Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Village global

11/09/2023 4395 visiteurs 6.0/10 (1 note)

« Suite à la décision préfectorale d’ouvrir des logements à Mazé pour l’accueil de demandeurs d’asile. Réunion publique d’information à la salle communale, à 20h, le vendredi 13 octobre. »
Le jour dit, les cris fusent entre les partisans de la solidarité et les réactionnaires. L’installation des nouveaux venus dans la vieille chapelle, rénovée pour l’occasion, cristallise les récriminations du Groupe de Résistance à l’Invasion de Nos Campagnes qui se lance dans des placardages appelant à bouter les étrangers hors du village. Papy féru de rafistolage, Aristide est pris entre deux feux. D’un côté, le G.R.I.N.C lui fait du gringue avec son discours sur le retour à la tranquillité entre soi ; de l’autre, sa petite fille Salomé l’incite à s’ouvrir au monde et à la découverte.

Les migrations internationales sont une réalité ancienne et l’enjeu en Anjou – comme ailleurs dans l’Hexagone (et pas seulement) – est d’y faire face au mieux, en s’appuyant sur les infrastructures existantes ainsi que sur les aides bénévoles et, en parallèle, en informant la population afin de convaincre et de prévenir les velléités séditieuses des fâcheux. Dans Village global, édité par Steinkis, Damien Geffroy et David Lessault, spécialiste du sujet, font de la petite commune de Mazé l’exemple-type de ces tiraillements qui agitent tant les esprits.

Le tableau dépeint et les portraits dressés respirent l’authenticité ; et pour cause. Si certains éléments sont fictifs, les parcours migratoires mis en avant sont tirés d’histoires réelles, récentes ou pas. Car, loin de s’arrêter aux flux de la dernière décennie, les auteurs incluent des installations remontant au début du XXème siècle, en provenance d’Italie ou d’Espagne par exemple… C’est une façon de rappeler que le phénomène n’a rien de neuf et que des migrants d’hier sont nés des habitants « de souche » d’aujourd’hui. De « vrais » Mazéais, comme diraient certains, persuadés que l’ancienneté – toute relative – dans le patelin leur donnerait davantage de droits – de résidence et d’aide - qu’à autrui. Les statistiques présentées lors d’une assemblée citoyenne permettent aussi de mesurer ce dont il est question, tandis que le terrain parle de lui-même en montrant que les formes et les causes de la migration sont multiples. Le propos s’attache également à souligner, avec une touche d’humour, les contradictions des sectaires (leur leitmotiv associe le clocher - qui n’a rien demandé - au manque d’emploi – vers lequel d’aucun ne se précipite pourtant pas). Quant aux incertitudes de Mamadou, Zula et Archange, elles apparaissent clairement et illustrent parfaitement la précarité de leur situation.

L’intention didactique, sinon informative, est évidente et l’évolution de la vision de deux des protagonistes pourra paraître un peu facile. Toutefois, comment ne pas y déceler de l’espoir en des relations humaines apaisées au-delà des différences d’origine ? Le lecteur pourra aussi se sentir touché par le vécu des demandeurs d’asile, autant que concerné par la francophilie de Mme Smith soucieuse des retombées du Brexit ou admiratif de l’expatriation saisonnière d’Olek, déraciné pour gagner de quoi faire mieux vivre sa famille restée en Pologne. La partie graphique est à l’avenant : la composition est plutôt dynamique et Damien Geffroy croque avec talent les divers acteurs grâce à un trait arrondi et semi-réaliste. La mise en couleurs alterne du lavis sépia pour la trame générale et une teinte distincte pour chaque témoignage de migrant ; une façon bien trouvée de concrétiser la touche colorée qu’ils apportent à la vie un brin terne de la localité.

S’inscrivant pleinement dans des questions d’actualité clivantes, Village global replace le clocher au centre du village, certes de manière un peu moralisatrice, mais malheureusement nécessaire. Pourquoi refuser une invitation au dialogue, à l’accueil et au vivre-ensemble d’où qu’on vienne ? Franchissez le pas.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Village global

  • Currently 3.20/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Laurent57 Le 01/06/2024 à 09:48:17

    Un album pas désagréable à lire.
    J'ai bien aimé le principe des doubles pages lorsque chacun raconte son histoire.
    Malheureusement l'auteur n'est pas allé en profondeur, il a parlé de ce sujet en surface, telle qu'on la voit quand on a 13 ou 14 ans. Avec quelques gentils contestataires qui se cantonnent à poser des affiches. Le malaise, la méchanceté, les regards, les paroles, les silences ou l'indifférence auraient pu en quelques cases faire la différence.
    C'est ce qui rend cette BD assez accessible à tous et à tout age mais sans réflexion du coup.

    Au niveau des dessins, ils sont réussis même si ils ne sont pas très travaillé, cependant c'est un assez gros volume. C'est vraiment dommage qu'il n'y ai aucune couleur, il manque une vraie profondeur. Si c'est une contrainte de coup pour la publication je peux alors comprendre, si c'est juste un choix artistique il est raté. La première de couverture par exemple est reussie.

    Erik67 Le 16/04/2024 à 07:30:06

    Le maire d'un village annonce à sa population la construction de logement destiné à accueillir des réfugiés étrangers. Aussitôt, les habitants de ce paisible village se mettent en opposition avec ce projet compte tenu de l'insécurité, du bruit et de la violence que cela va amener. Baliverne, ce sont des préjugés pensent d'autres âmes qui font dans la compréhension et l'humanitaire et qui sont prêts à les aider. Voilà pour le pitch de départ.

    Il est vrai que la capitale souhaite exporter ces populations fragiles dans des endroits plus calme comme la campagne en raison d'une certaine saturation. Pour rappel, l’asile est la protection accordée par un État à un étranger qui est ou risque d’être persécuté dans son pays. Il est alors normal d'essayer de le protéger.

    La France s’engage alors à lui procurer une protection internationale, un accompagnement social, l’accès à l’apprentissage linguistique, au logement et à l’ensemble des droits attachés au statut de réfugié. Quoi de mieux que le milieu rural pour ce faire où la densité de population est plus faible ?

    Leur arrivée peut contribuer à la revitalisation des centre-bourgs et leur tissu social. C'est le credo emprunté par cette BD afin de dynamiser l'économie locale du monde rural. Les paysans apprécieront. Mais bon, la plupart des habitants de notre pays ont été des descendants d'étrangers à un moment donné.

    On citera le cas de ce polonais qui travaille dans l'exploitation agricole comme des milliers d'autres ou celui des descendants des espagnols ayant fui le régime franquiste. C'était une immigration essentiellement européenne qui est quand même sensiblement différente de l'immigration actuelle plus lointaine.

    Oui, on va avoir droit à une gentille confrontation dans la joie et la bonne humeur malgré la difficulté d'un tel sujet qui est très loin de faire l'unanimité. Non à l'hospitalité forcée où l'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde selon le groupe de résistance à l'invasion de nos campagnes qui se met en place dans le village de Mazé près d'Angers.

    Personnellement, ce titre ne m'a pas vraiment convaincu car il est trop dans la déconnexion que subit le pays actuellement. Les difficultés sont bien réelles et ne peuvent être minimisées dans un discours résolument optimiste sur le mode de la globalité de notre monde. Le contrecoup peut s'avérer assez catastrophique pour notre nation à l'instar de ce qui s'est passé en Hongrie avec Viktor Orban ou aux USA avec un certain Donald Trump qui construit également des murs de séparation.

    Maintenant, l'initiative des auteurs est tout à fait louable afin de faire progresser les mentalités sur cette question. L'artillerie lourde sera utilisée de manière assez pédagogique pour dénoncer les chiffres alarmistes d'une immigration massive. Est-ce que cela suffira à faire reculer les préjugés ainsi que la désinformation sur ce sujet ? L'avenir nous le dira.