le 08/09/2023)
  • Dupuis
  • 9782800167800
  • 86

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Corentin ROBIN Le 29/03/2024 à 21:43:06

    C'est une bonne lecture pour les fetes, mais guere plus. C'est bien dessine, il y a de belles couleurs, la BD est longue ( j'aime ), le scenario surfe sur des themathiques importantes d'aujourdhui: crise environnementale, malbouffe, reseaux sociaux,
    Probleme pour un spirou: je n'ai eclate de rire qu'une seule fois. Et s'il n'est pas humoristique, le scenario n'est pas dramatique non plus, il manque un peu de piquant.
    Je mets la moyenne principalement pour les dessins de maitre Dany.

    BudGuy Le 12/03/2024 à 16:50:01

    Quand Yann rencontre Dany pour une relecture de Spirou et Fantasio, on se doute que cela va donner quelque chose qui va détonner à plusieurs niveaux. C'est effectivement le cas.

    J'avoue être assez partagé. D'un côté, cette relecture version plus adulte et plus grivoise s'apparente à une grosse farce d'un sale gosse cherchant à dynamiter à peu près tout ce qui lui tombe sous la main. D'un autre côté, je ne peux m'empêcher de voir du cynisme dans le discours, de la vulgarité (Pacôme avec la Gorgone Bleue) et du politiquement correct (se moquer/critiquer de Donald Trump n'est ni subversif ni une prise de risque quelconque).

    La quasi-totalité des personnages sont des idiots finis et il y a une forme d'hypocrisie dans le discours: c'est bien d'être bobo-écolo mais pas trop, c'est mal de consommer des burgers mais vous pouvez continuer ainsi puisque tout le monde aime ça, être illégal face à l'illégal ça passe…
    L'humour est présent sur quasiment chaque planche jouant la carte de la parodie (le Marsupilami blanc), du méta (Spip qui annonce que l'on savait qui était la responsable), du grivois (les champignons en forme de phallus), de la stupidité (l'armée américaine avec que des noirs) voire de la surenchère (Trump avec ses poulpitos version Godzilla).

    Dany n'a pas son pareil pour représenter les femmes, surtout avec des proportions généreuses, ici, c'est un peu le festival.

    Un 'one-shot' unique, très outrancier, décalé, débile et qui ne plaira clairement pas à tout le monde. J'y ai vu des qualités mais également beaucoup de défauts, d'où une note assez moyenne.

    RPFHdm Le 05/11/2023 à 11:19:46

    Voici une BD écrite et dessinée par des artistes qui voudraient surfer sur la vague féministe actuelle en mettant des femmes badass au cœur de leur récit… Mais au final, ils imposent leur regard d’homme qui sexualise à outrance les femmes et les fait littéralement toute passer pour des potiches sans cervelle.
    - Les femmes font toutes du 90B et sont soient vêtues d’une combinaison ultra moulante, soit d’un T-shirt ultra moulant au décolleté qui déborde… sans parler des dizaines de femmes mini string bikini.
    - Certaines scènes sont vraiment ahurissantes comme (ATTENTION SPOILERS) lorsque des dizaines de femmes activistes en combinaison moulante sont entassées dans un filet de pêche comme des poissons et qu’un militaire fait une blague du genre « et pourtant, ce sont pas des thons ! » .
    - Ou lorsque Champignac se comporte en vieux beauf malsain avec sa remarque « je dois être l’un des rares à avoir vu son visage… et pas que… »
    FIN DU SPOIL
    - Sans parler du male gaze vraiment gênant de la fin concernant deux lesbiennes, qui fait plus penser à un gros fantasme des deux auteurs plutôt qu’à une tentative honnête de mieux représenter les lesbiennes dans le monde de la BD tout public.
    - Même Spirou, dans l’un de ses élans de sagesse qui lui sont propres, parle de ces militantes comme de « filles » alors que non cher Spirou, ce sont des femmes adultes, pas des filles.

    De plus, le scénario met un point d’honneur à décrédibiliser le militantisme écologiste en disant que l’écologie c’est bien, mais que trop de militantisme… faut pas déconner non plus. Spirou passant très vite au-dessus de son léger problème moral qui consiste à s’allier carrément à la CIA pour arrêter des militantes qui ont pour seules armes des pistolets à peinture bleue.

    Tout cela saupoudré de personnages tous plus débiles les uns que les autres (les femmes en général, Fantasio et Sécotine qui se font un high five car ils sont trop contents de s’être fait censurés par la CIA, Champignac… sans commentaire avec son brevet). Même le twist final est totalement nul car évident depuis le 1er tiers de la BD. Et le pire, c’est que les auteurs en sont conscients car ils font dire à Spip que les lecteurs l’avaient déjà deviné depuis longtemps…

    Bon, à côté de ça il y a quelques aspects sympas comme la réflexion sur le financement de la CIA par des magnats du business, l’utilisation par les deux camps des réseaux sociaux pour influencer l’opinion publique ou encore la sensibilisation à la malbouffe et aux déchets plastiques… Mais toutes ces qualités sont vite évincées par la misogynie malsaine qui imprègne ces pages.

    Olivier Soms Le 24/09/2023 à 12:36:36

    Bien-sûr, les dessins de Dany oscillant entre la fantaisie pure et le réalisme léché sont toujours aussi séduisants. Bien-sûr, la caricature de Donald Trump en un personnage de magnat surpuissant d’une chaîne de fastfood, Simon Santos dit « SS », est très drôle. Mais à part ça ? À part ça Spirou est un jeune pète-sec sans âme ni profondeur n’hésitant pas à se ranger par opportunisme au service des forces secrètes américaines. Ces forces armées elles-mêmes financées par le magnat Santos et en mission commandée dans le but d’anéantir une poignée de militantes écologistes défiant l’empire commercial du magnat. À part ça Fantasio est un grand bêta suiveur et constamment à côté de la plaque, Seccotine est une espèce de pétasse aussi insipide et insignifiante que le héros principal, ah et il y a aussi… le comte de Champignac, en vieux lubrique qui nous fait la morale sur le fait que l’écologie c’est bien, mais que trop de militantisme cela dépasse les bornes et devient de l’écoterrorisme. Ben voyons, le 7ième continent, cette immense étendue de déchets plastiques flottant sur l’océan n’est-il pas qu’un décor propice aux scènes burlesques ? Il doit y avoir un troisième degré que je ne capte pas. Ou alors je n’aime pas rire. Mais pour lire que les militantes écologistes capturées dans un filet de pêche « ne sont pas des thons », c’est de l’humour lourd comme une enclume à la mer !

    Un mot sur la longueur. 86 planches tout de même, soit presque l’équivalent d’un double album. Dès lors, 2 planches supplémentaires introduisant une deuxième partie cela eut été judicieux, d’autant que la 44ième planche s’achève sur l’arrivée au 7ième continent. On aurait eu alors une respiration dans un récit beaucoup trop dense. Avec bien deux couvertures comme le suggère le verso de l’album. Bref, les auteurs à la carrière impressionnante qu'on adore ont sans doute voulu faire un quitte-ou-double désopilant sur des sujets actuels graves. Cela passe crème pour beaucoup de lecteurs, chez moi cela casse crash.

    haddock94 Le 14/09/2023 à 17:25:39

    Certes, Spirou a un look plus moderne. Certes chacun en prend pour son grade, écolos, industriels, etc, etc...
    Mais mis part ça, avec tous les clichés que cela peut entraîner, je n'ai pas été emballé. le dessin de Dany est toujours aussi esthétique, surtout pour la gent féminine, le scénario se tient mais pas de rebondissement imprévu, un album sans surprise. La grivoiserie aurait bien fait rire Franquin qui a été censuré par Dupuis pour bien moins. C'est amené avec humour mais ça n'apporte pas grand chose à l'histoire.
    dans ce volume tout le monde est bête. C'est désolant...

    minot Le 12/09/2023 à 15:47:31

    Un SPIROU dans l'air du temps, et donc facilement racoleur. C'est néanmoins très plaisant de lire un SPIROU contemporain - et donc fidèle au concept de la série d'origine - et non un SPIROU se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale ou en pleine Guerre Froide.

    Le scénario de Yann ne plaira certainement pas à tout le monde mais perso il m'a bien plu et surtout bien amusé. C'est plein de second degré, d'humour grivois un peu lourd (et qu'est-ce que c'est amusant d'avoir ce genre de vannes dans un SPIROU !) et surtout Yann dézingue à tout-va et chacun en prend gentiment pour son grade : les publicitaires, les militaristes, les industriels milliardaires pollueurs plein de cynisme, les médias démago, les écolos qui vivent très bien avec leurs contradictions mais qui font quand même la morale à tout le monde, les femmes qui sont largement aussi connes que les hommes, les noirs qui sont largement aussi cons que les blancs, les gamins décérébrés qui sont scotchés sur leur appli sous les yeux des parents qui laissent faire et qui disent amen à tout, les vieux qui veulent rester jeunes (Champignac), les cougars aguicheuses, les adultes ancrés dans le passé (Fantasio réac), les connards qui se contentent de filmer avec leur portable quand ils voient une bagarre éclater dans la rue ... même l'iconique Marsupilami est ridiculisé (une séquence très drôle !). Bref, il y a à boire et à manger (plutôt mal d'ailleurs ;-) ), mais l'histoire dans sa globalité est plaisante et tout à fait conforme à ce qu'on est en droit d'attendre d'un SPIROU.

    Quant au dessin de Dany, il est comme d'habitude très séduisant (et je ne parle pas que des personnages féminins). J'ai notamment beaucoup apprécié sa façon de ré-interpréter certains personnages-phares de la série, SPIROU et Fantasio en tête : une adaptation très personnelle mais très convaincante, qui ne se borne pas à imiter le style de Franquin, Fournier ou Janry.

    Malgré quelques imperfections, cet album est pour moi l'un des meilleurs de cette collection. J'ai bien aimé !

    fgoby Le 12/09/2023 à 10:58:31

    Oui évidemment Yann au scénario et Dany au dessin, à priori cela m'interpelait. Et DBD était aussi dithyrambique.
    Alors, je l’ai acheté.

    Et comme j'ai bien fait : qu’est-ce que c’est bien !
    Enfin un Spirou et un Fantasio adultes, de jolies filles (mais là, on n’est pas trop surpris avec Dany), une histoire drôle et efficace avec plein de clins d’œil au Spirou de Franquin.

    Donc, je vous le recommande chaudement !

    addrr Le 08/09/2023 à 23:21:20

    On est très loin de la catastrophe annoncée !
    J’avais peur et … et mais non, en fait, il ne fallait pas. C’est un pêle-mêle de dénonciations/clichés/blagues douteuses sur tout et n’importe quoi parmi les polémiques et enjeux du monde actuel. Tout n’est pas drôle mais c’est assumé et plein d’auto-dérision.
    Je me suis amusé à essayer de tout décortiquer, tous les seconds et triples degrés.
    Quand au dessin de Dany, il est plutôt fouillé et bourré de seconds plans intéressants.
    Son trait semble moins précis que dans d’autres œuvres plus anciennes et on peut lui trouver des défauts, mais c’est toujours agréable à lire (c’est quand même d’un autre calibre que d’autres « Spirou vu par … » !).