Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Air (Pelaez/Porcel) 1. Sous un ciel moins gris

28/08/2023 5086 visiteurs 6.0/10 (1 note)

D epuis que des météorites se sont écrasées sur le permafrost, respirer est un luxe. L’air vicié par des bactéries pathogènes expulsées des couches glacées donne aux gouvernements la possibilité de maintenir les populations sous dépendance en distribuant avec parcimonie des bonbonnes d’air pur… Mais depuis quelques temps, un énigmatique terroriste sabote systématiquement les vaisseaux destinés, un jour, à épurer les cieux…

Nouvelle collaboration entre Philippe Pelaez et Francis Porcel qui après Dans mon village, on mangeait des chats signent avec Sous un ciel moins gris, le premier volet d’un diptyque uchronique chez Grand Angle.

Philippe Pelaez sait varier les styles et n’hésite pas à explorer des récits aux thématiques variées. Pour l’heure, il s’attache au destin de Troy Denen à une époque totalitaire où espérer permet juste de survivre. S’ensuit une histoire aux ressorts classiques mais qui crée un univers au sein duquel le lecteur peut facilement s’immerger et suivre les divers protagonistes dans leurs quêtes respectives. À l’image de son co-auteur, Francis Porcel est aussi de ceux qui peuvent aborder des registres graphiques forts différents. Après la folies des tranchées le voici œuvrant sur un récit rétrofuturiste après être, notamment, passé par le conte médiéval sans que personne ne puisse y trouver à redire. À la fois faussement datées et résolument modernes, ses planches se jouent des diverses temporalités en deux tonalités et collent parfaitement à l’atmosphère steampunk concoctée par le scénariste de Hiver à l’Opéra.

Suite et fin dans Gouffres amers.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Air (Pelaez/Porcel)
1. Sous un ciel moins gris

  • Currently 3.31/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BudGuy Le 10/03/2024 à 11:38:13

    Pelaez et Porcel se retrouvent pour une nouvelle aventure après l'anxiogène "Dans mon village, on mangeait des chats". Il sera question d'univers steampunk empruntant aussi bien à l'esthétique américaine des années 20 qu'aux régimes dictatoriaux du XXe siècle.

    L'histoire est somme toute classique: l'air est devenue impropre à la consommation et un régime policier maintient le peuple sous oxygène moyennant sa soumission et ses libertés. Un terroriste décide de passer à l'offensive en sabotant des installations destinées à assainir l'atmosphère. Passé cet aspect, cette uchronie a la mérite de ne pas uniquement se focaliser sur un environnement rempli de gratte-ciels mais de nous emmener également sous l'océan, lorgnant du côté de Jules Verne.

    Les planches sont attrayantes de par leur composition et des différentes teintes chromatiques suivant les lieux et atmosphères. De même que la technologie rétro-futuriste vend du rêve comme on dit aujourd'hui.

    Les seuls points où je suis un peu sceptique résident dans le fait qu'il ne s'agisse que d'un diptyque (il y aurait tant à raconter) et dans le rebondissement de fin que j'avais vu arriver.

    Suite et fin dans le prochain album.

    Bourbix Le 07/09/2023 à 23:03:59

    On touche du doigt quelque chose d'intéressant scénaristiquement sans jamais y parvenir. C'est regrettable car la mise en scène est plutôt attrayante et les couleurs pertinentes. Je serai tenter de lire le second tome, mais il devra se montrer autrement plus convaincant.