Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Les compagnons de la Libération 9. Vassieux-en-Vercors

11/09/2023 3899 visiteurs 7.0/10 (1 note)

A urélie se rend dans la maison de son grand-père, près de Vassieux-en-Vercors, afin d’honorer une promesse faire à ce dernier. Après avoir aéré la maison, elle se plonge dans un album photo qui l'amène à se souvenir de l'été 1998, où sa mère l'avait forcé à passer des vacances en ce lieu. Une fois l'appréhension disparue, l'adolescente et l'ancien s'apprivoisent et apprennent à se connaître. C'est en tombant sur une vieille photographique qu'Aurélie comprend que son aïeul était dans le maquis...

Après l'île de Sein, c'est au tour de Vassieux-en-Vercors, autre lieu distingué par l’Ordre des Compagnons de la Libération, d'être présenté sous la forme d'une bande dessinée.
L'historien Jean-Yves Le Naour propose un scénario habilement construit afin de capter un lectorat d'initiés et de passionnés de la Seconde Guerre mondiale, tout en étant accessible à des néophytes ou aux jeunes. Il a créé un personnage fictif qui sert de guide tout au long du récit, auquel il est facile de s'identifier. Le jeu de flashback permet de mettre en lien l'aspect mémoriel du lieu et des résistants avec la mémoire familiale de l'héroïne. Ce jeu d'échelle est pertinent et densifie le scénario. Le tandem petite-fille/ grand-père fonctionne et amène une touche d'humanité et d'identification. La curiosité de l’adolescente va amener l'ancien taiseux à se faire pédagogue, dévoilant la complexité de la réalité de cette poche de résistance et de son histoire.

En quelques planches, le portrait de la Milice est correctement brossée, et de nombreux évènements viennent agrémenter la narration : le 11 novembre 1943 à Grenoble, l'euphorie de juin 1944, la mort du maquis. Les auteurs multiplient les anecdotes, comme la présence et l'action d'un certain Henri Grouès, plus connu sous son nom de combat : l'abbé Pierre. Ou encore l'arrivée d'un jeune étudiant nommé Marc Ferro. Ce qui rend cet album encore plus intéressant, c'est la présence du débat historiographique. La tragédie du Vercors a fait couler beaucoup d'encre au sujet de la trahison des alliés. Afin d'amener les arguments et de clarifier le propos, l'auteur utilise une émission de télévision faisant fortement penser à Cinq colonnes à la une. Sur le plateau, deux historiens sont invités à débattre. Leurs points de vue sont différents et les échanges vont permettre de mieux saisir ce qui a pu se passer à la fin du maquis. L'idée est ingénieuse.

Pour cette bande dessinée, Jean-Yves le Naour collabore de nouveau avec Claude Plumail, qui assure cette fois la mise en dessin et les couleurs. Ils avaient déjà travaillé ensemble sur une série sur Charles De Gaulle parue chez le même éditeur et sur trois autres tomes des Compagnons de la libération, dont Simone Michel Lévy . Le trait est réaliste, les décors riches en détails. Le choix des couleurs est juste, en particulier le classique sépia pour les moments se déroulant dans le passé.

Ce nouveau tome consacré à un haut lieu de la Résistance tient ses promesses. À la fois divertissant et didactique, il permet au grand public de mieux connaître ce que fût ce maquis.

Par J. Vergeraud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les compagnons de la Libération
9. Vassieux-en-Vercors

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.