Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Inoubliables

15/09/2023 3528 visiteurs 6.0/10 (1 note)

F in observateur de ses semblables, Fabien Toulmé a le projet de raconter la vie de ses contemporains. Après un appel à tous sur les réseaux sociaux, il en retient une demi-douzaine, discute avec ces personnes, puis transpose leur histoire en cases et en bulles. Dans Inoubliables, il est notamment question de religion, d’amour, de criminalité et de guerre.

L’auteur pose un regard tendre sur ses six héros. Il entend leur souffrance et leur bonheur. Il pénètre dans leur intimité et arrive à les rendre, presque tous, attachants. Le canevas est relativement convenu : le protagoniste subit une épreuve, souffre, se relève, combat et trouve la sérénité. Ces récits du quotidien, dans lesquels le lecteur se reconnaît, ont quelque chose d’universel.

La qualité des anecdotes se montre cependant inégale ; le nombre de pages consacrées à chacune des biographies est d’ailleurs révélateur. Le bédéphile ne se lasse pas d’écouter le propos lucide de Grégory, un petit délinquant, ou celui d’Émilie, manipulée par les Témoins de Jéhovah. À l’opposé, les amours compliquées de Frédéric et Marine ennuient.
L’éditeur s’est du reste fait stratège en amorçant et terminant le recueil avec ses meilleures cartes. Bien que le ventre se révèle un peu mou, l’ensemble demeure plaisant.

L’album est porté par un dessin sommaire. Les personnages sont à la limite de l’esquisse. L’artiste sait toutefois capter le trouble dans le regard de ses comédiens. Les décors sont rares ; l’illustrateur y ajoute parfois un élément de décor ou un objet renforçant l’émotion. Et ce n’est jamais gratuit. La plupart des planches sont réalisées en bichromie avec des couleurs, généralement pastel, posées en aplat. La facture graphique apparaît simple, mais reste tout de même agréable.

Un livre sans prétention, plutôt sympathique.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Inoubliables

  • Currently 4.75/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 08/04/2024 à 09:44:52

    Six histoires.
    Forcément, plus ou moins marquantes selon qui on est, ce qu’on a vécu ou ce qui nous intéresse…
    Les dessins sont simples, une couleur dominante par histoire, l’ensemble est donc très lisible et on se laisse rapidement emporter par chaque histoire…
    J’ai beaucoup aimé la première. On ne sait pas où on va, on se laisse happer, comme la femme, la fille, pour découvrir où on a fini par tomber. Juste, sincère, elle permet de découvrir ce chemin qui, même si on le connaît, prend un sens plus fin ici…
    J’ai trouvé bien mignonne la seconde. Plus anecdotique que la première (et les autres), avec un sujet plus léger, plus rapidement traité, ça n’en reste pas moins quelque chose de très choupi.
    La troisième est assez prenante mais quelque chose m’a manqué pour être totalement pris. Tout est raconté d’assez loin et c’est compréhensible et même expliqué dans la première case. Mais si le début est mis en place avec soin, les conséquences sont un peu survolées. On ne sait pas pourquoi la famille ou l’entourage n’a pas été un soutien, s’ils savaient. La pudeur dites dans la première case pose son voile sur la seconde partie de l’histoire, comme si on n’osait pas pleinement la raconter et je n’ai pas réussi, osé trop entrer dedans puisqu’on ne me donnait que des esquisses…
    Le quatrième récit est fort mais n’est pas un de mes préférés. Pour les autres, j’ai eu l’impression d’être avec ces gens, de vivre ce qu’ils vivaient. Là, si c’est intéressant, prenant, ça reste un peu distant et j’ai eu l’impression d’un côté pédagogique, malgré les confidences de cet homme.
    La cinquième est plus classique que les autres ; quelque chose que tout le monde pourrait avoir vécu, même si l’histoire est forte. Elle a cependant l’inconvénient d’être un peu répétitive avec des choses éludées : j’allais pas bien et on s’est revu, j’allais pas bien et on s’est pas revu, j’allais pas bien… Les scènes se ressemblent un peu sans être totalement creusées…
    Enfin, la dernière est assez dure et forte. Elle est raconté de façon assez froide mais sans nier les faits, ce qui la rend plutôt prenante, intéressante et agréable à suivre

    Erik67 Le 27/12/2023 à 07:40:44

    Fabien Toulmé, en bon humaniste, aime bien raconter les histoires que vivent des gens ordinaires. Cela a déjà donné lieu à de magnifiques romans graphiques comme par exemple « L'odyssée d'Hakim » ou plus récemment « En lutte ».

    Le concept de ce nouvel album est de raconter les moments inoubliables de 6 personnages dont il a recueilli les témoignages au cours d'une enquête approfondie.

    J'aime bien ce type de démarche car elle correspond à la réalité sans fioriture. Il faut dire que certains d'entre nous ont eu des vies qui ne sont pas très faciles et dont on peut en retirer quelque chose de positif pour nous permettre d'avancer sur la bonne voie.

    La première se concentre sur une jeune fille pris dans les griffes de la célèbre section des témoins de Jéhovah. On va la plaindre littéralement car l'embrigadement sera sévère. Il faut dire que c'est sa mère en deuil qui a entraîné ses deux jeunes enfants dans cette folie. On se demande pourquoi une telle secte n'est pas interdite en France au sortir de cette lecture plutôt révoltante.

    La seconde sera un peu plus légère avec un homme qui se destine à une carrière de curé mais dont une femme brésilienne est tombée amoureuse. A force d'obstination, elle parviendra à mettre le grappin sur l'homme de sa vie au détriment du bon Dieu. Moi, je dis que l'amour peut toujours triompher d'une vocation.

    La troisième est l'évocation d'un viol dont l'affaire a été classé sans suite par le parquet. On suit les pensées d'une jeune femme qui se tourmente encore plus de 12 ans après les faits. Elle établira une lettre de pardon afin de pouvoir tourner sereinement la page.

    La quatrième raconte les souvenirs d'un enfant qui a vécu pendant les événements liés au génocide du Rwanda. Lui et sa famille ont été rapatrié d'urgence en France au milieu de ce chaos qui a fait plus de 800.000 morts en 3 mois. Cela ne sera guère un récit réjouissant mais qui invite à un devoir de mémoire au nom de ces victimes innocentes de la folie meurtrière des hommes.

    L'avant dernier récit se concentre sur une belle histoire d'amour manqué tout le long d'une vie avant un parfait alignement des planètes pour des retrouvailles favorables. Comme dit, il ne faut jamais désespérer.

    Enfin, la dernière nouvelle évoque le parcours et surtout la réhabilitation réussie d'un prisonnier. Il faut croire que l'être humain peut changer à condition de faire les bonnes rencontres.

    Au niveau du dessin, c'est toujours un graphisme assez doux qui fait qu'on adhère tout de suite. On reconnaît une simplicité du trait au service de l'efficacité du scénario.

    Au final, on ne s'ennuie pas à la lecture captivante de ces récits qui nous interrogent sur notre propre vie et sur notre époque avec des sujets variés. Je ne dirai pas que c'est inoubliable mais c'est, en tous les cas, parfaitement réussi comme pari.