Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Prophet 3. Pater Tenebrarum

28/11/2005 11137 visiteurs 6.2/10 (9 notes)

Je suis Jack Stanton. L'homme qui a détruit le monde.

Jack était un brillant chercheur à l'université du Miskatonic. Trop "brillant" peut-être... Sur les pas de son mentor, Alexander Kandel, il mis à jour un sanctuaire aux dimensions cyclopéennes, bâti à plus de 5000 mètres d'altitude et vieux de 8000 ans, époque à laquelle l'Homme apprenait tout juste à se tenir debout. Les retombées scientifiques, historiques, théologiques même, sont alors considérables et Jack ne saisit très vite l'intérêt médiatique de cette découverte. Il est cependant loin de se douter qu'au-delà de sa gloire personnelle, ses 'exploits' attirent sur lui, et sur le monde des Hommes, l'attention de Dieux anciens et malfaisants qui régnèrent sur Terre voici plusieurs milliers d'années. Un gouffre s'ouvre alors sous ses pieds et le jette sur une Terre ravagée et hostile. Depuis, le professeur Stanton cherche les raisons de présence sur Terre désolée. Il découvre, au fil de ses rencontres, sa responsabilité dans les évènements qui changèrent à jamais la face du monde.

Ce troisième et avant-dernier tome de Prophet s’ouvre sur une douloureuse prise de conscience. Jack Stanton, héros égoïste et irresponsable, dépasse sa condition de victime pour accepter sa part de responsabilités dans la destruction du monde. Il est l'être immoral par définition : celui qui emmena l'Humanité dans sa faute. Stanton réagit enfin et donne à cette aventure fantastique un véritable second souffle. L’heure est à l’action !

Matthieu Lauffray, en architecte de fin du monde, guide ses héros à travers les ruines de ce que fût autrefois New York. Refuge d’anciens Dieux et de leur sinistre descendance, la métropole est désormais vide de toute présence humaine. Seuls quelques fantômes sillonnent encore les avenues la nuit tombée, à la suite de créatures cauchemardesques. Les teintes contrastées de cette Terre dévastée chargent l’atmosphère d’un chaos indescriptible et marquant. L'auteur nous offre également un bel aperçu de ses talents de designer. Mutants, colosses et Hurleur possèdent assez de force et de vie pour transmettre au lecteur ce sentiment de peur qui étreint en permanence Stanton, Jahir et Athénaïs, ses deux compagnons. Les découpages, le choix de cadrages, traduisent également cette volonté de mettre en scène de manière spectaculaire tout le désespoir de la situation.

Embarqués dans cette quête pour leur liberté, les personnages, jusqu'aux plus monstrueux, se remémorent leur humanité perdue et scellent une véritable amitié avec celui qu'ils considèrent aveuglément comme leur sauveur, leur prophète. Stanton connaît désormais son rôle, mais il ne peut encore se résoudre à leur révéler l'étendue de sa faute. Une nouvelle erreur dont il devra assumer plus tard les conséquences. Lauffray développe, le temps d'une veillée, la relation entre Jahir et Stanton et enfonce un peu plus son héros dans le mensonge. On découvre également la véritable identité de la silencieuse Athénaïs. Le petit groupe gagne en cohérence et devient l'unique repère de cet univers chaotique. La disparition de l'un d'entre eux n'en sera que plus douloureuse.

L'issue demeure encore incertaine et si Stanton possède désormais les clés pour sauver le monde et gagner sa liberté, il lui reste à affronter les conséquences de ses mensonges. La rédemption est encore loin...

Pater Tenebrarum, dans un registre bien différent du premier tome, renoue avec la grande aventure et mêle aux scènes d'action spectaculaires une problématique morale intéressante qui dépassera, je l'espère, la conception judeo-chrétienne du péché.


>> Voir la chronique du tome précédent, Infernum in Terra

Par Nerhu
Moyenne des chroniqueurs
6.2

Informations sur l'album

Prophet
3. Pater Tenebrarum

  • Currently 3.98/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (131 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    wolfiz Le 01/10/2014 à 18:29:49

    http://lacasebd.overblog.com/2014/09/prophet4.html

    Suite et fin de la série Prophet commencée il y a déjà 16 longues années (pfiou ça passe vite), cette saga était et est devenue par la force des choses une vraie légende et ce, par deux fois (ouais, rien que ça) ; doublement donc parce que déjà à l’époque c’était une vraie tuerie graphique ne ménageant pas le lecteur, mais surtout à cause du fait que la série a arboré depuis le 3e tome un super pins genre « Arlésienne de la BD », car ouais, il a fallu attendre genre 9 grosses années de gestation avant d’avoir sa suite et toutes les mauvaises langues s’en sont donné à cœur joie entre-temps.

    La faute à qui ? À plein de petites mésaventures en passant par les problèmes financiers des Éditions Humanoïdes Associés, le rachat par Glénat de la série et l’agenda des auteurs eux-mêmes (et sûrement un peu la motivation vu les aléas du projet mais on va encore dire que je suis mauvaise langue).

    Bref, ce qu’il faut surtout retenir à ce niveau acrobatique des choses c’est que le pari fou est finalement atteint (autant que le cerveau de l’auteur c’est peu dire) et ce grâce à Mathieu Lauffray, qui est par ailleurs l’accoucheur de la série Long John Silver que je vous conseille vivement parce que, l’air de rien, ce jeune puceau a du talent derrière ses 3 poils pubiens.

    Mais « Prophet » c’est quoi ? C’est l’histoire de Jack Stanton, un archéologue chevronné, égocentrique, à l’ambition dévorante et surtout ayant un énorme besoin d’être reconnu par ses pairs… bref un gros con. Lors d’une expédition dans les chaines montagneuses de l’Himalaya, lui et son groupe d’explorateurs vont faire une découverte qui pourrait remettre en question l’origine de notre monde : des vestiges pharaoniques creusés à même la roche et datant d’un autre âge. Qui a bien pu le construire ? Dans quel but ?

    Malgré la mise en garde de certains de ses confrères et le décès/ (la) disparition inopiné(e) de presque tous ceux de l’expédition, Jack ne sait résister à l’appel de l’argent et de la popularité et s’en va publier sa découverte. Il devient ainsi le chouchou de tout le gotha avec tout le succès que l’on imagine et son cortège de tsoin-tsoin et de bling-bling. Mais voilà … survient l’impossible ! Quand Jack était rentré dans le sanctuaire « que-tout-le-monde-lui-disait-touche-pas-cela-petit-con », Jack a déclenché quelque chose et ce qu’il croyait des vestiges abandonnés était en fait une balise vers « autre chose », un autre monde qui lui, ne va pas se gêner pour déferler sur le nôtre. S’ensuivront des villes dévastées, des créatures immenses et étranges, avec destruction et génocide compris. Bref, le chaos et l’enfer sur terre.

    Jack semble être le seul immunisé à cette apocalypse et sous ses yeux il verra le monde changer, gangrené et condamné à être dévoré et disparaitre. Comment vivre ? Comment survivre en sachant qu’à cause de son ambition, Jack est la cause de tout ce massacre ?

    Naviguant entre rêve et folie prophétique, Jack sombrera-t-il dans la folie ? Arrivera-t-il à sauver son âme ou notre monde est-il condamné ? Est-il le « messie » que les survivants voient en lui ? Et quelle est cette étrange créature qui le pourchasse ?

    Scénarisé initialement par Mathieu Lauffray et Xavier Dorison pour le premier épisode puis Lauffray tout seul comme un grand pour le reste, on nous propose ici une aventure fantastique saupoudrée de mysticisme et d’une réflexion sur l’individualisme et l’égoïsme, sur un ton de plus en plus sombre en avançant dans l’histoire. Mais d’abord faisons le tour du propriétaire.

    Mathieu Lauffray, c’est un gars bien dans ses chaussettes et qui sait dessiner, genre vieille école avec pinceau et tout le toutim. De ce fait, graphiquement c’est une grosse claque avec de grandes mises en scène, de grandes cases, une maitrise au niveau du trait et un vertige graphique de derrière les fagots. Évidemment, on notera tout de même un changement de style entre les premiers albums et le dernier vu le temps qui les sépare (9 ans pour rappel). Le tout est finement rehaussé par un jeu de couleurs, parfois palpitantes, parfois froides et sombres mais toujours adaptées au contexte (c’est à un certain Anthony Simon qu’il faut dire merci… merci Anthony).

    L’histoire quant à elle est découpée en 4 volumes et est remplie de cliffhanger qui motivera la lecture et, ça fonctionne ! Le récit est bien construit et ne faiblit pas même si toutes les promesses du premier volume ne sont pas rencontrées au fil des épisodes. Le rythme est soutenu, sauf peut-être pour le 3e épisode, et l’on ne s’ennuie nullement même si personnellement j’ai trouvé que le final avait un petit gout de marijuana sous acide et aurait mérité un 5e tome afin de répondre à toutes les questions et incertitudes ; mais au moins nous avons ici un récit complet et l’on sent l’envie de l’auteur de conclure l’histoire.

    Au final une bonne série dans sa globalité qui démarre à tout berzingue et qui vous emmènera dans un trip étrange, faisant le grand écart entre aventure et introspection métaphysique. Une série sympa qui manque un peu de souffle et qui malheureusement a souffert de sa « réputation ».

    clemlal5 Le 17/02/2012 à 12:35:12

    Heu, comment dire, le genre de BD à avoir absolument chez soi. L'histoire prend une tournure tout-à-fait mystique ou mythique allez savoir... Est-ce que Jack Stanton deviendra omnipotent, on ne le sait pas encore, toujours est-il que cet opus ne nous éclaire pas beaucoup plus sur les aboutissants de cette folle histoire et c'est pour ça qu'on attend le tome suivant avec impatience...

    scalp Le 14/12/2005 à 09:54:55

    Les 2 premiers tomes m'avait moyennement convaincu, j'avais du mal à comprendre ce que je lisait, ce tome 3 m'acheve, je nage, je doit etre bete car je comprend rien à la serie, rien à redire au niveau des dessins qui sont vraiment excellent mais niveau histoire j'ai sa pas interressant du tout.

    safedreams Le 02/12/2005 à 14:25:18

    Avec ce 3ème tome, on nage maintenant en plein fantastique post appocalypse, ce qui contraste énormément avec le 1er tome et n'est pas pour me déplaire. L'imaginaire de Lauffray est très bon et sa mise en image parfaite dans la description mai un peu confuse dans certaines scènes d'action qui gagneraient en clarté. Est ce que cette histoire méritait un 4 ème tome ? On a le sentiment à la fin de ce 3ème tome que tout est dit ou presque... La série se transforme d'un suspens mystérieux dans les 1er tomes vers un comics books dans le dernier. On attendra donc.