Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

L'ombre des lumières 1. L'Ennemi du genre humain

07/09/2023 6368 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

Ma chère, ma fidèle, ma tendre amie,

Que ce soit de Giacomo Girolamo Casanova ou de Monsieur le vicomte de Valmont, il est en cet être des deux ! De petite noblesse, mais souhaitant accéder à la plus haute, le Chevalier de Saint Sauveur, car c’est de lui qu’il est ici question, sait faire état d’un esprit aussi machiavélique que dépourvu de scrupules pour œuvrer à ses noirs desseins. Si la cause de tels agissements demeure encore mystérieuse, ce n'est – oserais-je dire – qu’un juste retour des choses que de le voir, après avoir semé l’opprobre et le désespoir sur cette pauvre oie blanche qu’est Madame de Clairefont, tomber à son tour de Charybde en Scylla.

La parution de ses écrits, chez les éditions Delcourt sises rue Neuve-Sanson, est pour l’heure le fait des Sieurs Alain Ayroles et Richard Guérineau qui agissent de concert dans un essai qui bénéficie d’un format en facilitant un usage plaisant. Vous apprécierez, Madame, que ce premier volume de
L'Ombre des Lumières fasse l’objet des plus grands soins dans sa manufacture : l’ensemble se veut soigné, capitonné à la toile de Jouy, calligraphié « à l’ancienne » afin, probablement, de mieux plonger le lecteur en des lieux où la nuance entre le dernier degré de l’élégance et le premier de la noblesse faiblissait devant les intrigues vénales et malfaisantes d'une telle engeance.

Il ne vous échappera pas, en fine connaisseuse de la chose littéraire que, pour l’occasion, Monsieur Ayroles emprunte les manières de notre illustre Choderlos de Laclos. Oserons-nous nous en offusquer dans la mesure où ces prétendus échanges épistolaires sur l’œuvre d’une vie et sur les mœurs de notre temps se trouvent aussi bien écrits que fort adroitement illustrés ? Qu’il me soit loisible d’éviter de vous narrer telle ou telle parties de l’histoire, ce qui viendrait à déflorer l’intrigue, mais que cela puisse piquer votre curiosité et vous inciter à vous pencher sur cette prose dessinée qui, si elle porte le discrédit sur un homme et son siècle, n’en demeure pas moins sujet à réflexion, à commencer par cet intéressant discours sur « Le consentement à la servitude et sur le bienfondé des hiérarchies ».

Chère âme, qu’il nous soit permis, lors de notre prochaine rencontre dans l’ombre de votre ruelle... de nous inspirer longuement de quelques passages de cet "Ennemi du genre humain" !

Votre dévoué servant...

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

L'ombre des lumières
1. L'Ennemi du genre humain

  • Currently 3.65/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (37 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Pulp_Sirius Le 21/03/2024 à 02:11:34

    Pas du tout aimé. En plus de la première moitié qui est incroyablement prévisible, l'histoire racontée à travers ces lettres est globalement peu intéressante. Notre infâme vicieux n'a pas grand-chose de palpitant à nous faire découvrir, finalement -- on s'endort plus que si on avait nous-mêmes lu les lettres du Chevalier! C'est sans compter les commentaires sociaux qui sont parfois complètement irréels... Le dessin de Guérineau est passable.

    Déception totale.

    Erik67 Le 05/03/2024 à 07:37:49

    On retrouve enfin le style panaché d'Alain Ayroles avec le niveau digne d'autrefois et de sa célèbre série « De cape et de crocs » avec son verbe précieux.

    Il est question d'un libertin, Chevalier de Saint-Sauveur, qui souhaite briller dans la société du roi Louis XIV en obtenant un titre royal. Il fera un pari qui mettra dans l'embarra une femme Eunice de Clairefont qui est mariée à un gentilhomme Maupas. Le thème est celui de la vertu et du vice.

    Ce premier tome se divise en deux parties distinctes où chacun des protagonistes va jouer un rôle. La première partie ressemble étrangement aux liaisons dangereuses avec ce jeu de séduction et surtout de duperie. La seconde partie est plutôt celle de la vengeance et de la revanche sur un autre plan. Complètement effacé dans la première partie, Maupas va se révéler un redoutable adversaire pour notre anti-héros malfaisant qu'on suit avec une certaine délectation.

    Evidemment, j'ai adoré car la construction du scénario est merveilleusement bien agencée et pensée dans une intelligence toute remarquable. Que dire également du dessin de Richard Guérineau que j'ai toujours apprécié et qui se révèle encore meilleure dans cette œuvre ! Bref, le combiné de ces deux auteurs nous offre une des meilleures réalisations du moment.

    On se rend compte que même pendant le siècle des lumières, il y a encore une grosse part d'ombre. Ce chevalier représente le vice de ce siècle. On espère qu'il va connaître un peu la rédemption avant que cela ne soit trop tard. Il ne reste plus qu'à découvrir la suite dans ce qui va être une trilogie.

    En conclusion, une belle découverte qui donne envie de poursuivre l'aventure dans le Nouveau Monde surtout avec une telle élégance du trait.

    Touriste-amateur Le 09/02/2024 à 01:27:00

    Je me méfie toujours des stickers racoleurs de type "Par le scénariste de..." dans le cas présent, Les Indes Fourbes.

    Mais quel régal et quels rebondissements!!!
    Cependant, je me suis un peu lassé de la multiplication des scénettes représentées par toutes ces lettres échangées. Par moment on s'y perd.

    Il n'empêche que j'attends la suite avec impatience!!!

    Bedelisse Le 18/01/2024 à 16:23:43

    Le grand format, la finition du livre et Ayroles m'ont fait acheter cette bande dessinée assez spontanément. 
    La mise en page et le dessin sont vraiment superbes. On sent qu'il y a une recherche sur la vie au 18° dans les villes, les campagnes, des bourgeois, des paysans, des dandi et autres servants.

    La trame scénaristique est plutôt originale avec ces correspondances de lettres. J'ai cependant trouvé la lecture assez difficile. Il y a un certain manque de fluidité entre les « séquences ». J'ai eu parfois du mal à raccrocher les wagons avec une impression d'avoir sauté des pages.

    Dans l'attente de la suite malgré tout.

    bd91130 Le 20/10/2023 à 17:29:42

    Truculent. Savoureux. Jouissif. Délicieusement immoral parfois. Ayroles nous gratifie de nouveau d'un de ces contes iconoclastes dont il semble détenir le secret, sous une forme narrative inhabituelle et fort bien venue. À lire pour découvrir, à relire pour savourer. Le dessin est à la hauteur (je ne connaissais pas cet illustrateur), soigné, d'une facture classique, bourré de détails, et épouse fort bien le style et l'époque, au point d'apparaitre comme une évidence. Saluons aussi l'éditeur qui a choisi de faire de cet ouvrage un bien bel objet de bibliothèque.
    Gageons que cette histoire, annoncée comme une trilogie, saura m'enchanter jusqu'au bout et certainement me rester en mémoire !

    didier.gaillard Le 19/10/2023 à 11:02:46

    J'avoue avoir eu du mail à suivre le cours de l'histoire. entre les dialogues et les extraits de lettre, pas toujours simple de faire le lien et de comprendre l'enchainement. Dommage car je trouvais l'idée originale, peut-être est-ce moi que ne suis pas cablé pour ce type de narration :)

    Rocketeer Le 06/10/2023 à 14:06:30

    Une couverture qui ne rend pas hommage au talent de l'artiste. Un récit bien ficelé mais qui ne m'a pas emballé outre mesure.

    sautor Le 04/10/2023 à 21:54:07

    Encore un très bel album de Ayroles et de sublimes dessins Guerineau
    On a hâte de suivre les aventures du chevalier de Saint Sauveur en Nouvelle France.

    Xierwan Le 25/09/2023 à 10:09:48

    Encore un chef d'oeuvre signé Alain Ayroles !

    Avec son superbe scénario magnifiquement ficelé, un hommage jumelé des "Liaisons dangereuses" et du "Dernier des Mohicans" (dixit l'auteur lui-même - d'ailleurs les clins d'oeil ne manquent pas), ce premier tome de "L'ombre des lumières" régale avec sa forme épistolaire, ses dialogues fins, ses messages sociaux sous-jacents et cette résurrection des moeurs de la noblesse décadente du XVIIIe siècle.

    Ne vous fiez pas au côté potentiellement suranné d'une intrigue sous forme épistolaire se déroulant XVIIIe siècle, cette BD est un vrai page-turner, comme l'était "Les Indes Fourbes" et ne prend, par dessus le marché, pas les lecteurs pour des imbéciles.

    Nous suivons les turpitudes de l'affreux Chevalier Justin de St Sauver dans ses manipulations perverses d'abord, puis dans ses mésaventures ensuite. Les familiers d'Ayroles retrouverons ces dialogues piquants, cet humour subtil omniprésent et sa galerie de personnages, souvent des anti-héros, méprisables ou attachants, qui caractérisent son écriture.

    Le dessin (et la couleur) de Richard Guérineau est tout simplement parfait. On sent un énorme travail de documentation pour retranscrire fidèlement l'époque et beaucoup de cases ont dû demander beaucoup d'efforts tant elles regorgent de détails.

    L'attention du détail a été poussée jusqu'au choix du papier (d'excellente qualité) et de la couverture. C'est un très bel ouvrage, de grand format, ce qui explique le prix un peu élevé (avec le nombre de planches).

    Si j'ai bien compris il devrait y avoir 3 tomes, et si le succès est au rendez-vous (ce que j'espère), le duo proposera des one-shots supplémentaires, comme une "série à papa" selon les dires d'Ayroles.

    sorcered Le 16/09/2023 à 22:13:02

    Intrigue entierement previsible, dialogues scintillantes, dessin sympa au coloriage gai. Je m'attendais a beaucoup plus.

    herve26 Le 15/09/2023 à 19:29:40

    Je suis assez mitigé sur cette bande dessinée. Annoncée comme l'évènement de cette rentrée (au même titre que l'avait été "les Indes fourbes"du même Ayroles ), je me suis donc précipité sur cet album, dans sa version en noir et blanc.
    Si la première partie rend parfaitement hommage (même un peu trop) aux "liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos, à tel point que j'avais deviné la chute dès les toutes premières pages, la seconde partie m'a quelque peu désarçonnée. Je croyais suivre les aventures d'un libertin au sein de la cour de Louis XV, et nous sommes rapidement plongé dans des intrigues liées aux tribus du "Nouveau monde", où notre divin chevalier Saint Sauveur se retrouvera en mauvaise posture.
    Mais ce qui m'a dérangé le plus, c'est la forme narrative épistolaire choisie. J'ai du parfois revenir en arrière pour savoir qui parlait ou à qui s'adressait la lettre, tant j'ai trouvé peu d'adéquation entre les épistoliers et les pages censées illustrer la lettre.
    Par contre, Richard Guérinaud, avec ici un univers très éloigné des" stryges", tire parfaitement son épingle du jeu: personnages, costumes et décors, tout est parfait.
    L'intrigue étant prévue en 3 volumes, j'espère que le tome 2 me réconciliera avec cette série que j'attendais beaucoup