Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le tombeau

12/12/2005 6706 visiteurs 3.0/10 (1 note)

L 'archéologue Jessica Parish, après avoir été discréditée et accusé à tort de pillage à Bagdad, accepte de débarrasser la maison, que vient d'acquérir le sénateur Cornélius, de tous les pièges tendus par l'ancien propriétaire : Mathias Fowler. Celui-ci est soupçonné d'avoir volé des artéfacts lors de l'expédition de Lord Carnavon ayant mise à jour le tombeau de Toutankhamon en 1922. Jessica s'entoure de spécialistes et accompagnée du sénateur et de son garde du corps elle pénètre dans la maison réputée hantée, où déjà deux hommes ont disparu. Une fois entrée, l'équipe se retrouve bloquée à l'intérieur. Serait-ce là leur tombeau ?

L'union de Lara Croft et d'Indiana Jones ne pourrait donner qu'une héroïne intelligente, sportive, pleine de charme et d'humour. L'idéal féminin en quelque sorte. L'union de Brendan Fraser et de Rachel Weisz (La Momie), lui, a donné Jessica Parish. Belle, on l'imagine seulement car le dessin de Christopher Mitten n'est pas le plus approprié pour se faire une idée, et douée pour l'archéologie sûrement. Là où un doute peut assaillir le lecteur, c'est sur la capacité que peut avoir Jessica à ne pas choisir une garde robe ridicule. Ridicule et génétiquement modifié vu le nombre d'excroissances qui semble pousser sur sa veste et son pantalon, des épaules aux chevilles en passant par le bas du dos. Même les GI's ont moins de poches ! Poches dont jamais rien ne sort, ni pellicule photo, ni flacon miracle, ni couteau suisse.

Costume à l'image du scénario de Christina Weir et Nunzio de Filippis, plein de recoins inutiles, d'atermoiements d'ex-amants et de complots superflus. Le postulat de départ était suffisant à une intrigue fantastique qui aurait pu tenir en haleine le lecteur. Au final, c'est l'ennui qui le gagne, voire les éclats de rire au vu des débats aventuresques de cette archéologue de pacotille. Le noir et blanc du dessin de Mitten ne fait que rallonger la sauce déjà bien fade avec des postures rocambolesques et des proportions morphologiques approximatives.

Laissons ce tombeau bien scellé et évitons toute malédiction.

Par T. Pinet
Moyenne des chroniqueurs
3.0

Informations sur l'album

Le tombeau

  • Currently 2.95/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (20 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    voltaire Le 09/12/2007 à 12:35:14

    J'ai peur de ne pas avoir le même avis qu'Akileos. Cette BD fait inévitablement penser à "La maison du Diable" (The haunting-1963) de Robert Wise ou de son quasi remake-plagiat "La maison des damnés" (Helle house-1972) de John Hough.
    Le principe ? Un groupe de scientifiques se rend dans une maison hantée et les uns après les autres disparaissent. Classique !
    Sauf que contrairement aux films précédents, Indiana Jones oblige, nous avons droit en plus à une archéologue aventurière -histoire de moderniser le sujet- et une vague malédiction surnaturelle égyptienne -histoire d'exotiser la narration.
    Secouez le tout très fort, laissez reposer et vous obtenez ce volume sans vraie originalité -et en plus pas très bien dessiné.
    Bon, maintenant, il en faut pour tous les goûts !

    akileos Le 06/04/2006 à 10:24:59

    On aurait aussi pu écrire sur cet album :
    Le Tombeau s'inscrit dans la lignée des séries B déclinant la thématique des maisons hantées, en y apportant une bonne dose d'aventure. Bref, un pulp à l'ancienne ou un petit film dans le ton de "Indiana Jones et la Maison hantée".

    En 1922, Lord Carnavon finança l'expédition égyptienne qui mit à jour la tombe de Toutankhamon. Alors que la malédiction de ces fouilles est bien connue, le nom de Mathias Fowler est totalement tombé dans l'oubli. Fowler, l'américain de l'équipe, avait toujours été obsédé par l'ancienne Egypte et lorsqu'il regagna les Etats-Unis, ce fut avec de nombreux artefacts dans ses bagages.
    Fowler était tellement dévoré par son obsession qu'à sa mort, il se fit enterrer avec ses serviteurs dans les sous-sols de sa demeure, reproduisant ainsi le rite des pharaons et transformant sa résidence en une version moderne des tombes de la Vallée des Rois.
    Près de 60 ans après la mort de Fowler, Jessica Parrish, archéologue et aventurière en puissance, est sollicitée par le nouveau propriétaire du lieux, le sénateur Cornélius, pour rassembler et conduire une équipe à l'intérieur de la maison, d'y récupérer les objets de l'expédition Toutankhamon, mais également de détruire les pièges qui ont déjà coûté la vie à deux hommes du sénateur. Mais l'équipée va rapidement tourner au drame et verser dans le fantastique.

    Avec cet album, Nunzio DeFilippis et Christina Weir, lesquels sont déjà des auteurs reconnus aux Etats-Unis, nous offrent là une histoire dans le pur esprit des séries B. Une histoire entraînante, une narration fluide, des personnages humains et une intrigue à rebondissements, et ce qu'il faut d'informations pour tenir le lecteur collé à son siège, dans l'attente du dénouement final.
    Malgré le foisonnement d'idées, le lecteur n'est jamais complètement submergé par les informations et si le découpage très cinématographique nous renvoit d'une scène à l'autre dans une débordement d'activité, cela ne nuit pas à la lecture.
    Le travaille de Christopher Mitten au dessin n'est certe pas sans défauts, mais son trait fin et moderne arrive fort bien à donner vie à la vision des auteurs et réussit à rendre le récit limpide et dynamique.

    Au final, Le Tombeau est un très agréable divertissement, sans autre prétention que de faire passer un bon moment à ses lecteurs, à lire comme on regarde un bon petit film par un dimanche pluvieux.