Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Je suis leur silence Je suis leur silence - Un polar à Barcelone

16/10/2023 5474 visiteurs 7.2/10 (5 notes)

E va Rojas dort peu, passe du coq à l’âne sans crier gare, n’a pas sa langue dans sa poche, va parfois (enfin souvent) bien vite en besogne, possède une libido aussi diversifiée que débridée et est incapable de recul vis-à-vis d’elle-même. Bref rien de rédhibitoire… sauf lorsque vous êtes psychiatre !

Empruntant les chemins de Manuel Vázquez Montalbán, Jordi Lafebre s’essaye à sortir des sentes de la nostalgie et du feel good pour emprunter les voies plus tortueuses du crime.

Prenant pour terrain de jeu Barcelone et le vignoble du D.O. Cava, l’auteur des Beaux étés tente une incursion dans les méandres du crime et de la corruption ; mais attention, toute comparaison avec Jazz Maynard se limite à la nationalité des auteurs. Faisant plus dans le girly pétillant que dans les boites de jazz d’El Raval, Jordi Lafebre s’invente une héroïne dans l’air du temps, border HPI, tatouée et un brin bipolaire…

La principale originalité de l’album réside dans le procédé narratif qui utilise la thérapie suivie par Eva comme fil rouge d’une énigme policière qui se joue sur une petite semaine. Enlevé et rythmé, bénéficiant d’un casting bien typé, le scénario ne laisse que peu de répit, à l‘image de son égérie, thérapeute hyperactive. Menée habilement, cette agréable histoire s’offre une relative cohérence qui en renforce la crédibilité. Mais dans tout bon roman noir qui se respecte, il faut des méchants, des vrais, et là, Pepe Carvalho est loin ! Comme déjà dit, Jordi Lafebre possède un graphisme par trop empathique, trop tendre pour croquer les bad boys (ou les bad girl !). Pour ce faire, son style doit radicalement changer, devenir peut-être plus anguleux, plus tranchant et s’attacher au côté sombre de ses personnages et non à leur luminosité !

Gentille distraction trépidante, Je suis leur silence joue finalement plus sur le répertoire de la comédie que du polar.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.2

Informations sur l'album

Je suis leur silence
Je suis leur silence - Un polar à Barcelone

  • Currently 4.55/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (33 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 24/07/2024 à 11:47:37

    Chef de file de l’école hispanique doté d’une très solide formation technique, Jordi Lafebre est arrivé chez nous par la grâce de monsieur Zidrou qui lui a offert de jolis projets, lui permettant aujourd’hui de devenir un auteur complet avec un sacré sens des dialogues et des situations. Son précédent album Malgré tout avait été accueilli par des avalanches de fleures et l’auteur embraye trois ans après par un génial one-shot de cent pages qui se dévore avec un plaisir continu.

    L’idée de créer un personnage (qu’on espère récurent vu le plaisir de la rencontre) de psy pour une enquête non-officielle est brillante en ce qu’elle permet tout un tas de saillies sur la galerie de personnages, que ce soit au travers des cases de narration issues de la séance chez le psy ou de bulles de dialogue direct. La répartie de la foldingue est absolument savoureuse notamment lorsqu’elle se confronte à la troupes de mâles Alpha qui habitent ce milieu de la grande bourgeoisie catalane. Vous l’aurez compris, le scénario se construit à partir de cette séance initiale et nous raconte cette improbable enquête entrecoupée par les interruptions du psy ou des trois voix de femmes qui habitent notre héroïne dysfonctionnelle… mais terriblement attachante. Eva est bien sur la première qualité de cet album: jeune femme forte et brillante qui n’a peur de rien et cohabite avec ses quelques problèmes d’alcool, de tabac et de passé familial. Ses tribulations vont nous envoyer dans le monde des vignobles et des secrets de (grosses familles) ainsi que des magouilles agro-réglementaires lorsque des intérêts économiques sont en jeu.

    Lafebre accompagne son scénario déjà fourmillant d’idées par un dessin semi-réaliste excellement dynamique, dans la ligne de Blain ou Gomont mais en se rapprochant de la finesse graphique de ses homologues espagnols. Outre la dynamique des corps, l’auteur utilise toutes les possibilités du dessin pour faire parler ses cases, émettre des sons ou créer du mouvement. Les lecteurs de Malgré tout ne seront pas surpris par la fluidité de lecture et l’attachement très fort aux personnages.

    Auteur complet au sommet de son art, Jordi Lafebre est de ceux pour qui la BD semble si facile à dessiner et à lire en nous rappelant pourquoi nous sommes si durs dans nos avis BD sur ce blog et pourquoi la BD est vraiment un art total!

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2024/06/17/je-suis-leur-silence/

    Vacom Le 27/06/2024 à 17:48:00

    Le type même de l’album « sympa », dans tout ce que ça peut impliquer de positif et de négatif. Une légèreté bienvenue au départ, mais qui donne finalement un album qui manque de caractère. C’est un peu paradoxal. Un peu comme si l’originalité et le décalage étaient de surface.

    Même ressenti pour le dessin et les couleurs. Il y a du style, mais devant le manque de variation, j’ai fini par me lasser. Ça m’a un peu fait le même effet que « The time before » de Cyril Bonin : une patte singulière qui intrigue, mais une uniformité qui lasse.

    Peut-être que l’album est tout simplement trop long, en fait. J’aurais bien vu un truc plus resserré, dont on aurait retranché tout ce qui a tendance à faire traîner les choses en longueur.

    Ça reste globalement plaisant à lire, mais j’étais content aussi d’arriver au bout.

    Zablo Le 23/06/2024 à 11:56:57

    Inutile de lire le nouveau Gaston...

    Si la couverture ne me branchait pas trop au départ, j’ai finalement pris mon pied ! Et pourtant, je l’ai lu dans des conditions affreuses... mais pas autant que la situation dans laquelle se trouve l’héroïne : après avoir été invitée chez une patiente, elle se retrouve nez-à-nez avec un cadavre... Les problèmes lui collent ainsi à la peau pendant tout l’album, sans que cela n’entrave sa curiosité, parfois un peu malsaine pour une psychiatre...

    Car, ce personnage féminin est particulièrement attendrissant, sortant des carcans de la BD classique : que ce soit au niveau de sa physionomie, souple et élancée, de son look, libéré et élégant (d’ailleurs elle n’est pas sans me faire penser à l’autrice Cy), ou de sa personnalité émancipée et extravertie.

    Le rythme est effréné et j’ai gloussé comme un dindon du début à la fin : face à la grande indépendance de l’héroïne et ses prises de décisions désabusées, qui fait avancer l’histoire à elle seule, avec son humeur changeante, ses petits mensonges ou au contraire son honnêteté déconcertante, ses prises de bec, son hygiène de vie décomplexée, ses manies rigolotes, ses névroses utiles...

    Mais, en plus de ce personnage particulièrement bien pensé, que j’aurais plaisir à revoir... Jordi Lafebre maîtrise son art. Il sait jouer avec notre frustration et éclairer les dessous de l’image... Il se sert également de toute une palette de gags pour nous faire rire, allant de l’humour badin jusqu’au comique macabre. Et pourtant, il partait de loin, tant la mort et les questions d’héritage sont des sujets délicats...

    Au final, un chef-d’œuvre drôlesque du neuvième art, au scénario complexe (quelque part entre les thèmes des jeux de société La course à l’héritage et le Cluédo) et progressiste (féministe...), mais surtout qui nous faire rire à chaque page, à chaque vignette...

    Ce n’est peut-être pas un très bon polar, mais je m’en contrefous... parce que c’est une BD excellente, à l’humour génial et dans l’ère du temps !

    ...La relève est là.

    Cellophane Le 17/05/2024 à 14:05:19

    Je ne suis pas sûr de savoir que penser de ce livre – j’ai trop d’avis partagés, voire contradictoires, selon ce que je regarde…
    Bon, globalement, le dessin, j’ai bien aimé – je ne sais pas s’il y a un style espagnol mais le peu de dessinateur que je connaisse de ce pays (Gimenez et Munuera) ont tous ce style vif, élancé, des traits nerveux sur des personnages fins tout en énergie dynamique. Et j’aime bien.
    Pour les couleurs, j’ai trouvé ça à la fois cohérent, selon les lieux, les situations, la nuit, le présent, le rêve ; à la fois basique, on prend un ton, on met deux nuances et c’est souvent fini (même s’il y a de joli jeux de lumière et d’ombre ici et là).
    Le personnage central est sympa à suivre, son côté décalé et cynique, sûre d’elle et s’en fout la vie… Mais comme elle est toujours assez mono-expressive avec, en plus, un côté j’m’en-foutisme, qu’il n’y a pas d’évolution, ça m’a un peu lassé…
    Un peu pareil avec ses visions : intéressantes, décalés, sympathiques, mais redondantes…
    Et elles sont comme les autres personnages, personne n’évolue vraiment, personne n’a réellement de sentiments variés, le psy est toujours neutre ou en colère, la victime est toujours neutre ou un sourire en coin…
    D’ailleurs, j’ai toujours eu du mal avec les histoires de famille ou les histoires avec trop de personnages. Alors là, les frères, les sœurs, cousins, tante, nièce, je me suis parfois paumé. C’est pas que ça soit super compliqué mais quand on parle du même personnage en disant une fois l’oncle, le frère ou le second fils, moi, ça me largue…
    C’est comme l’histoire en soi : à la fin, nickel, ça se tient bien. Mais pour y arriver, on discute d’un tas de trucs que j’ai mis de côté, en me disant, bon, ok, on verra…
    Et finalement, tout se recoupe et j’ai tout compris et c’est cool.
    Mais j’ai à la fois suivi ça d’un peu loin, sans trop m’attacher, et en me disant ok, nickel au final.
    Un balancement pour lequel je n’arrive pas totalement à tomber d’un côté ou de l’autre, c’était trop bien ou bon ça va ; le moment était fort agréable et long ; beaucoup de tension et de suspense mais une linéarité qui affadit le truc…
    Mais globalement cool quand même.

    Eric DEMAISON Le 11/02/2024 à 21:10:35

    Quelle belle découverte!
    Cette psychiatre détective nous régale tout au long de cette aventure.
    L'histoire est très bien construite, avec cette Eva qui raconte sa semaine passée à un confrère pour qu'il réalise une analyse de personnalité. Des rebondissements jusqu'au bout.
    Des personnages excellemment bien campés et toujours en opposition les uns aux autres. L’inspectrice qui ressemble à Angela Merkel, des cuistres à tous les coins de rues qui se font remettre en place par l’héroïne, des femmes "fantômes" piquantes et très comiques... Bref tous les personnages sont bien campés et avec ces dialogues ciselés ce récit est jubilatoire.
    Le dessin est léger et alerte,. L'auteur joue avec nous. Il y a plein d'idéogrammes jouissifs qui rendent tout cela très vivant.

    Un grand moment de bonheur y compris, surtout par jour maussade.

    addrr Le 07/02/2024 à 00:35:06

    Il y avait trop de hyper autour de cet album, et j’ai longtemps procrastiné (entendez par là « lu autre chose ») avant de m’y mettre, pas peur d’être déçu. Le pitch ne me parlait absolument pas d’ailleurs.
    Force est de constater que c’est un bon, un très bon album.
    Le rythme est excellent, l’héroïne bien campée (on aime ou on aime pas, mais elle est réussie), le climax est intéressant. Le scénario est bon mais je n’ai eu aucune surprise finale, c’était assez attendu en ce qui me concernait.
    Il n’empêche que j’ai pris bien du plaisir à suivre les déambulations barcelonaises de l’enquêtrice en herbe !

    BudGuy Le 18/12/2023 à 14:44:32

    Au risque de plomber l'ambiance, je dois dire que j'ai été transporté par ce 'one-shot' pour ses qualités, mais pas entièrement convaincu en raison de plusieurs défauts.

    Eva est une espagnole, docteure en psychiatrie. Dotée d'un look androgyne avec des tatouages partout (il paraît que c'est à la mode de se faire taguer le corps), elle est surtout d'un caractère hautement instable et bien bipolaire à souhait. Cette dernière va se retrouver dans une histoire d'héritage avec un cadavre à la clé. Tout en suivant une séance chez son psy, elle va nous relater son enquête.

    Choisir une personne mentalement instable pour un polar sous le soleil de Barcelone est en soit une idée incroyable (cela me rappelle un peu la série 'Monk') et compte-tenu de son imprévisibilité, permet de déjouer les attentes du genre pour mieux jouer avec. Il y a un côté impertinent et parfois bien léger, de par ce personnage principal atypique mais également grâce aux dialogues.

    Mais alors, qu'est-ce qui me pose problème avec ce 'one-shot' ?
    Je suis fatigué par les touches de progressisme et l'obligation d'imposer des quotas dans les œuvres de fiction actuelles: sous-entendus et pas sous-entendus lesbiens, dénonciation du patriarcat, néo-féminisme 3.0 et femme voilée (hautement ironique au féminisme quand on sait que l'islam autorise le mari à battre sa femme via sa soumission).

    Justement, parlons-en du vernis "féministe". Ici, il est assez manichéen et lourd: tous les hommes (à deux exceptions près) sont soit des coureurs de jupons/violeurs en puissance, des manipulateurs, des lâches ou des meurtriers en puissance. Même la femme de Francesc, Natalia, qui a l'air d'être méchante au départ envers Eva, se révèle être une victime de la gente masculine, encore la faute du patriarcat oppressif phallocrate mouhahaha !

    Reste de beaux dessins, une enquête assez inhabituelle, surprenante (parfois peu crédible), l'ambiance estivale avec tout ce vin et la belle ville de Barcelone avec ses environs.

    24aikido Le 15/12/2023 à 15:51:29

    Dessins, dialogues en parfaite adéquation avec l'histoire proposée.Un pur moment de plaisir. Que du bon dans cette BD.
    A mettre dans la hotte du Père Noel.

    Pierrot de la lune Le 09/11/2023 à 21:17:08

    Un excellent polar qui parvient à mélanger humour, problématiques de santé mentale (très marquées au niveau de certains protagonistes et notamment le personnage principal), le suspense et l'environnement familial. Une atmosphère intimiste dans un huis-clos prenant. Le procédé narratif est appréciable et donne un rythme qui sort de la linéarité scénaristique. A certains égards, la narration me fait penser à "Malgré tout" alors même que les histoires sont totalement différentes. Un style qui associé à ce graphisme très particulier permet d'identifier la marque de Jordi Lafevre. Ce roman graphique est une pépite à découvrir.

    minot Le 04/11/2023 à 11:09:58

    Un très bon polar, bien que peu crédible au regard de l'extravagance de certaines situations et de leur caractère hautement improbable, dû à la personnalité extravertie et totalement déglinguée de l'héroïne de cette histoire. D'où l'humour très présent qui se dégage de cette histoire, et qui pour ma part ne m'a absolument pas dérangé (alors qu'en temps normal je préfère plutôt les ambiances polar "réalistes", plus noires) tant j'ai réussi à m'attacher au personnage principal.
    Le dessin très dynamique est pour sa part fort plaisant et participe bien à l'atmosphère échevelée de cette histoire.